Müller Heinrich

Publié le par Mémoires de Guerre

Heinrich Müller, surnommé Gestapo Müller, né à Munich le 28 avril 1900, disparu en mai 1945, fut le chef du département IV (Amt IV) de l'Office central de la sécurité du Reich, qui regroupait la Gestapo et la police des frontières. 

Müller Heinrich
Müller Heinrich
Müller Heinrich
Müller Heinrich
Müller Heinrich

Il joua un rôle majeur dans la planification et la mise en œuvre de la Shoah. En tant que chef de la Gestapo, Müller est étroitement associé à tous les crimes qui ont été planifiés, préparés et organisés par l’Office central de la sécurité du Reich. Au début du mois de septembre 1939, il donna notamment des instructions pour « le traitement spécial » (Sonderbehandlung), c'est-à-dire l’assassinat des opposants politiques. Le Service de la Gestapo aux affaires juives (Judenreferat), dirigé par Adolf Eichmann, était directement sous ses ordres. Müller fut responsable de la rédaction des rapports quotidiens (Ereignismeldungen) des Einsatzgruppen dans lesquels les assassinats commis par ceux-ci étaient rapportés. Il fut un des fonctionnaires les plus puissants du régime national-socialiste. Il fait partie des personnalités importantes du régime nazi qui ne furent jamais capturées ou dont la mort ne put être prouvée. Il a été vu pour la dernière fois dans le Führerbunker à Berlin le 1er mai 1945. Son sort après guerre resta incertain, mort le 1er ou le 2 mai 1945 ou ayant réussi à fuir hors d'Allemagne. En 2013, l'historien Johannes Tuchel, directeur du Mémorial allemand de la résistance, affirma avoir retrouvé des documents d'archive indiquant que son corps avait été retrouvé sommairement enterré à Berlin en août 1945 puis versé dans une fosse commune du cimetière juif de Grosse Hamburger Strasse de Berlin-Mitte dans le quartier soviétique, situé en 1961 à Berlin-Est. Le surnom de Gestapo Müller permettait de le distinguer d'un autre général SS également nommé Heinrich Müller.

Au début de septembre 1939, il a donné des instructions sur « le traitement spécial » (Sonderbehandlung), l’assassinat, réservé aux opposants politiques. Le Service de la Gestapo préposé aux Juifs IV B 4. (Judenreferat) dirigé par Adolf Eichmann était également sous ses ordres. Il a été de plus très impliqué dans la planification et la mise en œuvre du génocide contre les Juifs en Union soviétique. Müller a dirigé, sur ordre de Reinhard Heydrich, les Einsatzgruppen et fut responsable de la rédaction des rapports quotidiens (Ereignismeldungen), dans lesquels les rapports des Einsatzgruppen étaient résumés. Müller fut un des fonctionnaires les plus puissants du régime national-socialiste. Müller est né dans une famille catholique ouvrière de Munich, capitale de la Bavière. Il travailla d'abord comme apprenti mécanicien chez BMW, sur des avions de combat, ensuite, en 1917, il se porta volontaire dans l'armée allemande et servi en tant que pilote pour une unité de repérage d'artillerie durant la fin de la Première Guerre mondiale. Durant son service, il fut remarqué pour sa bravoure, qui lui vaudra même une décoration (Croix de Fer, 2ème classe). Il fut démobilisé en 1919 avec le grade de sous-officier.

Après sa démobilisation, il s'engagea dans la police Bavaroise, dans laquelle il fut impliqué dans la répression des troubles communistes ayant suivi la guerre. Après avoir été témoin de la mise à mort d'otages par l'"armée rouge" révolutionnaire sous la république soviétique de Bavière, il développa une haine profonde à l'égard du communisme. Durant les années de la République de Weimar, Müller monta en grade et finit par diriger le département politique de la police de Munich. L'historien Richard J. Evans a écrit de lui : "Müller était obsédé par le devoir et la discipline, et approchait toutes les tâches qui lui étaient confiées comme si elles étaient des ordres militaires. C'était un vrai bourreau du travail qui ne prenait jamais un jour de congé. Müller était déterminé à servir l'État allemand, et cela sans distinction de son régime politique et était convaincu que c'était le devoir de tous que d'obéir à ses ordres."

