Piaf Edith

Publié le par Roger Cousin

Édith Giovanna Gassion, dite Édith Piaf, chanteuse française (Paris 1915-Paris 1963). De son vivant, Édith Piaf s’est attiré tous les superlatifs, tant sa destinée, sa carrière et sa voix ont été exceptionnelles. Transcendant les générations, la force émotionnelle de ses chansons, servies par des textes qui magnifient la langue française, est demeurée intacte. La légende voudrait que la plus grande interprète française de chansons réalistes ait vu le jour sous un bec de gaz de la rue de la Villette ou de la rue de Belleville, à Paris, par une glaciale journée d’hiver.

Piaf Edith

En réalité, Édith Giovanna Gassion, qui est la fille d’artistes de la rue, Louis Alphonse Gassion (1881-1944), acrobate, et Anita Maillard, dite Line Marsa (1895-1945), chanteuse d’origine kabyle, est née dans un hôpital parisien. En revanche, l’univers à la Eugène Sue qui est le sien durant son enfance et son adolescence n’a rien d’imaginaire. Privée de son père, parti au front pendant la Première Guerre mondiale, et plus ou moins abandonnée par sa mère, Édith est tout d’abord élevée par l’une des grands-mères de celle-ci, puis par sa grand-mère paternelle, qui tient un hôtel de passe à Bernay, en Normandie. Un événement traumatisant se révélera déterminant pour le reste de son existence : aveugle à l’âge de 8 ans, elle pensera toujours n’avoir recouvré la vue que grâce aux ferventes prières adressées à sainte Thérèse.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, Édith retrouve quelque temps son père, qu’elle accompagne dans les rues. Puis, au début des années 1930, elle décide de tenter sa chance seule. Les habitués des quartiers de Belleville et de Pigalle se montrent sensibles à son talent de chanteuse. Parmi eux se trouve Louis Dupont, dit « P’tit Louis », avec qui elle se mariera et aura la petite Marcelle (morte d’une méningite en 1934). Il y a aussi, et surtout, Louis Leplée, qui tient un cabaret, le Gerny’s, sur les Champs-Élysées : non seulement Leplée, qui l’a baptisée « la Môme Piaf » en raison de sa petite taille, l’engage immédiatement, mais, en 1936, il lui fait enregistrer son premier disque, intitulé Les Mômes de la cloche.

Après Louis Leplée (assassiné à son domicile en 1936), ce sont Raymond Asso (1901-1968) et Marguerite Monnot (1903-1961) qui président à la destinée d’Édith Piaf. Le parolier, transcendé par l’amour qu’il voue à la jeune chanteuse, et la compositrice, qui a été l’élève du wagnérien Alfred Cortot (1877-1962), créent pour elle, ensemble ou séparément, un répertoire qui permet à sa voix retentissante d’émotion et à son talent de tragédienne de s’exprimer pleinement. Outre Mon légionnaire, qui triomphe lors d’un récital en 1936 à l’ABC, célèbre music-hall parisien, le Fanion de la Légion, Escale ou Elle fréquentait la rue Pigalle sont parmi ses plus grands titres de cette période. Dans les heures sombres de l’Occupation, Édith crée l’Accordéoniste (1942), dû à Michel Emer (1906-1984), l’un des paroliers, avec Henri Contet (1904-1998) et René Rouzaud (1905-1976), qui ont succédé à Raymond Asso (mobilisé) et qui accompagneront la carrière de la chanteuse après la Libération.

Adulée par le public populaire et respectée par les milieux intellectuels, Édith Piaf écrira elle-même la Vie en rose (1946). Elle apporte alors son expérience à de nouveaux artistes, tels qu’Yves Montand, qui a été son partenaire dans le film Étoile sans lumière (Marcel Blistène, 1945), et à un groupe, les Compagnons de la chanson, avec lesquels elle enregistre les Trois Cloches (1945). Mais, surtout, elle décide de donner une dimension nouvelle à sa carrière en se produisant hors des frontières. Avec les Compagnons de la chanson, elle part en tournée aux États-Unis en 1947. Alors qu’elle est à New York, en 1948, elle a le coup de foudre pour le boxeur Marcel Cerdan, qui vient de conquérir le titre de champion du monde des poids moyens.

