Frank Hans

Publié le par Mémoires de Guerre

Hans Michael Frank (Karlsruhe 23 mai 1900 – Nuremberg 16 octobre 1946). Reichsleiter du parti nazi et ministre du Troisième Reich, Gouverneur général en Pologne. 

Frank Hans
Frank Hans
Frank Hans
Frank Hans
Frank Hans
Frank Hans
Frank Hans
Frank Hans

Né en 1900, il est encore étudiant à Munich lorsqu'il adhère à un groupement d'extrême droite antisémite (la Société Thulé) et milite dans un groupe paramilitaire, antirépublicain (Freikorps Epp). En 1923, il devient membre du parti nazi, le NSDAP, et participe, dans les rangs des SA, à la tentative de putsch de Hitler à Munich. Docteur en droit et avocat, il prête son concours à de nombreux « camarades » du parti nazi pendant la République de Weimar et accomplit, entre autres, des recherches pour retracer l'arbre généalogique « aryen » de HitlerEn 1933, il devient ministre de justice en Bavière et, en 1934, ministre du Reich sans portefeuille – mais restera dépourvu d'influence politique notable jusqu'en 1939. En revanche, sa carrière de juriste trouve son apothéose dans sa présidence de l'Académie de droit allemand de 1934 à 1941, pendant laquelle il veut refondre le droit allemand à travers le prisme du national-socialisme. Hans Frank est alors connu pour son caractère despotique et lunatique passant de la grande sentimentalité à la brutalité extrême. En sa qualité d'homme du parti, il peut, s'il le faut parler le langage de la rue au peuple. En octobre 1939, il devient le gouverneur général des Provinces polonaises occupées, poste dans lequel il dépend directement de Hitler.

Il lutte farouchement face à Himmler pour ne pas être dépouillé de son pouvoir. En effet, Himmler, suivant le plan d'Heydrich a décidé dès l'automne 1939 de la déportation des Juifs des territoires polonais incorporés au Reich vers le gouvernement général, soit 600 000 Juifs s'ajoutant au 1,4 million vivant déjà sous son autorité. Si dans un premier temps, Frank suit le mouvement, il proteste dès janvier 1940 contre l'« invasion » forcée dont il est la victime. En effet, il ne sait que faire des Juifs qui arrivent sur son territoire. Il parvient à faire cesser cette première déportation en attendant une meilleure « prise en charge » de la question juive. En octobre 1941, Frank préside toute une série de réunions avec les responsables locaux pour étudier les différents moyens de se débarrasser des Juifs du gouvernement général. Une solution envisagée est la déportation des Juifs en URSS. Mais Alfred Rosenberg, responsable des territoires occupés en URSS refuse énergiquement.

Certains collaborateurs de Frank proposent de laisser mourir de faim les habitants des ghettos. Finalement, en décembre 1941, les SS expérimentent près de Lublin le gazage des individus. Le gouvernement général de la Pologne, destiné à devenir après la guerre une terre de colonisation germanique, est transformé en un vaste réservoir de main-d'œuvre pour l'industrie de guerre du Reich. C'est ici que quatre des six camps d'extermination du système concentrationnaire nazi sont mis en place : MajdanekTreblinkaSobibor et Belzec. Auschwitz-Birkenau et Chelmno sont construits, eux, un peu plus à l'ouest, dans les provinces de Haute Silésie Orientale et du Warthegau en Pologne annexée par le Troisième Reich. Hans Frank poursuit trois objectifs majeurs :

  • l'extermination des Juifs,
  • l'élimination des élites polonaises
  • et le pillage économique du pays au profit de l'industrie allemande.Dès 1940, il est responsable de l'assassinat de plusieurs milliers de Polonais.

Par ailleurs, il introduit des mesures antijuives, aboutissant, dans une première étape, à la création de ghettos, notamment de celui de Varsovie. Cela lui vaut son surnom de « bourreau de la Pologne ». Antisémite et partisan de la solution finale, Hans Frank se trouve pourtant isolé à partir de 1942, à la suite d'une rivalité soutenue avec Himmler. Il tombe en disgrâce auprès de Hitler qui le démet de toutes ses fonctions au sein du parti – mais le maintient à la tête du gouvernement général malgré la volonté exprimée de Frank de démissionner. En mai 1945, Hans Frank est arrêté par les Alliés et tente vainement de se suicider. Lors du procès de Nuremberg, Frank, entre-temps revenu au catholicisme de sa jeunesse, s'avoue coupable. Il est condamné à la peine de mort pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité et pendu le 16 octobre 1946. Son journal de service en 42 volumes, dont l'original se trouve à Varsovie, constitue une source historique importante. 

Commenter cet article