Canaris Wilhelm

Publié le par Roger Cousin

Wilhelm Canaris, né le 1er janvier 1887 à Dortmund en Allemagne, décédé le 9 avril 1945 au camp de Flossenbürg en Allemagne, était un amiral allemand, responsable de l'Abwehr, un service de renseignements militaire allemand, de décembre 1923 à avril 1944. 

Wilhelm Canaris

Wilhelm Canaris

Il s'est clandestinement opposé aux menées nazies alors qu'il était en poste. Jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale, c'est un brillant officier de marine doublé d'un polyglotte (il parlait couramment cinq langues). Ayant produit de bons rapports politiques et militaires lors de différentes missions, il devient informateur pour le compte du ministère des Affaires étrangères allemand. Par la force des choses, il devient agent secret.

En 1924, il fonde et devient responsable de l'« Organisation », précurseur de l'Abwehr. En tant que responsable de celle-ci, il voyage et noue plusieurs amitiés dans différents pays, lesquelles serviront à créer la « cinquième colonne » allemande. Pendant les premières années de la Seconde Guerre mondiale, en tant que chef de l'Abwehr, il mène différentes opérations de renseignements qui seront essentielles à la victoire de l'Allemagne. Dans les pays occupés, ses services participent activement à la répression des mouvements clandestins de la Résistance, notamment en France. Par contre, tout en étant loyal à l'Allemagne, il rejette le nazisme et réprouve toutes les persécutions menées contre les différentes ethnies.

Il appuie différentes tentatives de tuer Adolf Hitler, qui toutes échouent. Pendant toutes ces années à la tête de l'Abwehr, il se fait deux puissants ennemis : Reinhard Heydrich et Heinrich Himmler, ce qui lui vaut de terminer sa carrière pendu. Son père, d'origine grecque, est maître de forges, respecte Bismarck, craint les socialistes et pense que l'Allemagne est le premier pays du monde. Wilhelm est, entre autres, très doué pour les langues. Au lycée de Duisburg, il fait des études particulièrement brillantes, où il apprend l'anglais et acquiert de très bonnes notions en français. Plus tard, lors d'une longue mission en Amérique du Sud, il apprend l'espagnol en quelques mois. Malgré ses brillantes études, il décide de s'engager dans la marine militaire allemande, à la stupeur de ses parents. En effet, à cette époque, l'armée paie mal ses soldats. La marine, par contre, jouit d'une bonne réputation, puisqu'elle a accueilli plusieurs grands noms de l'Allemagne.

Le 1er avril 1905, Canaris s'engage comme cadet de la marine impériale à Kiel. En 1907, il s'embarque à bord du croiseur Bremen pour un long périple en Amérique du Sud, car l'Allemagne a décidé de protéger tous ses ressortissants qui vivent sur ce continent troublé. Pendant la traversée de l'Atlantique, Canaris se fait remarquer par son désir d'apprendre et ses camarades le surnomment le « fouinard ». Témoin des révolutions et coups d'État qui surviennent sur le continent, il décide de produire un rapport sur la situation, qu'il fait parvenir à Berlin. Jugé d'excellente qualité, le ministère des affaires étrangères engage Canaris comme informateur. En mai 1910, il est officier sur un torpilleur qui effectue une visite d'amitié auprès des pays scandinaves. Cette fois-ci, Canaris produit un rapport très détaillé sur l'activité des agents secrets britanniques en Norvège et au Danemark. En octobre 1912, il embarque sur le croiseur Dresden et part en tournée d'inspection en mer Égée. Il étudie alors les Balkans, où les intérêts allemands sont en jeu. Par la suite, Canaris débarque en Turquie et convertit ses compatriotes en informateurs pour le compte de l'Allemagne. Il en profite aussi pour nouer des relations avec des officiers turcs, lesquelles porteront leurs fruits pendant la Première Guerre mondiale.

En 1914, il repart à bord du Dresden, cette fois-ci à destination du Mexique, où la révolution gronde. Le navire recueille le président Huertas, qui a quitté son pays en catastrophe, et l'amène à la Jamaïque. Quelques semaines plus tard, la Première Guerre mondiale éclate et le Dresden, seul survivant de la bataille des Falklands, est pourchassé. Lorsque le navire, en manque de combustible et acculé par la marine britannique, est contraint de livrer bataille, Canaris est envoyé en parlementaire pour négocier un cessez-le-feu ; pendant ce temps, l'équipage en profite pour évacuer et saborder le navire. Malgré cela, peu de temps après, les marins sont internés sur l'île de Quiriquina. Après quatre mois de préparation, et malgré la douceur de la captivité, Canaris s'enfuit de l'île le 17 juillet 1915 à bord d'un canot. Ayant touché terre dans les environs, il effectue une longue marche de 600 kilomètres à travers les forêts du Chili.