Il devient alors inspecteur chef (Polizeisekretär) chargé d’une section qui traque les organisations communistes. Zélé et efficace, il propose de créer une division de la police politique dans le camp de concentration de Dachau. Dès 1934, il entre dans la SS et est promu en 1936, après une mutation à Berlin, chef adjoint du département de la police politique (Amt Politische Polizei) à l’office central de la police de sécurité (Hauptamt Sicherheitspolizei). Ce n’est que fin 1938 qu’il adhère au parti nazi. Il semble en effet que Müller bénéficie de la protection de Reinhard Heydrich, car Müller détient la preuve que celui-ci a du sang juif par sa mère. Müller possède en outre un grand réseau d’indicateurs et donc des renseignements sur les dignitaires nazis, ce qui accélère son ascension. Il est tour à tour conseiller du gouvernement et conseiller d’État pour les affaires criminelles.

Il joue un rôle de premier plan dans plusieurs affaires, comme la mise en scène de l’attaque polonaise simulée sur une station de radio allemande qui déclenchera la guerre (1939). Il devient l’adjoint de Reinhard Heydrich qui lui confie le département IV de l’Office central de la sécurité du Reich. En 1938, il crée le bureau central pour l’émigration des Juifs (Reichszentrale für jüdische Auswanderung) dont il confie la direction à Adolf Eichmann. À ce titre, il a une responsabilité écrasante dans la Shoah. La Gestapo s’est par ailleurs rendue coupable d’avoir organisé des rafles et des expropriations innombrables. En 1940, il est promu général de brigade dans les SS (SS-Brigadeführer). Il est élevé au grade de général de division (SS-Gruppenführer). Cette affaire occupera durablement Müller pendant la guerre. Il s’agit d’un réseau de radios espions qui renseignent les Soviétiques. D’abord confié à l’Abwehr, les services secrets de l’armée allemande, ce dossier lui reviendra quand il aura insisté et fait jouer toutes ses relations. Il attache beaucoup d’importance à cette affaire. À la tête d’un commando spécial (Sonderkommando), Müller démasque et arrête une centaine d’espions en Allemagne et en France dont le chef du réseau pour l’ouest, Leopold Trepper. Muller a été vu pour la dernière fois dans le bunker d'Hitler, le 29 avril 1945.

Il aurait tenu les propos suivants, d'après Hans Baur, le pilote d'Hitler  : "Nous connaissons très bien les méthodes des russes. Je n'ai pas la moindre intention d'être fait prisonnier par les russes." A partir de ce jour, il n'a laissé aucune trace. Cette disparition a donné lieu à trois types d'explication : Tout d'abord que celui-ci s'est suicidé, ou a été tué, durant la chute de Berlin, et que son corps n'a pas été trouvé. C'est ce qui est arrivé dans le cas de Bormann, dont les restes ont été découverts en 1972, et dont l'identité fut prouvée par une analyse ADN en 1998. La deuxième hypothèse est que celui-ci ait réussi à s'échapper, et vécu ensuite à l'abri en Amérique du Sud, comme ce fut le cas pour Eichmann, ainsi que pour bien d'autres. La troisième hypothèse est que Muller fut recruté, soit par les États-Unis, soit par l'Union Soviétique, et employé par eux durant la guerre froide. Cette hypothèse est inspirée par les exemples de Reinhard Gehlen, lequel fut employé dans un premier temps par les États-Unis et par l'Allemagne de l'Ouest, mais également de Klaus Barbie, membre de la Gestapo et criminel de guerre, qui fut enrôlé dans les rangs du Counter Intelligence Corps, (CIC), ancêtre de la CIA.

