Foch Ferdinand

Publié le par Roger Cousin

Ferdinand Foch, maréchal de France, de Grande-Bretagne et de Pologne, est un officier général et académicien français né à Tarbes le 2 octobre 1851 et mort à Paris le 20 mars 1929. 

Foch Ferdinand

Son nom : Foch pourrait venir aussi bien de focus en latin: foyer, de fodium en latin: la fosse ou de lolijkuytg le fossoyeur des oppresseurs de l'Alsace-Lorraine, la foulque pour son esprit qui restera souvent noir, sombre pour ses collaborateurs et enfin le feu pour sa force de travail. Ferdinand Jean Marie Foch est né à Tarbes, le 2 octobre 1851. Ferdinand est le sixième des sept enfants de Napoléon Foch (1803-1880) et de Sophie Dupré (1812-1883). Son père était un fonctionnaire originaire du Comminges (Gascogne). Il suivit sa scolarité à Tarbes, Rodez, Baccalauréat de lettres puis de sciences à la faculté de Lyon. Les collèges jésuites de Saint-Étienne Saint-Clément de Metz d'où il est chassé par les Allemands et la guerre de 1870, son collège est occupé par un bataillon de Poméraniens. Il passe les concours à Nancy et en novembre 1871 il intègre l'École polytechnique. Le 5 novembre 1883, il se marie avec Julie Bienvenüe (1860-1950) à l'église Saint-Michel de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), une petite-cousine de Fulgence Bienvenüe, créateur du métro de Paris. Le couple aura quatre enfants :

  • Marie Foch (1885-1972), épouse de Paul Bécourt (+ 22 août 1914), Mort pour la France et postérité dont Jean Bécourt-Foch (1911-1944), compagnon de la Libération ;
  • Anne Foch (1887-1981), épouse d'Alex Fournier (+ 1929), postérité ;
  • Eugène Foch (né et + 1888) ;
  • Germain Foch (1889 - 22 août 1914), Mort pour la France.

À la déclaration de guerre contre l'Allemagne, en 1870, il s'engage au 4e régiment d'infanterie. À la fin de la guerre franco-prussienne, il décide de rester dans l'armée et intègre l'École polytechnique, choisit l'école d'application de l'artillerie et du génie dont il sort en 1873 comme officier d'artillerie. Il est affecté comme lieutenant au 24e régiment d'artillerie. Il gravit alors les grades un par un, 1876, Saumur, il intègre l'école de cavalerie. 30 septembre 1878, il devient capitaine. Il arrive à Paris le 24 septembre 1879 comme adjoint au service du personnel du dépôt central de l'artillerie. Il entre ensuite à l'École supérieure militaire comme élève, effectue en 1885 le stage de l'école au 16e corps d'armée et devient lui-même professeur à cette école de 1895 à 1901. Il y est professeur d'histoire militaire, de stratégie et tactique générale, et devient l'un des théoriciens français de l'offensive. Il se fait connaître par ses analyses critiques de la Guerre franco-prussienne et des Guerres napoléoniennes.

Il poursuit son ascension dans l'armée : promu lieutenant-colonel en 1898, il est nommé colonel en 1903, puis général de brigade (1907). Il assume le commandement de l'École de Guerre de 1907 à 1911, année où il est nommé général de division ; puis en 1913, général commandant de corps d'armée, à la tête du 20e corps d'armée de Nancy. Son dernier frère, Germain Foch (1854-1929), qui lui survivra quelques mois, deviendra Jésuite, ce qui freina peut-être la progression de Ferdinand Foch dans l'Armée, le gouvernement républicain étant très anticlérical. Il croisera un contexte politique marquant l'Affaire des fiches, Affaire Dreyfus, Loi de séparation des Églises et de l'État. « Le capitaine Foch du 10e RA est affilié à l'Union catholique. Son nom a été relevé au bureau central rue de Verneuil », dans l'Affaire des fiches.

Il est l'ami de Gustave Doré et croise chez ce dernier Sarah Bernhardt, Pierre Loti, Charles Gounod, Louis Majorelle et participe à la vie parisienne intense de l'avant guerre. Durant la Grande Guerre, il commande le 20e corps d'armée de Nancy, appartenant à la IIe armée du général de Castelnau. Le 14 août 1914, pendant la bataille de Lorraine, son corps avança vers la ligne Sarrebourg-Morhange, subissant de lourdes pertes. La déroute du 15e corps à sa droite le contraignant, cependant, à la retraite. Foch parvint à bien gérer la situation en couvrant la retraite pour livrer la bataille du Grand Couronné qui couvre Nancy et en contre-attaquant, empêchant les Allemands de traverser la Meurthe. C'est pour ces actes qu'il fut choisi pour commander la IXe armée lors de la bataille de la Marne. Il coordonne les armées britanniques, françaises et belges durant la course à la mer. Avec le chef de l'état-major, Maxime Weygand, Foch dut gérer la retraite de la Marne, alors qu'il venait à peine d'être nommé à son poste. Il aura alors ces mots restés célèbres : « Pressé fortement sur ma droite, mon centre cède, impossible de me mouvoir, situation excellente, j'attaque. ». Sa contre-attaque était la mise en pratique d'idées qu'il avait développées en tant qu'enseignant, elle lui permit de mettre un terme à l'offensive de l'armée allemande. Ce succès lui valut une nouvelle promotion et le 4 octobre 1914, il fut nommé commandant-en-chef adjoint de la zone Nord, avec le général Joffre. Le 13 octobre, les Allemands lancèrent une nouvelle offensive, contenue au prix de pertes très lourdes ; situation qui se reproduisit à nouveau lors de la première bataille d'Ypres. À chaque fois, Foch parvenait à sortir les troupes françaises de situations très difficiles.

