Hossein Robert

Publié le par Mémoires de Guerre

Robert Hossein, est un acteur, metteur en scène, réalisateur, dialoguiste, et scénariste français, né le 30 décembre 1927 à Paris. 

Hossein Robert
Hossein Robert
Hossein Robert
Hossein Robert
Hossein Robert
Hossein Robert
Hossein Robert
Hossein Robert
Hossein Robert
Hossein Robert
Hossein Robert
Hossein Robert
Hossein Robert
Hossein Robert

Fils d'un compositeur iranien, André Hossein, et d'une comédienne native de Kiev (Ukraine), Robert Hossein suit très tôt des cours de théâtre, auprès notamment de René Simon et de Tania Balachova. Il obtient son premier succès d'estime à 19 ans, avec un rôle dans la pièce Les voyous. Il se dirige un temps vers la mise en scène, avec notamment Docteur Jekyll et Mister Hyde, La Chair de l'orchidée d'après James Hadley Chase, ou bien encore L'Homme traqué, d'après Francis Carco. Il débute sa carrière cinématographique en 1948 dans Le Diable boiteux, de Sacha Guitry, où il tient un petit rôle de figuration. Sa carrière s'accélère avec le film de Jules Dassin, Du rififi chez les hommes. Il donne la réplique à Brigitte Bardot, dans Le Repos du guerrier, et à Sophia Loren, dans Madame sans gêne.

En 1955, il réalise son premier film, Les Salauds vont en enfer, tiré du livre de son ami Frédéric Dard, film dont il est également metteur en scène et acteur. Après Pardonnez nos offenses, qu'il réalise en 1956, et Toi le venin, le voilà en 1964, en héros romantique, incarnant Jeoffrey de Peyrac, dans Angélique Marquise des Anges, et dans un registre plus intimiste, La musica, de Marguerite Duras, en 1967. En 1968, il retrouve Michèle Mercier, sa partenaire d’Angélique, pour Une corde, un colt, western français qu'il réalise et interprète. De sa filmographie, on retiendra surtout - c'est l'avis de Robert Hossein - "Le Vampire de Düsseldorf", film sobre et prégnant, qu'il réalise et interprète avec Marie-France Pisier.

Il prend en charge en 1970 le théâtre populaire de Reims, expérimentant un théâtre traité comme un véritable spectacle cinématographique. À son retour à Paris, Il se lance dans une série de grands spectacles au Palais des Sports et du Palais des congrès de Paris, où le public est invité à prendre parti : Le Cuirassé Potemkine, Notre-Dame de Paris, ou bien encore Danton et Robespierre. La comédie musicale Les Misérables connaît un grand succès, et est reprise à Broadway. Il a multiplié entre temps les apparitions au cinéma, notamment dans Le Casse, d'Henri Verneuil. En 1973 il jouait un prêtre et amant de Claude Jade dans l'émouvant Prêtres interdits de Denys de La Patellière. Dans Vénus beauté (institut), de Tonie Marshall, en 1999, il était un ancien aviateur.

Il s'est marié avec Marina Vlady le 23 décembre 1955 dont il a deux fils, Pierre et Igor, puis divorce. A 35 ans, il épouse ensuite le 7 juin 1962 Caroline Eliacheff alors âgée de 14 ans, fille de Françoise Giroud, dont il a un fils. Il divorce de nouveau et se marie avec Candice Patou le 28 juin 1976. De 1973 à 1974 la jeune comédienne Michèle Watrin (elle incarnait la cousine de Claude Jade dans Prêtres interdits) était sa fiancée. Elle meurt en 1974 d'un accident de voiture. Son fils, le rabbin Aaron Eliacheff donne des cours de religion à Strasbourg. En 1979, il participe à l'ouvrage "Dieu existe ? oui" (Christian_Chabanis). De 2000 à 2008, il dirige le théâtre Marigny. En 2007, il présente une pièce intitulée N'ayez pas peur sur la vie de Jean-Paul II2. À l'âge de quarante ans, il s'est fait baptiser dans la religion catholique. Il voue une dévotion toute particulière à sainte Thérèse de Lisieux. En 2009, on a pu le voir aux côtés de Jean-Paul Belmondo dans le film Un homme et son chien réalisé par Francis Huster.