Après avoir enregistré Jezebel (1951), d’un jeune auteur-compositeur (qui est aussi son secrétaire et son chauffeur) du nom de Charles Aznavour, Édith Piaf épouse en 1952 le chanteur Jacques Pills (1906-1970), en ayant comme témoin l’actrice Marlene Dietrich. Tandis que ses récitals se donnent à guichets fermés, à l’Olympia comme au Carnegie Hall de New York, les succès, succédant aux succès, parachèvent la légende : entre autres, Padam, padam (1952), la Foule (1953), la Goualante du pauvre Jean (1954), l’Homme à la moto (1955), les Amants d’un jour (1956), Mon manège à moi (1958), Milord (1959, avec des paroles de Georges Moustaki), Non, je ne regrette rien (1961) et À quoi ça sert l’amour ? (1962), enregistré avec Théo Sarapo (1936-1970), qui sera le dernier amour de sa vie. À Paris, Édith Piaf a sa place et sa statue (XXe arrondissement) ; elle a aussi son musée (XIe arrondissement).

Édith Piaf avait un tempérament passionné. Marcel Cerdan fut le grand amour de sa vie – amour que la mort lui enleva brutalement. Le champion français, qui était revenu en France après son combat victorieux de 1948, avait décidé de repartir au plus vite à New York pour y rejoindre Édith. Renonçant au bateau, il prit place à bord d’un avion d’Air France qui, dans la nuit du 27 au 28 octobre 1949, s’écrasa contre une montagne des Açores.

Édith Piaf ne se remit jamais de la disparition de Marcel Cerdan. Sur une musique de Marguerite Monnot, elle écrivit en sa mémoire la chanson l’Hymne à l’amour, à laquelle elle donna une dimension quasi mystique lorsqu’elle la créa salle Pleyel, à Paris, en 1950. « J’irais jusqu’au bout du monde/[…]J’irais décrocher la lune/[…]Si tu me le demandais. » Édith se livra par la suite à des séances de spiritisme, dans l’espoir d’entrer en communication avec l’esprit de Cerdan.

Discographie

  • 1935 : Les Mômes de la cloche, label Polydor premier 78 tours enregistré par Piaf. Directeur Artistique : Jacques Cannetti.
  • Édith Piaf : Simple comme bonjour/Le vagabond- Polydor 524.780 (78 tours)
  • Édith Piaf : Browning/C’est toi le plus fort-Polydor 524.356 (78 tours)
  • Édith Piaf : J’ai dansé avec l’amour/C’est un jour de fête- Polydor 524.706 (78 tours)
  • Édith Piaf : Correqu’ et reguyer/Entre Saint-Ouen et Billancourt-Polydor 524.323 (78 tours)
  • Les compagnons de la chanson et Édith Piaf : C’est pour ça/Les yeux de ma mère-Columbia DFX247 (1947)
  • Les compagnons de la chanson et Édith Piaf : Dans les prisons de Nantes/Céline-Columbia DF3053 (78 tours)
  • 1954 : De l'accordéoniste à Milord
  • 1961 : Olympia 1961

Principales chansons

  • 1936 : Mon légionnaire, paroles de Raymond Asso et musique de Marguerite Monnot.
  • 1940 : L'Accordéoniste, paroles et musique de Michel Emer.
  • 1946 : Les Trois Cloches avec Les Compagnons de la chanson, paroles et musique de Jean Villard, dit Gilles.
  • 1946 : La Vie en rose, paroles d’Édith Piaf, musique de Louiguy et Marguerite Monnot (non créditée).
  • 1947 : Une chanson à trois temps, paroles et musique d'Anna Marly.
  • 1950 : Hymne à l'amour, paroles d’Édith Piaf et musique de Marguerite Monnot.
  • 1951 : La P'tite Lili, comédie musicale en 2 actes et 8 tableaux, livret Marcel Achard, musique Marguerite Monnot, A.B.C.
  • 1951 : Padam… Padam, paroles d’Henri Contet et musique de Norbert Glanzberg.
  • 1954 : Sous le ciel de Paris, paroles de Jean Dréjac et musique d’Hubert Giraud, du film Sous le ciel de Paris de Julien Duvivier.
  • 1956 : L'Homme à la moto, adaptation par Jean Dréjac du rock américain Black Denim Trousers And Motorcycle Boots de Jerry Leiber et Mike Stoller (voir récit dédié section « Bibliographie »).
  • 1956 : Les Amants d'un jour, paroles de Claude Delécluse et Michelle Senlis, musique de Marguerite Monnot.
  • 1957 : La Foule, paroles françaises de Michel Rivgauche. Pendant sa tournée en Argentine, Édith Piaf avait écouté Que nadie sepa mi sufrir (et qui porte aujourd'hui le titre Amor de mis amores dans ses reprises), paroles originales de Enrique Dizeo et musique de Ángel Cabral, et qui a donné naissance à La Foule.
  • 1958 : Mon manège à moi, paroles de Jean Constantin et musique de Norbert Glanzberg, reprise par Etienne Daho en 1993.
  • 1959 : Milord, paroles de Georges Moustaki et musique de Marguerite Monnot.
  • 1960 : Non, je ne regrette rien, paroles de Michel Vaucaire et musique de Charles Dumont.
  • 1960 : Mon Dieu, paroles de Michel Vaucaire et musique de Charles Dumont.
  • 1962 : À quoi ça sert l'amour, paroles et musique de Michel Emer.

