Wayne John

Publié le par Mémoires de Guerre

Marion Mitchell Morrison, dit John Wayne, né le 26 mai 1907 à Winterset dans l'Iowa, aux États-Unis, et mort le 11 juin 1979 à Los Angeles, est un acteur, réalisateur et producteur américain. 

Wayne John
Wayne John
Wayne John
Wayne John
Wayne John
Wayne John
Wayne John
Wayne John
Wayne John
Wayne John
Wayne John
Wayne John
Wayne John
Wayne John
Wayne John
Wayne John
Wayne John
Wayne John

S'il a joué dans des films policiers, des films de guerre et quelques comédies romantiques, c'est dans ses nombreux westerns que John Wayne s'est réellement imposé, sous la direction de deux réalisateurs particulièrement : John Ford (La Chevauchée fantastique, Le Massacre de Fort Apache, La Charge héroïque, Rio Grande, La Prisonnière du désert ou encore L'Homme qui tua Liberty Valance) et Howard Hawks (La Rivière rouge, Rio Bravo, El Dorado ou Rio Lobo). Il tourna également plusieurs films avec Henry Hathaway dont Cent dollars pour un shérif, qui lui valut en 1970 l'unique Oscar de sa carrière. En 1960, il passa derrière la caméra pour réaliser une fresque historique d'envergure, Alamo, relatant les derniers jours de Davy Crockett et ses compagnons lors de la guerre d'indépendance du Texas. Huit ans plus tard, il coréalisa Les Bérets verts, film engagé justifiant l'intervention américaine au Viêt Nam. Ses deux réalisations reflètent l'engagement personnel de John Wayne, républicain et ardent patriote.

Classé 13e plus grande star de légende par l'American Film Institute en 1999, John Wayne est certainement un des acteurs les plus représentatifs du western, une incarnation à lui seul de l'Amérique conquérante. Surnommé « The Duke » (le Duc), il reste toujours aujourd'hui, grâce à ses films, le symbole d'une certaine virilité. Il interpréta ce rôle d'homme viril, dur, solitaire et un peu machiste tout au long de sa carrière, ce qui lui fit déclarer : « J'ai joué John Wayne dans tous mes films et ça m'a plutôt pas mal réussi ».Avec son visage carré et sa carrure imposante, il était prédestiné à incarner les héros sans peurs ni reproches. Le Duke, de son surnom, débute sa carrière comme accessoiriste. John Ford le repère et le lance grâce à Hangman's House (1928). Les deux hommes deviennent amis et tourneront de nombreux films. Le cinéaste le recommande pour le tournage de La Piste des geants (1930) sous la direction de Raoul Walsh. Il décroche un rôle de cavalier assuré et adopte définitivement John Wayne comme nom de scène. La société Republic spécialisée dans la production de western fait de lui son acteur vedette. Il tourne dans de nombreuses séries B. Ces dernières sont plus que formatrices pour sa carrière. En 1939, il retrouve John Ford, son acolyte, dans La Chevauchée fantastique. Il crève l'écran dans ce fleuron du western.

Dès lors, il incarne l'archétype du cow-boy téméraire investit par la volonté de faire triompher la loi. Il traverse tous les mythes hollywoodiens de la conquête de l'Ouest. Avec La Riviere rouge (1948) mis en scène par Howard Hawks, il s'immisce parfaitement dans la vie du ranch. Ce n'est pas sans humour qu'il incarne le shérif Chance de Rio Bravo (1956). Ce dernier remporte un tel succès que l'acteur et le réalisateur s'en inspirent pour El Dorado (1967) et Rio Lobo (1970). Dans L'homme qui tua Liberty Valance(1962), il donne la réplique à James Stewart. Il fait des incursions hors du film de western mais sans abandonner le registre de la virilité. C'est ainsi qu'il est marin dans Opération dans le Pacifique (1951), boxeur dans L'Homme tranquille (1952) ou patron de chapiteau dans Le Plus Grand Cirque du monde (1964). Il excelle particulièrement dans les films de guerre comme les Diables de Guadalcanal (1951) ou Le Jour le plus long (1962).

Dans les années 50, sa renommée le pousse à fonder Batjac, sa propre société de production. Parallèlement à la comédie, il s'essaye à la réalisation. Il filme en 1960 un véritable chef-d'oeuvre Alamo, un long-métrage d'une rare violence. L'année 1969 est à marquer d'une pierre blanche pour John Wayne puisqu'il remporte un Oscar pour sa prestation dans Cent dollars pour un shérif. En pleine guerre du Vietnam, il dirige Les Bérets Verts (1968), film patriotique où se dessine les opinions républicaines de Wayne. Ce film exaltant les valeurs guerrières provoque de nombreuses polémiques. Avec un titre prémonitoire, son dernier film Le Dernier des geants (1976) marque la fin de sa carrière. Il y interprète un tireur d'élite qui choisit sa propre mort. Il s'éteint en 1979 des suites d'un cancer. De sa pléthorique filmographie, on retient surtout ses collaborations avec John Ford, Raoul Walsh et Howard Hawks qui lui offrent ses meilleurs rôles.

Filmographie

Télévision

  • 1955-1956 : Le choix de... (Screen Directors Playhouse) (Série TV) : Mike Cronin / John Wayne
  • 1960 : La Grande caravane (Wagon Train) (Série TV) : Gen. William Tecumseh Sherman
  • 1962 : Alcoa Premiere (Série TV) : Un sergent de la marine
  • 1963 : The Dick Powell Show (Série TV) : John Wayne
  • 1966 : Magic Mansion (Série TV) : John Wayne
  • 1974 : Maude (Série TV) : Duke

Commenter cet article

voyance gratuite mail 12/05/2016 13:09

Je suis vraiment fière de vous découvrir, votre blog est vraiment super ! J’aime bien son interface, et j’ai trop adoré le contenu aussi. Surtout continuez ainsi !