Filmographie

  • 1948 : Les Souvenirs ne sont pas à vendre, de Robert Hennion
  • 1948 : Le Diable boiteux, de Sacha Guitry
  • 1948 : Aux yeux du souvenir, de Jean Delannoy
  • 1949 : Maya, de Raymond Bernard
  • 1954 : Quai des blondes, de Paul Cadéac
  • 1955 : Série noire, de Pierre Foucaud
  • 1955 : Du rififi chez les hommes, de Jules Dassin
  • 1955 : Les salauds vont en enfer, de Robert Hossein d'après Frédéric Dard
  • 1956 : Pardonnez nos offenses, de Robert Hossein
  • 1956 : Crime et châtiment, de Georges Lampin
  • 1957 : Sait-on jamais..., de Roger Vadim
  • 1957 : Méfiez-vous fillettes, de Yves Allégret
  • 1958 : La Liberté surveillée, de Henri Aisner et Vladimír Vlcek
  • 1959 : Toi, le venin, de Robert Hossein d'après Frédéric Dard
  • 1959 : La Sentence, de Jean Valère
  • 1959 : Les Scélérats, de Robert Hossein
  • 1959 : Des femmes disparaissent, d'Édouard Molinaro
  • 1959 : Du rififi chez les femmes, d'Alex Joffé
  • 1959 : La Nuit des espions, de Robert Hossein
  • 1960 : La Menace, de Gérard Oury
  • 1960 : Les Canailles, de Maurice Labro
  • 1961 : Le Jeu de la vérité, de Robert Hossein
  • 1961 : Le Goût de la violence, de Robert Hossein
  • 1962 : Pourquoi Paris ?, de Denys de La Patellière (non confirmé)
  • 1962 : Les Petits Matins, de Jacqueline Audry
  • 1962 : Le Monte-Charge, de Marcel Bluwal
  • 1962 : Madame Sans-Gêne, de Christian-Jaque
  • 1962 : Le Repos du guerrier, de Roger Vadim
  • 1963 : Commissaire mène l'enquête (segment Pour qui sonne le ...), de Fabien Collin
  • 1963 : Chair de poule, de Julien Duvivier
  • 1963 : Le Meurtrier, de Claude Autant-Lara
  • 1963 : Le Vice et la vertu, de Roger Vadim
  • 1963 : Les Grands Chemins, de Christian Marquand
  • 1964 : La Mort d'un tueur, de Robert Hossein
  • 1964 : Banco à Bangkok pour OSS 117, d'André Hunebelle
  • 1964 : Les Yeux cernés, de Robert Hossein
  • 1964 : Angélique marquise des anges, de Bernard Borderie
  • 1965 : Le Vampire de Düsseldorf, de Robert Hossein
  • 1965 : Guerre secrète (The Dirty Game), de Christian-Jaque, Werner Klingler, Carlo Lizzani et Terence Young
  • 1965 : La Fabuleuse Aventure de Marco Polo, de Denys de La Patellière et Noël Howard
  • 1965 : Le Tonnerre de Dieu, de Denys de La Patellière
  • 1966 : La Seconde vérité, de Christian-Jaque
  • 1966 : Mademoiselle de Maupin (Madamigella di Maupin), de Mauro Bolognini
  • 1966 : La Longue Marche, d'Alexandre Astruc
  • 1966 : Angélique et le roy, de Bernard Borderie
  • 1966 : Brigade antigangs, de Bernard Borderie
  • 1967 : Lamiel, de Jean Aurel
  • 1967 : L'Homme qui trahit la mafia, de Charles Gérard
  • 1967 : La Musica, de Marguerite Duras et Paul Seban
  • 1967 : J'ai tué Raspoutine, de Robert Hossein
  • 1967 : Indomptable Angélique, de Bernard Borderie
  • 1968 : La Petite vertu, de Serge Korber
  • 1968 : La Leçon particulière, de Michel Boisrond
  • 1968 : La Femme écarlate, de Jean Valère
  • 1968 : Angélique et le sultan, de Bernard Borderie
  • 1968 : Pas de roses pour OSS 117, de Renzo Cerrato, Jean-Pierre Desagnat et André Hunebelle
  • 1969 : Maldonne, de Sergio Gobbi
  • 1969 : Le Temps des loups, de Sergio Gobbi
  • 1969 : Les Conspirateurs (Nell'anno del Signore), de Luigi Magni
  • 1969 : Les Libertines (Las Bellas), de Pierre Chenal
  • 1969 : La Bataille d'El Alamein (La Battaglia di El Alamein), de Giorgio Ferroni
  • 1969 : Une corde, un Colt, de Robert Hossein
  • 1969 : La Vie, l'Amour, la Mort, de Claude Lelouch
  • 1969 : Le Voleur de crimes, de Nadine Trintignant
  • 1969 : Sept hommes pour Tobrouk (La Battaglia del deserto), de Mino Loy
  • 1970 : Point de chute, de Robert Hossein
  • 1971 : Le Juge, de Federico Chentrens et Jean Girault
  • 1971 : La Part des lions, de Jean Larriaga
  • 1971 : Le Casse, de Henri Verneuil
  • 1972 : Hellé, de Roger Vadim
  • 1972 : Un meurtre est un meurtre, d'Étienne Périer
  • 1973 : Don Juan 73 ou Si Don Juan était une femme..., de Roger Vadim
  • 1973 : Un officier de police sans importance, de Jean Larriaga
  • 1973 : Prêtres interdits, de Denys de La Patellière
  • 1974 : Le Protecteur, de Roger Hanin
  • 1975 : Le Faux-cul, de Roger Hanin
  • 1978 : L'Amant de poche, de Bernard Queysanne
  • 1979 : Démons de midi, de Christian Paureilhe
  • 1981 : Les Uns et les Autres, de Claude Lelouch
  • 1981 : Le Professionnel, de Georges Lautner
  • 1982 : Les Misérables, de Robert Hossein
  • 1982 : Le Grand pardon, d'Alexandre Arcady
  • 1983 : Surprise Party, de Roger Vadim
  • 1983 : Les Uns et les Autres, de Claude Lelouch (série télévisée)
  • 1984 : Liberté, égalité, choucroute, de Jean Yanne
  • 1986 : Le Caviar rouge, de Robert Hossein
  • 1986 : Un homme et une femme : vingt ans déjà, de Claude Lelouch
  • 1987 : Lévy et Goliath, de Gérard Oury
  • 1989 : Les Enfants du désordre, de Yannick Bellon
  • 1992 : L'Inconnu dans la maison, de Georges Lautner (voix)
  • 1994 : L'Affaire, de Sergio Gobbi
  • 1995 : Les Misérables, de Claude Lelouch
  • 1997 : M.D.C. - Maschera di cera, de Sergio Stivaletti
  • 1999 : Vénus beauté (institut), de Tonie Marshall
  • 1999 : Gialloparma, d'Alberto Bevilacqua
  • 2003 : San-Antonio (San Antonio), de Frédéric Auburtin
  • 2006 : La Disparue de Deauville, de Sophie Marceau
  • 2009 : Un homme et son chien, de Francis Huster

Commenter cet article