Liste intégrale de ses chansons

1925

  • Comme un moineau (Cette chanson ne fut jamais enregistrée)

1933

  • Entre Saint-Ouen et Clignancourt

1934

  • L'Étranger

1935

  • Mon apéro
  • La Java de Cézigue
  • Fais-moi valser

1936

  • Les Mômes de la clôche
  • Moi j'aime ça ! (Cette chanson ne fut jamais enregistrée)
  • J'suis mordue
  • Mon légionnaire
  • Le Contrebandier
  • La Fille et le chien
  • La Julie jolie
  • Va danser
  • Chand d'habits
  • Reste
  • Les Hiboux
  • Quand même (du film La Garçonne)
  • La Petite Boutique
  • Y'avait du soleil
  • Il n'est pas distingué
  • Les Deux Ménétriers
  • Mon amant de la Coloniale
  • C'est toi le plus fort
  • Le Fanion de la Légion
  • J'entends la sirène
  • Ding, Din, Don
  • Madeleine qu'avait du cœur
  • Les marins ça fait des voyages
  • Simple comme bonjour
  • Le Mauvais Matelot
  • Celui qui ne savait pas pleurer

1937

  • Le Grand Voyage du pauvre nègre
  • Un jeune homme chantait
  • Tout fout le camp
  • Ne m'écris pas
  • Partance
  • Dans un bouge du Vieux Port
  • Mon cœur est au coin d'une rue

1938

  • С'est lui que mon cœur a choisi
  • Paris-Méditerranée
  • La Java en mineur (Acétate enregistré chez Marie Dubas)
  • Browning
  • Le Chacal
  • Corrèqu'et réguyer

1939

  • Y'en a un de trop
  • Elle fréquentait la rue Pigalle
  • Le Petit Monsieur triste
  • Les Deux Copains
  • Je n'en connais pas la fin

1940

  • Embrasse-moi
  • On danse sur ma chanson
  • Sur une Colline
  • C'est la moindre des choses
  • Escale
  • La fille de joie est triste (L'Accordéoniste)

1941

  • Où sont-ils, mes petits copains ?
  • C'était un jour de fête
  • C'est un monsieur très distingué
  • J'ai dansé avec l'Amour (du film Montmartre-sur-Seine)
  • L'Homme des bars
  • Le Vagabond

1942

  • Jimmy, c'est lui
  • Un coin tout bleu (du film Montmartre-sur-Seine)
  • Sans y penser
  • Un Monsieur me suit dans la rue
  • Mon amant de Saint-Jean (Cette chanson ne fut jamais enregistrée)

1943

  • Tu es partout (du film Montmartre-sur-Seine)
  • J'ai qu'à l'regarder…
  • Le Chasseur de l'hôtel
  • C'était une histoire d'amour
  • Le Brun et le Blond
  • Monsieur Saint-Pierre
  • Coup de grisou
  • De l'autre côté de la rue
  • La Demoiselle du Cinquième (Cette chanson ne fut jamais enregistrée)

1944

  • Les Deux Rengaines
  • Y'a pas d'printemps
  • Les Histoires de cœur
  • C'est toujours la même histoire

1945

  • Le Disque usé
  • Elle A… (Cette chanson ne fut jamais enregistrée)
  • Regarde-moi toujours comme ça
  • Les gars qui marchaient
  • Il riait
  • Monsieur Ernest a réussi