À l'origine de la bataille de l'Artois (1915) et de celle de la Somme (1916) il tombe en disgrâce provisoire, conséquence de sanglants échecs,(Lucien Lacaze, ministre de la marine et par intérim de l'armée : « au moment où l'état de votre santé vous oblige à abandonner provisoirement un commandement actif, le gouvernement tient à témoigner, une fois de plus par la plus haute des distinctions militaires (médaille militaire) la reconnaissance du pays ». En décembre 1916, le général Joffre le relève du commandement du GAN (groupe d'armée nord). Joffre sera lui-même limogé quelques jours plus tard. Cette disgrâce est relative car le général Lyautey, nouveau ministre de la guerre lui fait obtenir un commandement provisoire du groupe d'armée de l'est (GAE), 18 janvier 1917, car le général Curières de Castelnau est en tournée en Russie. Et lui est confié la tâche de réfléchir à l'éventualité d'une violation de la neutralité de la Suisse, il a son poste à Senlis. Plus tard il sera envoyé en Italie pour rétablir la situation après le désastre de la bataille de Caporetto.

22 août 1917, se tient la première séance de la commission d'enquête (le général Joseph Brugère en est le président, le général Gouraud et Foch y siègent) « chargée d'étudier les conditions dans lesquelles s'est effectuée l'offensive dans la région de l'Aisne du 16 au 23 avril 1917 (bataille du Chemin des Dames) et de déterminer le rôle des généraux qui ont exercé le commandement dans cette offensive ». C'est une mission délicate, « qu'il condamne et il sera accusé par les militaires d'ignorance, … qu'il excuse, et il lui sera reproché par les politiques indulgence et esprit de clan ». Le 27 octobre, 2 divisions françaises, 2 divisions britanniques, de l'artillerie lourde et un QG sont dirigés vers l'Italie. Le 28 octobre 1917, le général Duchêne commande sur place une aide franco-britannique sur le front italien. Foch arrive le 29 à Trévise. Il restera en poste de nombreux mois.

Le 7 novembre, le Conseil suprême de guerre, où chaque pays est représenté par le chef et un membre de son gouvernement, est instauré « en vue d'assurer une meilleure coordination de l'action militaire sur le front occidental [... et] de veiller à la conduite générale de la guerre. ». Il a son siège à Versailles. Le 26 mars 1918, à Doullens, il est nommé commandant-en-chef du front de l'ouest, avec le titre de Généralissime, "le général Foch est chargé par les gouvernements britanniques et français de coordonner l'action des armées alliées sur le front de l'ouest". Bien qu'il ait été surpris par l'offensive allemande au Chemin des Dames, il parvient à bloquer les dernières offensives allemandes de l'année 1918. Le 6 août 1918, il est fait maréchal de France, et c'est avec cette distinction qu'il planifie et mène l'offensive générale qui force l'Allemagne à demander l'armistice, le 11 novembre 1918. Il fait partie des signataires alliés de l'Armistice de 1918 conclu dans la clairière de Rethondes. Il est élevé à la dignité de maréchal du Royaume-Uni et de Pologne, à l'issue de la Première Guerre mondiale. Le jour de l'armistice, il est nommé à l'Académie des sciences, et dix jours plus tard il est élu à l'Académie française, au fauteuil n° 18. Dès janvier 1919, une conférence internationale réunit à Paris vingt-sept États pour préparer lest traités de paix sans les vaincus. La France, les USA et l'Angleterre dominent la conférence. Par le Traité de Versailles du 28 juin 1919) l'Allemagne reconnaît sa responsabilité dans la guerre et perd un septième de son territoire au profit :

  • du Danemark avec le Schleswig du Nord, peuplé de Danois
  • de la Belgique avec les villes d' Eupen et Malmédy
  • de la France (Alsace-Lorraine)
  • de la Pologne (elle obtient le corridor de Dantzig)

De plus, l'Allemagne perd toutes ses colonies qui sont attribuées à la France et à l'Angleterre. À la parution en librairie du Mémorial de Foch, Clemenceau a eu sur lui ce mot : « Il se prend pour Napoléon [...] Il y a du César dans le maréchal. Enfin, un César passé par l'École de Guerre. » Il fut un adepte de l’offensive à outrance en s’inspirant de Clausewitz et de Napoléon Ier. Ses idées eurent une grande influence sur les officiers français en 1914. On lui a reproché par la suite un aveuglement envers les nouvelles armes (l’aviation, les chars, …) et son refus d’une dernière offensive en Lorraine en 1918 afin de prendre des gages.

Décorations

  • Légion d'honneur : Chevalier - 9 juillet 1892 ; Officier - 11 juillet 1908 ; Commandeur - 31 décembre 1913 ; Grand officier - 18 septembre 1914 ;
  • Grand-croix - 8 octobre 1915.
  • Médaille militaire - 21 décembre 1916.
  • Croix de guerre 1914-1918.
  • Médaille commémorative de la guerre 1870-1871.
  • Officier de l’Instruction publique.
  • Chevalier grand croix de l'ordre du Bain, ordre du Service distingué (Royaume-Uni)
  • Grand croix de l'ordre de Virtuti Militari (Pologne)
  • Grand cordon de l'ordre de Léopold : (Belgique)
  • Grand croix du Ouissam El Alaouite chérifien : (Maroc)
  • Distinguished Service Medal (États-Unis)
  • Ordre de Lāčplēšis de 3e classe : (Lettonie)

Publié dans Militaires

Commenter cet article