Schreck Julius

Publié le par rodney42

Schreck JuliusJulius Schreck (13 juillet 1898- 16 mai 1936) est un des premiers membres du NSDAP et le premier commandant de la SS. Il rejoint le Parti nazi en 1920, à la même période qu’Adolf Hitler : les deux hommes développent une réelle relation amicale. Schreck est un ancien combattant de la Première Guerre mondiale et un ancien membre des Freikorps.

En 1921, Schreck est l’un des fondateurs de la SA ; il participe également à la création de la Stabswache, organisme précurseur de la SS, petite unité de membres de la SA chargée de la protection du Führer. En 1923, Schreck prend part au putsch de la Brasserie, après l’échec duquel il est incarcéré avec d’autres dirigeants nazis à la prison de Landsberg.

Lorsque le Parti nazi est recréé en 1925, après la levée de son interdiction, Emil Maurice demande à Julius Schreck de l’aider à fonder une nouvelle unité de protection du Führer, sous la dénomination de Stosstrupp Adolf Hitler.

Plus tard dans la même année, le groupe des huit membres de la Stosstrupp est baptisé SS, au sein de laquelle Schreck s’inscrit sous le numéro 5. Il est chargé par Hitler de commander cette unité et devient dans les faits, le premier Reichsführer-SS même s’il n'utilisera jamais ce titre.

En 1926, Schreck renonce à sa fonction de Reichsführer-SS. Il reste cependant membre de la SS et devient le chauffeur personnel d’Hitler. En 1930, après l’expansion de la SS impulsée par Heinrich Himmler, Schreck est nommé SS-Standartenführer , mais n’a que peu de pouvoirs.

Il continue à être le chauffeur d’Hitler pendant six ans, avant de démissionner pour raison de santé. Son dernier grade atteint dans la SS est celui d’ Oberführer. En 1936, Julius Schreck est atteint par une méningite et il meurt le 16 mai 1936. Il a droit à des funérailles nationales, au cours desquelles Hitler prononce son éloge funèbre. À titre posthume, il est promu SS-Brigadeführer et nommé SS-Ehrenführer de la 1e SS Standarte Munich , qui reçoit à titre honorifique le nom "Julius Schreck".

Commenter cet article