Il traverse ensuite la Cordillère des Andes à cheval. Épuisé, il est accueilli par une famille de riches planteurs allemands. En janvier 1916, il obtient un authentique passeport chilien et s'embarque à bord d'un navire à destination de la Hollande. Lors d'une escale obligatoire à Plymouth, ville britannique, il subit avec sang-froid le contrôle de sécurité. Une fois débarqué à Rotterdam, il retourne chez lui en Allemagne. Malgré ses péripéties, Canaris rapporte de précieuses informations. En effet, il a produit une étude extrêmement détaillée du Canal de Panama, incluant ses points forts et ses points faibles. Canaris aspire à du repos, mais le ministère des Affaires étrangères en décide autrement. Il repart le 17 avril 1916 pour l'Espagne dans le but d'assurer le ravitaillement des sous-marins allemands entre Gibraltar et le Golfe de Gascogne. Il y parvient en moins de trois mois, mais son action n'est pas passée inaperçue aux yeux des agents britanniques. Canaris, qui possède toujours son passeport chilien, demande un visa pour aller se faire soigner en Suisse. Il se mord les lèvres au sang pour mieux simuler l'hémoptysie dont il semble souffrir. Profitant d'un jour de congé, il traverse la frontière française sans encombre.

Après une longue traversée de la France, des douaniers italiens soupçonneux le font jeter en prison. Il y est torturé pendant deux mois, sans rien dire. Une fois libéré, il est refoulé vers l'Espagne, avec ordre de s'embarquer à bord d'un navire qui, comble de malheur, fait escale à Marseille, avec le risque pour Canaris de se faire emprisonner pour de bon. Il parvient à convaincre le capitaine de brûler l'étape de Marseille, mais Madrid n'est plus sûr pour lui, non plus. Des amis le cachent, avant qu'il ne retourne en Allemagne à bord d'un sous-marin. Son nom étant trop connu du 2e Bureau français et des services secrets britanniques, Canaris ne peut plus prendre part à des missions secrètes. En conséquence, il prend le commandement d'un sous-marin, le U-34, du 18 janvier au 13 mars 1918, mais la guerre est perdue pour l'Allemagne.

La flotte britannique traque les sous-marins allemands avec une efficacité redoutable, et Canaris retourne à Kiel pour y échapper. Le 8 novembre 1918, la marine allemande se mutine : il n'a que le temps de s'enfuir et de retourner à Berlin. Toutes ces aventures ont marqué Canaris. Il est maintenant un citoyen du monde. Étant « cosmopolite », il rejette les dogmes et les théories qui fusent dans l'Allemagne ravagée par la guerre. Il a maintenant des amis un peu partout sur la planète. La paix, imposée depuis l'extérieur, lui est inacceptable. Gustav Noske, chef du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) au lendemain de la Première Guerre mondiale, fait appel aux services de Canaris en janvier 1919.

Il recherche des militaires loyaux à la monarchie, ce qu'est ce jeune officier à l'intelligence vive et capable de rapidement comprendre les enjeux politiques. Armé de la confiance de Noske, Canaris établit des milices patriotiques en Bavière destinées à étouffer toutes tentatives révolutionnaires. Il y épouse Erika Waag, qu'il avait rencontrée lors d'une permission antérieure. Noske envoie Canaris en mission à l'assemblée de Weimar, où il observe les députés et tente de les convaincre que l'armée est nécessaire pour faire renaître l'Allemagne de ses cendres. Après quelques semaines, ses démarches étant vaines, Canaris y assiste seulement en tant que spectateur. Après de multiples putsch manqués dans l'Allemagne déstabilisée, Canaris est arrêté, car il est soupçonné d'avoir aidé un officier allemand à s'enfuir en Suisse. Après quelques mois, sa culpabilité ne pouvant être démontrée, il est libéré. Noske a de plus en plus confiance en lui, et le nomme à son cabinet.

