Olga Alexandrovna de Russie

Publié le par Mémoires de Guerre

Olga Alexandrovna, grande duchesse de Russie et peintre, est née le 13 juin 1882 au palais du cottage à Peterhof en Russie. Elle décède le 24 novembre 1960 à Cooksville au Canada et est enterrée au "York Cemetery" à Toronto. 

Olga Alexandrovna de Russie
Olga Alexandrovna de Russie
Olga Alexandrovna de Russie
Olga Alexandrovna de Russie

Olga épousa le 27 juillet 1901 le prince Peter Alexandrovitch d'Oldenbourg, né le 21 novembre 1868, mort le 11 mars 1924 à Antibes. Il était le fils d’Alexandre, prince de Oldenburg et Eugenia Maximilian princesse Romanovsky, duchesse de Leutchenberg. Le mariage fut dissout le 16 octobre 1916. Olga se remaria le 17 novembre 1916 à Kiev avec le colonel de la garde des cuirassiers impériaux, Nikolaj Kulikovsky, né le 15 novembre 1882 à Estratovska, mort le 11 août 1958 à Cooksville au Canada. Olga Alexandrovna de la dynastie Romanov, grande-duchesse de Russie et cousine de Christian X de Danemark, s’exila en 1917 avec son mari Nikolaj Kulikovsky. Ils vécurent d’abord en Crimée, puis s’installèrent ensuite au Danemark, elle même son mari et ses fils, Tihon (1917-1993) et Guri (1919-1983). Le palais royal de Amalienborg à Copenhague qui était la résidence de sa mère, fut leur première étape. Ils s'installèrent ensuite au palais de Hvidøre à Klampenborg (à une trentaine de kilomètres de Copenhague), un palais que l’impératrice veuve Dagmar avait acheté avec sa sœur Alexandra d’Angleterre en 1907. Après la mort de Dagmar en 1928, Olga déménagea avec sa famille à Rygaard, près de Gammel Holte (à quelques kilomètres de Copenhague, mais un endroit considéré comme rural à cette époque). Cette ferme appartenait à un ami nommé Gorm Rasmussen.

En 1930, la famille s’appropria une ferme à Ballerup (à une trentaine de kilomètre de Copenhague), ”Knudsminde” et s’y installèrent comme propriétaires fermiers. Les fils Tihon et Guri, firent tous deux carrières dans l’armée danoise, Tihon comme lieutenant capitaine de la Garde de sa Majesté, et Guri comme lieutenant capitaine dans le régiment des Hussards de la Garde. Ils se marièrent tous les deux avec des jeunes femmes de leur région. Nikolaj s’occupait des affaires de la ferme pendant qu’Olga se consacrait entièrement à ses arts. Elle exposa régulièrement et avec succès et fut un peintre assez populaire. Elle eut de nombreux amis parmi les artistes de l’époque comme les peintres, Peter Mønsted et Ole Søndergaard ainsi que son fils le sculpteur Ole Søndergaard. Le style de Olga fut d’un traditionalisme naturaliste qui peut paraître a priori un peu « sec », mais ses aquarelles surtout, furent d’un niveau artisanal remarquable. Elle excella aussi dans la peinture sur porcelaine, une discipline où elle enseigna également. Olga continua de peindre au Canada où la famille s’était de nouveau réfugiée en 1948, pour des raisons de sécurité.

Olga vécut en Russie jusqu’en 1917, séjour seulement interrompu par des vacances au Danemark chez ses grands parents Christian IX et la reine Louise (Louise de Hesse-Cassel), un voyage en Pologne en 1894, en France en 1901 et 1907, en Angleterre en 1912, en Autriche en 1915, en Crimée en 1917-1920. Elle s’installa au Danemark et y vécut de 1920 à 1948 et au Canada en 1948 jusqu’à sa mort en 1960. Elle eut à Saint-Pétersburg, Vlatislav Kournakovitch comme professeur de violon et Julianowitsch Shukovskij (peintre paysagiste) comme professeur de peinture. Shukovskij, né en 1873, est représenté au musée de Saint-Pétersbourg et à la galerie Tretjakoff. Il exposa le 15 janvier 1927 à l'occasion d'une exposition, »Frie Udstilling« (L'équivalent du Salon des Refusés en France) à Copenhague. Elle exposa à Charlottenborg (Danemark) aux printemps 1932-33, 1945, 1947-48. Elle participa à différentes expositions en 1942. Elle exposa et participa : Depuis le 24 octobre 1996 lui est ouverte une exposition permanente au musée régional de Ballerup. Elle exposa également au Canada, en Angleterre, en Allemagne et en France.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article