1946

  • La Vie en rose
  • Les Trois Cloches (avec Les Compagnons de la chanson)
  • Dans ma rue
  • J'm'en fous pas mal
  • C'est merveilleux
  • Adieu mon cœur
  • Le Chant du Pirate
  • Céline (avec Les Compagnons de la chanson)
  • Le Petit Homme
  • Le roi a fait battre tambour (avec Les Compagnons de la chanson)
  • Dans les prisons de Nantes (avec Les Compagnons de la chanson)
  • Mariage
  • Un refrain courait dans la rue
  • Miss Otis Regrets

1947

  • C'est pour ça (du film Neuf Garçons, Un cœur, avec Les Compagnons de la chanson)
  • Qu'as-tu fait John?
  • Sophie (du film Neuf Garçons, Un cœur)
  • Le Geste
  • Si tu partais
  • Une chanson à trois temps
  • Un homme comme les autres
  • Les cloches sonnent
  • Johnny Fedora et Alice Blue Bonnet (avec Les Compagnons de la chanson, cette chanson ne fut jamais enregistrée)
  • Le rideau tombe avant la fin
  • Elle avait son sourire

1948

  • Monsieur Lenoble
  • Les Amants de Paris
  • Il a chanté
  • Les Vieux bateaux
  • Il pleut
  • Cousu de fil blanc
  • Amour du mois de mai
  • Monsieur X

1949

  • Bal dans ma rue
  • Pour moi tout' seule
  • Pleure pas
  • Le Prisonnier de la tour (Si le Roi savait ça, Isabelle)
  • L'Orgue des amoureux
  • Dany
  • Paris (du film L'Homme aux mains d'argile)

1950

  • Hymne à l'amour
  • Le Chevalier de Paris
  • Il fait bon t'aimer
  • La p'tite Marie
  • Tous les amoureux chantent
  • Il y avait
  • C'est d'la faute à tes yeux
  • C'est un gars
  • Hymn to Love
  • The Three Bells
  • Le ciel est fermé
  • La fête continue
  • Simply a Waltz
  • La Vie en rose (en anglais)

1951

  • Padam… padam…
  • Avant l'heure
  • L'Homme que j'aimerai
  • Du matin jusqu'au soir
  • Demain (Il fera jour)
  • C'est toi (avec Eddie Constantine)
  • Rien de rien
  • Si, si, si, si (avec Eddie Constantine)
  • À l'enseigne de la Fille Sans Cœur
  • Télégramme
  • Une enfant
  • Plus bleu que tes yeux
  • Le Noël de la rue
  • La Valse de l'amour
  • La Rue aux Chansons
  • Jezebel
  • Chante-moi (avec M. Jiteau)
  • Chanson de Catherine
  • Chanson bleue
  • Je hais les dimanches

1952

  • Au bal de la chance
  • Elle a dit
  • Notre-Dame de Paris
  • Mon ami m'a donné
  • Je t'ai dans la peau (du film Boum sur Paris)
  • Monsieur et Madame
  • Ça gueule ça, Madame (avec Jacques Pills) (du film Boum sur Paris)

1953

  • Bravo pour le clown
  • Sœur Anne
  • N'y va pas Manuel
  • Les Amants de Venise
  • L'effet qu'tu m'fais
  • Johnny, tu n'es pas un ange
  • Jean et Martine
  • Et moi…
  • Pour qu'elle soit jolie, ma chanson (avec Jacques Pills) (du film Boum sur Paris)
  • Les croix
  • Le Bel Indifférent (Monologue de Jean Cocteau)
  • Heureuse

1954

  • La Goualante du Pauvre Jean
  • Enfin le printemps (Vise, mon Jules…)
  • Retour
  • Mea culpa
  • Ça ira (du film Si Versailles m'était conté…)
  • Avec ce soleil
  • L'Homme au Piano
  • Sérénade du Pavé (du film French Cancan)
  • Sous le ciel de Paris

1955

  • L'Accordéoniste
  • Un grand amour qui s'achève
  • Miséricorde
  • C'est à Hambourg
  • Légende
  • Le Chemin des forains

