Schleicher Kurt von

Publié le par Roger Cousin

Kurt von Schleicher Kurt von Schleicher, né le 4 juillet 1882 à Brandebourg-sur-la-Havel et mort le 30 juin 1934 à Neubabelsberg) est un militaire et homme politique allemand, dernier chancelier de la république de Weimar avant son successeur Adolf Hitler. Il fut assassiné par des soldats SS lors de la nuit des Longs Couteaux. 
Schleicher Kurt von

Né à Brandebourg-sur-la-Havel, près de Berlin, Kurt von Schleicher est le fils d'un officier prussien et d'une fille d'armateur. Le jeune homme intègre l'école d'officiers de Lichterfelde en 1896 pour en sortir sous-lieutenant quatre ans plus tard. Il prend alors son premier poste au 3e régiment de gardes à pied à Berlin. Nommé lieutenant en 1909, il fait ses preuves à l'académie de guerre, où il fait la connaissance du fils de Paul von Hindenburg, et est placé, en 1913, à la division ferroviaire de l'état-major, sous les ordres du lieutenant-colonel Wilhelm Groener, son mentor. Schleicher est élevé au grade de capitaine dès le début de la Première Guerre mondiale et suit Groener à l'administration berlinoise. Premier officier d'état-major sur le front de Galicie en 1917, il est promu commandant l'année suivante. Dans le sillage de Groener, il parvient à se créer des relations au sein de la République de Weimar et entre en contact direct avec Friedrich Ebert.

En septembre 1919, Schleicher prête serment à la République et est nommé directeur du bureau politique du ministère de la guerre, puis chef du département des forces armées de la Reichswehr nouvellement créé (1926). 1929 est la première grande année pour lui : la transformation de son département en ministère lui permet de devenir secrétaire d'État, et il est élevé au rang de général de brigade. L'interdiction des SA en avril 1932 signe la rupture entre Schleicher et Groener. La volonté de Schleicher de fidéliser les SA en les intégrant dans une organisation armée au-dessus des partis n'obtient pas une large adhésion. Pourtant, le 1er juin, Schleicher devient ministre de la Défense (Reichswehrminister) au gouvernement de von Papen, dont il avait lui-même demandé la nomination au président Hindenburg, en remplacement de Heinrich Brüning.

Pourtant, les deux hommes entrent en conflit quand l'ultraconservateur Papen décrète la loi martiale : en réaction, Schleicher annonce à la radio sa ferme opposition à la mise en place d'une dictature militaire. Après les élections du 6 novembre, cet affrontement entraîne la chute du gouvernement dès le 17 novembre. Après avoir mené de vaines négociations avec Hitler pour organiser la participation des nazis au pouvoir, Schleicher est alors appelé comme Chancelier par Hindenburg et chargé de former un nouveau gouvernement (Präsidialkabinett). Il essaie de créer son équipe sur une solide assise populaire en montant une alliance avec les syndicalistes de droite et l'aile gauche des national-socialistes (Gregor Strasser), mais il en est empêché par les dirigeants sociaux-démocrates (SPD) et nazis (NSDAP). Le 22 janvier 1933, sans que Schleicher en soit informé, Hindenburg charge Franz von Papen de négocier avec Hitler la nomination de ce dernier au poste de chancelier. Le 28 janvier, Schleicher annonce à la radio qu'il quitte le pouvoir et « recommande » son remplacement par le chef des nazis : ce sera chose faite deux jours plus tard…

Le 30 juin 1934, au cours de la fameuse nuit des Longs Couteaux, l'ancien chancelier et son épouse sont abattus dans leur villa de Neubabelsberg par un commando SS. Schleicher fait partie des personnalités gênantes dont Hitler s'est débarrassé en même temps que les SA de Röhm, sous le prétexte d'un grand complot fomenté par tous ses ennemis politiques. Kurt von Schleicher n'est resté au pouvoir que deux mois, ses réalisations ont donc été minimes. Mais, historiquement, Schleicher est important dans la mesure où son conflit avec Franz von Papen a, sinon permis, du moins accéléré l'arrivée au pouvoir du dictateur nazi. En effet, les deux hommes, en s'empêchant l'un l'autre de conserver la mainmise sur la politique allemande, ont ouvert une brèche dans laquelle l'ambitieux dirigeant national-socialiste a eu beau jeu de s'engouffrer. Ainsi, Schleicher fut, à son corps défendant, un des promoteurs du pouvoir nazi.

Commenter cet article