Luxemburg Rosa

Publié le par Mémoires de Guerre

Rosa Luxemburg est une militante et théoricienne marxiste, socialiste, communiste et révolutionnaire allemande, née en Pologne le 5 mars 1871 et morte assassinée le 15 janvier 1919 pendant la Révolution allemande, lors de la répression de la Révolte spartakiste de Berlin. 

Luxemburg Rosa
Luxemburg Rosa
Luxemburg Rosa
Luxemburg Rosa
Luxemburg Rosa

Figure de l'aile gauche de l'Internationale socialiste, fidèle à l'internationalisme, elle s'est opposée à la Première Guerre mondiale. Pour cette raison, elle fut exclue du SPD, et co-fonda la Ligue spartakiste. De son nom est dérivé le terme de luxembourgisme, s'inspirant de sa pratique et de sa théorie. Rosa Luxemburg (ou Róża Luksemburg) est née le 5 mars 1871 dans la ville polonaise de Zamość, non loin de Lublin. Elle est issue d'une famille de commerçants juifs et fait des études brillantes au lycée de Varsovie. Elle milite au sein d'un parti socialiste révolutionnaire polonais : « Prolétariat ». Son activité politique la contraint à fuir en Suisse. Elle a 18 ans. À Zurich, elle reprend ses études qu'elle conclut par une thèse d'économie politique sur l'industrialisation de la Pologne, thèse qui est publiée en Allemagne. En 1893, elle lance le premier numéro du journal La Cause ouvrière qui paraît à Paris, puis en 1894 elle cofonde avec Leo Jogiches le SDKP, Parti social-démocrate du royaume de Pologne (gauche polonaise). Le SDKP est fondé quelques mois après le congrès de Zurich de la Deuxième Internationale au cours duquel la délégation du journal La Cause ouvrière s'est opposée au Parti socialiste polonais et à ses soutiens. Il deviendra le SDKPiL en 1900 quand il s'alliera avec les Lituaniens. Après son mariage blanc avec Gustav Lübeck, elle acquiert la nationalité allemande et s'installe, en 1898, dans ce pays où elle milite au sein du Parti social-démocrate (SPD) et de la Deuxième Internationale (Internationale socialiste). Elle y anime l'aile gauche, se faisant héritière des théories de Karl Marx. Elle affirme ses qualités de théoricienne du socialisme par la cohérence et la rigueur de ses analyses, en polémiquant contre les réformistes menés par Eduard Bernstein en Allemagne ou Alexandre Millerand en France.

Elle travaille comme journaliste pour la presse socialiste, comme traductrice (elle parle yiddish, polonais, russe, allemand et français), et comme enseignante à l’école du SPD. Elle y donne des cours d’économie, d’histoire de l’économie, d’histoire du socialisme. À la suite de la tuerie du Dimanche rouge, le 22 janvier 1905 à Saint-Pétersbourg, la révolution éclate en Russie. Rosa Luxemburg regagne Varsovie en décembre et participe au mouvement insurrectionnel qui suit en Pologne. Arrêtée avec Leo Jogiches, elle est démasquée et frôle l'exécution. Quelque temps plus tard, elle est libérée et assignée à résidence en Finlande. Elle rentre en Allemagne en 1906. Dans les années qui suivent, elle se retrouve marginalisée et censurée au sein de son parti, qui opte de plus en plus pour l'intégration de la classe ouvrière au sein de la société capitaliste. Cette évolution droitière aboutit au vote des crédits de guerre en août 1914. Rosa Luxemburg, aux côtés de Karl Liebknecht, s'oppose à cette dérive guerrière. Elle déclare : « Les guerres sont un phénomène barbare, profondément immoral, réactionnaire et contraire aux intérêts du peuple ». Elle est arrêtée et emprisonnée pour cela en février 1915. Elle écrit en prison la brochure La Crise de la social-démocratie, publiée clandestinement sous le pseudonyme Junius. Libérée en février 1916, elle est de nouveau arrêtée en juillet 1916 et reste en prison jusqu'au 8 novembre 1918, date à laquelle elle est libérée par la Révolution allemande.

Pendant cette période d'emprisonnement, elle est exclue du SPD et organise de façon clandestine le mouvement révolutionnaire spartakiste (Ligue Spartakus), ancêtre du Parti communiste d'Allemagne (KPD). Elle rédige le programme et précise la tactique de ce Parti, fondé en décembre 1918. Rosa Luxemburg dirige le journal de sa formation politique : Die Rote Fahne (Le Drapeau rouge). Elle écrit une série de textes sur la Révolution russe, le « fait le plus considérable de la guerre mondiale » à propos desquels les interprétations divergent. Elle dénonce violemment « l'opportunisme » des dirigeants de la social-démocratie allemande (Eduard Bernstein, Karl Kautsky) et des mencheviks russes, leur politique de soutien à l'impérialisme. Dans ce contexte, elle salue le parti bolchevik en tant que « force motrice » « à qui revient le mérite historique d'avoir proclamé dès le début et suivi avec une logique de fer la tactique qui seule pouvait sauver la démocratie et pousser la révolution en avant. Tout le pouvoir aux masses ouvrières et paysannes, tout le pouvoir aux soviets. ».

