Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

JournalNice Matin publié le 07/05/2011 à 07h04

A 19 ou 20 ans, elles ont choisi de combattre. Résistantes, infirmières, ambulancières ou chargées de transmissions... elles ont servi la France. Avec courage et détermination. Un engagement qu'elles ont mis en veilleuse une fois la guerre passée. Pour éviter les humiliations et les moqueries.

Josie Tarquiny« Après 1945, les femmes combattantes avaient mauvaise réputation », souligne Monique. Alors, elles ont tourné la page. Mis en sourdine ces mois, ces années où elles ont risqué leur vie, comme les hommes. Josette, Monique et tant d'autres femmes admirables n'ont pas forcément eu droit à la reconnaissance.

« S'entendre dire : " vous portez les décorations de votre mari ", à force, c'est pénible. » L'ambulancière, engagée volontaire pendant la Deuxième Guerre mondiale, en est venue à ne plus porter sa croix de guerre et sa médaille militaire. Tout comme Jeanine. De son côté, Josette Anelli, résistante niçoise torturée par la Gestapo, a tu pendant longtemps son passé héroïque. Absorbée par le quotidien de sa vie de famille.

Au fil des ans, elles sont devenues invisibles.

C'était avant. Avant l'an 2000. Quand Josie Tarquiny, une ancienne de l'Indochine, a décidé de mobiliser « les filles » sous la bannière de l'Association féminine des Combattantes de l'Armée Française. « Mon but, c'était qu'on nous voit et qu'on nous respecte. A la création, nous étions une centaine. Beaucoup ont aujourd'hui disparu ».

Sortir de l'ombre

Demain, au nom de ces combattantes, elle sera présente au monument aux Morts, pour commémorer le 8-Mai 1945, fin de la Seconde Guerre mondiale. « Comme d'habitude, je serai obligé de jouer des coudes pour avoir une place au 1er rang. Mais j'y arriverai ».

Elle a appris à se frayer un chemin au milieu des hommes. Monique et Jeanine aussi. Les combattantes sourient.

La bataille contre le machisme n'est pas gagnée, mais elles n'entendent pas pour autant baisser les armes.

Rencontre avec quatre femmes au caractère bien trempé.

  • scasals@nicematin.fr
  • Association féminine des combattantes de l'Armée française, affiliée à l'UNC.
  • Maison du combattant, 36 bis bd Risso à Nice. Tél : 04.93.86.96.68.

Partager cette page

Repost 0