Mussolini Alessandra

Publié le par Mémoires de Guerre

Alessandra Mussolini, née le 30 décembre 1962 à Rome (Italie), est une femme politique italienne. Plusieurs fois élue députée en Italie, elle a été aussi députée européenne de 2004 à 2008.

Mussolini Alessandra
Mussolini Alessandra
Mussolini Alessandra
Mussolini Alessandra
Mussolini Alessandra
Mussolini Alessandra
Mussolini Alessandra
Mussolini Alessandra
Mussolini Alessandra
Mussolini Alessandra
Mussolini Alessandra

Elle est actuellement députée à la Camera dei deputati, la chambre basse du Parlement italien. Au début des années 1980, elle fut même actrice, mannequin et chanteuse. C'est la fille d'Anna Maria Scicolone, sœur cadette de Sophia Loren, et de Romano Mussolini, quatrième fils du dictateur fasciste Benito Mussolini et de Rachele Guidi, décédé en février 2006. Elle est mariée à Mauro Floriani depuis 1989 et est mère de trois enfants : Caterina, Clarissa et Romano (appelé ainsi en l'honneur de son père).

Après avoir présenté l'édition 1981-82 du célèbre show dominical, Domenica In (littéralement "Dimanche dans...", il s'agit de plusieurs émissions étalées sur toute la journée), elle se lança dans une carrière cinématographique, aidée par sa tante, Sophia Loren. Elle participa en effet à quelques comédies sexy, mais le scandale suscité par son apparition dans le numéro d'août 1983 du magazine Playboy, n'aida pas sa carrière d'actrice. Après le film Sabato, domenica e lunedi (Samedi, dimanche et lundi), elle décida de se retirer du monde du spectacle pour s'occuper de politique. Elle a aussi fait un 33 tours sur lequel on trouve ses chansons sorties uniquement au Japon.

Battue au second tour des municipales avec l'étiquette Mouvement social italien (Movimento Sociale Italiano, MSI) qui deviendra en 1994 l'Alliance nationale (Alleanza Nazionale, AN), par le candidat de la gauche Antonio Bassolino à Naples, en 1992 elle manifeste son désaccord avec le chef de ce parti, Gianfranco Fini, vice-président du gouvernement de coalition dirigé par Silvio Berlusconi. Rejetant la ligne politique de l'Alliance nationale, qui, selon son point de vue, jette aux orties l'« héritage mussolinien » (Gianfranco Fini ayant décrit le fascisme comme un « mal absolu »), elle démissionne avec fracas du parti le 28 novembre 2003 et ne tarde pas à créer l'Alternative sociale (Alternativa Sociale con Alessandra Mussolini), étiquette sous laquelle elle a obtenu environ 1% des voix aux élections européennes des 12 et 13 juin 2004 et un siège de député, le sien, au Parlement européen. Elle y a siégé en 2007 dans le groupe ITS dirigé par Bruno Gollnisch, et dont elle démissionne au cours de la même année.

Son éviction — puis sa réadmission — aux élections régionales de 2005, suite à une décision du Conseil d'État italien, après des allégations de fraude de signatures lors de la présentation des listes, lui permet de défendre ses couleurs dans le Latium (en sus de la Campanie). Aux élections régionales des 3 et 4 avril 2005, Alessandra Mussolini obtient 1,9% des voix (62 352 votes) dans le Latium avec sa liste Alternative sociale (Alternativa Sociale con Alessandra Mussolini). En 2007, suite à un amalgame des sa part entre délinquants roms originaires de Roumanie et roumains, les 5 députés du parti de la grande Roumanie appartenant au groupe Identité, tradition, souveraineté le quittent, ce qui entraîne sa dissolution pour cause de manque d'effectif.

Avec la fin de son alliance avec Forza Nuova, son mouvement a repris le nom d'Action sociale et a adhéré au Peuple de la liberté de Silvio Berlusconi. En avril 2008, elle est élue députée pour la circonscription Campanie I et démissionne donc de son mandat de députée européenne. Elle est remplacée par Roberto Fiore. « Meglio fascista che frocio ! » (Mieux vaut être fasciste que pédé !) déclare-t-elle lors d'un débat télévisé le 9 mars 2006, faisant allusion à Vladimir Luxuria, un transexuel candidat lors de l'élections législatives de 2006 et actuel député du Parti de la refondation communiste (PRC). Lors d'un débat télévisé, elle donne un coup de pied à l'entrejambe d'un de ses adversaires politiques qui l'avait insultée et menacée.

Commenter cet article