Pucheu Pierre

Publié le par Roger Cousin

Pierre Pucheu né le 27 juin 1899 à Beaumont-sur-Oise (Val d'Oise) et fusillé le 20 mars 1944 à Alger est un industriel et homme politique français. Il a été secrétaire d'État à l'Intérieur du gouvernement de Vichy de juillet 1941 à avril 1942.

Pucheu PierrePucheu Pierre

Après des études à l'École normale supérieure, il fait carrière dans l'industrie : au sein du groupe Worms, il dirige les établissements Japy (montres et machines à écrire) ; il est chargé de la création du Cartel européen de l'acier, dirige le service d'exploitation du Comptoir sidérurgique, dépendant de la Chambre syndicale de la sidérurgie française. En 1934, il est membre des Croix-de-feu du colonel de La Rocque, puis en 1936 du Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot. Il quitte le PPF en 1937, lorsqu'il devient haut employé de la banque Worms. Il est successivement secrétaire d'État à la Production industrielle dans le gouvernement de Vichy, secrétaire d'État à l'Intérieur (18 juillet 1941), puis ministre de l'Intérieur le 11 août. Il crée les Sections spéciales pour juger en urgence les « terroristes », ainsi que les Groupes Mobiles de Réserve (GMR), ancêtres des CRS actuels.

Plusieurs militants communistes internés par le gouvernement sont guillotinés comme otages dans le cadre de cette procédure après l'assassinat d'un militaire allemand dans le métro parisien, le 21 août 1941. Après le débarquement allié en Afrique du Nord du 8 novembre 1942, il passe en Espagne dans la nuit du 11 au 12 novembre 1942. Il attend plusieurs mois avant de recevoir un sauf conduit du général général Giraud. Il débarque finalement à Casablanca le 6 mai 1943. Le 13 février 1943, il avait reçu à Madrid un sauf-conduit du général Giraud ainsi que l'assurance qu'il pourrait servir sur le front de Tunisie avec son grade de capitaine de réserve, mais sur le conseil de Maurice Couve de Murville, Giraud le fait arrêter le 12 mai. Après un procès ouvert à Alger le 4 mars 1944, Pucheu est condamné à mort par un tribunal militaire.

Sa demande de grâce est rejetée par le général de Gaulle. Il est fusillé à l'aube du 20 mars 1944. Lors de son procès, les mouvements de Résistance avaient mené campagne pour rappeler son rôle dans les Sections spéciales. C'est le premier membre du gouvernement de Vichy fusillé dans le cadre de l'épuration politique. Faute de preuves, l'exécution des 50 otages (dont 27 du camp de Châteaubriant) consécutive à l'attentat du 20 octobre 1941 avait été retirée de l'acte d'accusation ; il est pourtant établi, concernant l'affaire des otages de Châteaubriant, que les services du ministère de l'Intérieur ont communiqué aux Allemands une liste de 61 noms d'internés de Châteaubriant ; 17 d'entre eux feront partie des 27 fusillés du 22 octobre 1941.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article