1956

  • Heaven Have Mercy (Miséricorde)
  • One Little Man (Le Petit Homme)
  • Autumn Leaves
  • 'Cause I Love You
  • Chante-moi (en anglais)
  • Don't Cry (Pleure pas)
  • I Shouldn't Care (J'men fous pas mal)
  • My Lost Melody (Je n'en connais pas la fin)
  • Avant nous
  • Et pourtant
  • Marie la française
  • Les Amants d'un jour
  • L'Homme à la moto
  • Soudain une vallée
  • Une dame
  • Toi qui sais

1957

  • La Foule
  • Les Prisons du Roy
  • Opinion publique
  • Salle d'attente
  • Les Grognards
  • Comme moi

1958

  • C'est un homme terrible
  • Je me souviens d'une chanson
  • Je sais comment
  • Tatave
  • Les Orgues de Barbarie
  • Eden blues
  • Le Gitan et la fille
  • Fais comme si
  • Le Ballet des cœurs
  • Les Amants de demain
  • Les Neiges de Finlande
  • Tant qu'il y aura des jours
  • Un étranger
  • Mon manège à moi

1959

  • Milord
  • T'es beau, tu sais

1960

  • Non, je ne regrette rien
  • La Vie, l'Amour
  • Rue de Siam
  • Jean l'espagnol
  • La belle histoire d'amour
  • La Ville inconnue
  • Non, la vie n'est pas triste
  • Kiosque à journaux
  • Le Métro de Paris
  • Cri du cœur
  • Les Blouses blanches
  • Les Flonflons du bal
  • Les Mots d'amour
  • T'es l'homme qu'il me faut
  • Mon Dieu
  • Boulevard du crime
  • C'est l'amour
  • Des histoires
  • Ouragan
  • Je suis à toi
  • Les Amants merveilleux
  • Je m'imagine
  • Jérusalem
  • Le Vieux piano

1961

  • C'est peut-être ça
  • Les Bleuets d'Azur
  • Quand tu dors
  • Mon vieux Lucien
  • Le Dénicheur (Cette chanson ne fut jamais enregistrée)
  • J'n'attends plus rien
  • J'en ai passé des nuits
  • Exodus
  • Faut pas qu'il se figure
  • Les Amants (avec Charles Dumont)
  • No Regrets
  • Le Billard électrique
  • Marie-Trottoir
  • Qu'il était triste cet anglais
  • Toujours aimer
  • Mon Dieu (anglais)
  • Le Bruit des villes
  • Dans leurs baisers

1962

  • À quoi ça sert, l'amour ?
  • Le droit d'aimer
  • À quoi ça sert, l'amour ? (avec Théo Sarapo)
  • Fallait-il
  • Une valse
  • Inconnu excepté de Dieu (avec Charles Dumont)
  • Quatorze juillet
  • Les Amants de Teruel (avec Mikis Theodorakis/Jacques Plante)
  • Roulez tambours
  • Musique à tout va
  • Le Rendez-vous
  • Toi, tu l'entends pas !
  • Carmen's Story
  • On cherche un auguste
  • Ça fait drôle
  • Emporte-moi
  • Polichinelle
  • Le Petit Brouillard (Un petit brouillard)
  • Le Diable de la Bastille
  • Elle chantait (avec Théo Sarapo)

1963

  • C'était pas moi
  • Le Chant d'amour
  • Tiens, v'là un marin
  • J'en ai tant vu
  • Traqué
  • Les Gens
  • Margot Cœur Gros
  • Monsieur Incognito
  • Un dimanche à Londres
  • L'Homme de Berlin (son dernier enregistrement)
  • Filles d'Israël (inédite)
  • Un jour (inédite)

Filmographie

  • 1936 : La Garçonne de Jean de Limur : La chanteuse
  • 1941 : Montmartre-sur-Seine de Georges Lacombe : Lily
  • 1946 : Étoile sans lumière de Marcel Blistène : Madeleine
  • 1948 : Neuf garçons, un cœur de Georges Friedland : Christine
  • 1952 : Paris chante toujours de Pierre Montazel : Elle-même
  • 1954 : Boum sur Paris de Maurice de Canonge : Elle-même
  • 1954 : Si Versailles m'était conté de Sacha Guitry : Une fille du peuple qui chante Ah ! ça ira
  • 1954 : French Cancan de Jean Renoir : Eugénie Buffet
  • 1959 : Les Amants de demain de Marcel Blistène : Simone

 

Publié dans Chanteurs-Chanteuses

Commenter cet article