La critique de la politique poursuivie par ce dernier apparaît d'autant plus nécessaire pour Rosa Luxemburg. Elle rejette d'abord l'adoption par le parti bolchevik de « deux mots d'ordre petit-bourgeois » : la distribution des terres aux paysans et l'application du « droit des nations à disposer d'elle même ». Ces mesures menacent en effet d'aboutir à la constitution d'une couche de petits propriétaires fonciers hostiles au socialisme d'une part et au « dépècement de la Russie » d'autre part, le slogan du « droit des peuples à disposer d'eux-mêmes » constituant pour les bourgeoisies nationales « un instrument de leur politique contre révolutionnaire ». Elle critique enfin la dissolution de l'Assemblée constituante et l'étouffement de la démocratie politique par les bolcheviques : « La liberté seulement pour les partisans du gouvernement, pour les membres d'un parti, aussi nombreux soient-ils, ce n'est pas la liberté. La liberté, c'est toujours la liberté de celui qui pense autrement. »

Si pour Rosa Luxemburg, « la dictature socialiste [...] ne doit reculer devant aucun moyen de contrainte pour imposer certaines mesures dans l'intérêt de la collectivité », elle estime que le pouvoir léniniste est « une dictature, il est vrai, non celle du prolétariat, mais celle d'une poignée de politiciens, c'est-à-dire une dictature au sens bourgeois ». Elle préconise au contraire « la démocratie la plus large et la plus illimitée », et rappelle que « c’est un fait absolument incontestable que, sans une liberté illimitée de la presse, sans une liberté absolue de réunion et d'association, la domination des larges masses populaires est inconcevable ». Les causes de cette dérive sont à chercher tant dans la conception léniniste du parti que dans les conditions très défavorables de la guerre mondiale et de l'isolement de la Russie sur le plan international, qui rend d'autant plus nécessaire le déclenchement de la révolution en Europe.

L'insurrection dite « spartakiste » se déclenche le 5 janvier 1919, mais le mouvement échoue, et la répression est sanglante. Rosa Luxemburg est arrêtée avec Karl Liebknecht le soir du 15 janvier 1919, puis assassinée dans la nuit par une unité de Corps Francs, sur ordre de Gustav Noske « commissaire du peuple » social-démocrate chargé de la répression de l'insurrection. Brutalisée par des soldats, Rosa Luxemburg est frappée à la tête d'un coup de crosse de fusil, puis achevée d'une balle dans la tête à bout portant. Le corps de Rosa Luxemburg est jeté dans un canal de la Spree. Son corps ne fut retrouvé que plusieurs semaines plus tard, mais symboliquement un cercueil vide fut enterré le 25 janvier en même temps que celui de Karl Liebknecht et de 31 autres victimes de la répression. Seuls deux de ses assassins furent jugés, condamnés, et plus tard amnistiés.

Son ouvrage théorique Introduction à l'économie politique fut publié après sa mort par Paul Levi. Sa tombe se situe au cimetière central de Friedrichsfelde de Berlin, où un hommage lui est rendu le deuxième dimanche de janvier. En mai 2009, Michael Tsokos, directeur de l'institut médico-légal de l'hôpital Charité de Berlin, annonçait la découverte dans les sous-sol de l'institut, du corps d'une femme aux caractéristiques physiques fortement similaires à celles de Rosa Luxemburg. Il y aurait selon lui des doutes importants sur l'identité du corps reposant au cimetière de Berlin, devenu chaque année un lieu de recueillement pour des milliers de personnes. Rosa Luxemburg est une exégète du marxisme. Elle maîtrise parfaitement les concepts développés par Karl Marx ; elle se sert de cette démarche pour fonder sa propre analyse. Elle étudie les aspects nouveaux du capitalisme de l'époque : colonialisme, accumulation des capitaux... Elle réfléchit aux moyens de créer une alternative à ce mode de développement économique et politique, et théorise notamment l'internationalisme. Dans ce cadre, elle développe une critique du nationalisme et des luttes de « libération nationale » : « ...le fameux "droit de libre disposition des nations" n'est qu'une phraséologie creuse... » - La Révolution russe, 1918.

En pratique, elle s'oppose avec le SDKPiL à l'indépendance de la Pologne et à la lutte nationale en général. Elle considère que la révolution sera l'œuvre des masses et non le produit d'une « avant garde éclairée » qui ne peut que se transformer en une dictature, « celle d'une poignée de politiciens, non celle du prolétariat ». « Considérer qu'une organisation forte doit toujours précéder la lutte est une conception tout à fait mécaniste et non-dialectique » - Gesammelte Werk, IV, Berlin, p. 397. Rosa Luxemburg considère que le socialisme est lié à la démocratie : « Quiconque souhaite le renforcement de la démocratie devra souhaiter également le renforcement et non pas l’affaiblissement du mouvement socialiste ; renoncer à la lutte pour le socialisme, c’est renoncer en même temps au mouvement ouvrier et à la démocratie elle-même. » (Réforme sociale ou révolution ?, 1899).

Elle estime que le réformisme conduit à l’abandon de l’objectif socialiste : « Quiconque se prononce en faveur de la voie des réformes légales, au lieu et à l’encontre de la conquête du pouvoir politique et de la révolution sociale, ne choisit pas en réalité une voie plus tranquille, plus sûre et plus lente, conduisant au même but, mais un but différent, à savoir, au lieu de l’instauration d’une société nouvelle, des modifications purement superficielles de l’ancienne société […] non pas la suppression du salariat, mais le dosage en plus ou en moins de l’exploitation » (Réforme sociale ou révolution ?). Présentant son but socialiste dans une brochure du SDKPiL en 1906, elle écrit : « La suppression du capitalisme et de la propriété privée ne pourra pas s’effectuer dans un seul pays. […] Le régime socialiste mettra fin à l’inégalité entre les hommes, à l’exploitation de l’homme par l’homme, à l’oppression d’un peuple par un autre ; il libèrera la femme de l’assujettissement à l’homme ; il ne tolèrera plus les persécutions religieuses, les délits d’opinion ». Rosa Luxemburg est une référence du socialisme révolutionnaire et du communisme démocratique. Le luxembourgisme s'inspire de sa pratique et de sa théorie.

Commenter cet article