Rosenberg Alfred

Publié le par Mémoires de Guerre

Alfred Rosenberg (1893-1946) est un théoricien du parti nazi. Il est en outre responsable des massacres organisés dans les territoires à l'est de l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Alfred Rosenberg
Alfred Rosenberg
Alfred Rosenberg
Alfred Rosenberg
Alfred Rosenberg
Alfred Rosenberg
Alfred Rosenberg

Alfred Rosenberg

D'une famille allemande des pays baltes, il est né le 12 janvier 1893 à Reval (aujourd'hui Tallinn) dans le gouvernement d'Estland, appartenant à l'Empire russe (actuelle Estonie), et y fit des études d'ingénieur-architecte. Établi à Munich en 1918 après la Révolution russe, il fréquente l'ordre de Thulé et se rallie aux doctrines raciales de Dietrich Eckart (1868-1923) qui le présente à Adolf Hitler. Il devint un des plus fervents partisans du national-socialisme. Dès 1920, il est ainsi rédacteur en chef du Völkischer Beobachter, organe du parti. Il participe au putsch manqué de Munich en 1923. Hitler, emprisonné, le désigne pour le remplacer à la tête du parti nazi. Il rend visite à Hitler en prison et aurait influencé certaines parties du livre Mein Kampf.

Devenu idéologue du parti national-socialiste, il diffuse l'antisémitisme par le biais des Protocoles des Sages de Sion. Il développe ses théories raciales et antichrétiennes dans le Mythe du vingtième siècle (1930). Pour lui, la « race » est le principe déterminant la science, l'art et la culture. Après la prise de pouvoir en 1933, il subit néanmoins l'inimitié personnelle de Hermann GoeringHeinrich Himmler et Joseph Goebbels, qui l'écartèrent de tous les postes ministériels, et doit se contenter d'un rôle secondaire aux Affaires étrangères du parti. De nouveaux déboires affectent sa carrière, d'abord en 1938 avec la nomination de Joachim von Ribbentrop au ministère des Affaires étrangères, puis en 1939 avec la signature du pacte germano-soviétique.

Il est chargé à partir de 1940 de la confiscation des œuvres d'art et des bibliothèques volées aux Juifs à travers l'Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg. En 1941, il est nommé «Ministre du Reich pour les territoires occupés de l'Est» et supervise les Reichskommissariat. À ce titre, il est condamné à mort le 1er octobre 1946 après avoir été reconnu responsable des massacres organisés à l'est de l'Allemagne pour plan concerté ou complot, crimes contre la paix, crimes de guerre et crimes contre l'humanité lors du procès de Nuremberg. Il est pendu le 16 octobre 1946. Quand il lui a été demandé s'il avait quelque chose à déclarer avant son exécution, il a simplement répondu : « Nein ». Rosenberg est aussi connu pour son rejet du christianisme, et pour avoir joué un rôle important dans le développement du christianisme positif qu'il percevait comme une transition vers une nouvelle foi Nazie.

Commenter cet article