Le dossier de la CIA concernant Muller fut rendu consultable en 2001, selon la loi sur la liberté de l'information (Freedom Information Act). Ce dossier rend compte de plusieurs tentatives infructueuses par différents services de trouver Muller. Le commentaire en forme de conclusion des Archives Nationales des Etats-Unis sur ce dossier est net : "Bien que ne donnant pas de conclusion sur le destin final de Muller, le dossier est très clair sur un point : la CIA n'a jamais été en contact avec Muller." Ce dossier de la CIA montre également que, parmi beaucoup d'autres dignitaires du Parti Nazi, une recherche assidue lui fut consacrée, ceci dans les mois succédant à la défaite allemande. La recherche a été menée par la branche du Contre-Espionnage Américain, rattachée au Bureau des Services Stratégiques, prédécesseur de la CIA. Cette recherche a été compliquée par le caractère courant du patronyme d'Heinrich Müller. D'après les Archives Nationales: "A la fin de 1945, les forces d'occupations en Allemagne, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis avaient regroupé des informations concernant de nombreux Heinrich Muller, ceux-ci ayant des caractéristiques différentes, ayant occupé des emplois différents, n'étant pas né au même moment...

Une partie du problème dérive du fait que quelques uns parmi ceux-ci ne possédaient pas un deuxième prénom, comme le chef de la Gestapo. Une difficulté supplémentaire était que deux Muller avaient rang de général dans la SS. Les Etats-Unis cherchaient toujours Muller en 1947, en s'appuyant sur la recherche de la maison de sa maîtresse durant la guerre, Anna Schmid. Aucune preuve ne suggérant qu'il vivait encore ne fut trouvée. Avec le déclenchement de la guerre froide et en conséquence le déplacement de priorité, l'intérêt pour la poursuite des Nazis déclina. La capture en 1960 d'Adolf Eichmann, ainsi que son procès en Israel, signifia un nouvel intérêt concernant Müller. Bien qu'Eichmann ne révélât pas d'informations spécifiques, il déclara à ses interrogateurs Israeliens penser que Muller était toujours vivant. Cette déclaration aboutit à ce que le service Ouest-Allemand chargé de la poursuite des criminels de guerre lance une nouvelle investigation.

Cette investigation prit en compte la possibilité qu'il travaille pour l'Union Soviétique, mais sans gagner d'information. Ils placèrent sa famille ainsi que son ex-secrétaire sous surveillance, pour le cas ou il aurait correspondu avec eux. En 1967, à Panama, Francis William Keith a été accusé d'être Heinrich Müller. Les diplomates Ouest-Allemands firent pression sur Panama pour son extradition. Bien que Sophie Müller ait identifié cet homme comme son mari, il fut relâché seulement après que ses empreintes digitales eurent révélé qu'il n'était pas Heinrich Müller. Les services Ouest-Allemands prirent également en compte plusieurs rapports qui concluaient à la découverte et à l'enterrement de son corps dans les jours suivant la chute de Berlin. Aucune des sources de ces rapports n'était totalement digne de confiance ; les rapports étaient non seulement contradictoires, mais il était de plus impossible de confirmer aucun d'entre eux. Le plus intéressant d'entre eux vint de Walter Luders, ancien membre des Volkssturm, ayant fait partie d'une unité d'enterrement, qui déclara avoir trouvé le corps d'un général SS dans le jardin de la Chancellerie du Reich, avec les papiers d'identité de Heinrich Müller. Le corps avait été enterré, d'après Lüders, dans une fosse commune situé dans l'ancien cimetière juif de la Grosse Hamburger Strasse. Cette fosse commune étant située dans le secteur d'occupation soviétique, le lieu de l'enterrement ne put être fouillé. Il n'y a eu depuis la réunification de l'Allemagne aucune tentative de fouiller ce site.

Commenter cet article