Leur amitié durera toute leur vie. En 1922, Canaris est nommé capitaine de corvette à bord du croiseur Berlin, un navire-école pour les futurs officiers de marine. C'est à bord de celui-ci qu'il rencontre ses deux plus farouches adversaires : Heinrich Himmler, futur chef de la Gestapo, et Reinhard Heydrich, futur chef de la SD. En décembre 1923, la vie de Canaris change radicalement de direction : il est sollicité depuis quelques semaines pour devenir le futur chef d'un service de renseignements digne de ce nom. Il accepte le poste à deux conditions : Il ne quittera pas la marine, choisissant lui-même ses affectations, là où il estime être le plus utile. La mise sur pied de l'« Organisation » demeure ultra-secrète, aucune administration n'y étant mêlée. Son interlocuteur, le rusé et ambitieux colonel von Schleicher, croyant avoir affaire à un bon officier docile, en est interloqué. Après 15 jours de réflexion, le marché est conclu. Pendant cinq mois, de décembre 1923 à avril 1924, Canaris réfléchit à ce qu'il s'apprête à faire, tout en continuant son service à bord du Berlin. Il détermine que l'inefficacité des services de renseignements allemands, pendant la Première Guerre mondiale, tient à qu'ils opèrent sans tenir compte du contexte politique. Par exemple, s'ils avaient compris que couler le navire Lusitania précipiterait l'entrée en guerre des États-Unis, ils ne l'auraient pas ordonné.

En avril 1924, il part en « inspection » à destination du Japon. Officiellement, il s'intéresse à la construction navale au pays du Soleil Levant. Officieusement, il en profite pour entretenir ou activer des sympathisants allemands à chacune des 28 escales qu'il y a à faire. Il prend le pouls politique dans les différents pays visités. Sa conclusion : seule l'Allemagne est capable de faire front au socialisme et d'assurer la défense des sociétés libérales. Tous ces sympathisants qu'il recrute forment la « cinquième colonne », qui sera bientôt redoutée de par le monde. De retour de voyage, il produit un rapport qui étonne et impressionne Von Schleicher, lequel décide que Canaris doit s'installer à Berlin. Il y devient un officier qui remplit de vagues fonctions administratives ; dans les faits, il s'occupe du réarmement naval. Par exemple, en février 1925, il est en Hollande, où il discute de la fabrication de sous-marins, tout en continuant à recruter pour l' « Organisation ».

En novembre, il visite officiellement l'Espagne en touriste mais, en secret, négocie l'achat de torpilles et recrute encore. En janvier 1928, ses déplacements pouvant avoir attiré l'attention de différents services secrets alliés, il se met en sommeil. Il part toutefois en vacances en Amérique du Sud, pour y établir, encore, des contacts. Le 17 août 1928, il entend parler pour la première fois d'Adolf Hitler. Conclusion de l'un de ses aides de camp: « Ce que fait Hitler est complètement fou; il risque de jeter à bas tout le travail que nous faisons à l'étranger car, à nouveau, on va avoir peur de nous. » Bien que d'autres, dont von Schleicher, tentent de rassurer Canaris en lui disant qu'Hitler n'est pas pris au sérieux à l'étranger, lui, il s'inquiète de plus en plus de la montée en puissance du NSDAP. Il envoie de multiples lettres à von Schleicher, mais celui-ci reste impassible. C'est en 1931 que von Schleicher prend peur, car Hitler a 400 000 « chemises brunes » (le SA) à sa disposition. Le 31 juillet, les 230 députés nazis entrent au Reichstag en scandant « Heil Hitler ! ».

Le 30 janvier 1933, Hitler est maître de l'Allemagne après que le président de la république, Paul von Hindenburg, l'a nommé chancelier. Canaris est effondré : pour lui, ce moment est pire que la défaite allemande de 1918. Le 6 février 1933 est une date capitale pour Canaris : son ami des bons et mauvais jours, von Katzener, lui parle sans mâcher ses mots des Nazis et de leurs méthodes. Certes, Canaris souhaite rompre « les chaînes du traité de Versailles », mais par la ruse, l'intelligence et l'astuce, et non pas par la guerre. C'est pourquoi il refuse que l'« Organisation mondiale d'influences allemandes » serve aux desseins du nazisme, car sur elle que repose l'avenir et le futur renom de l'Allemagne véritable. En automne 1934, quelques mois après la Nuit des Longs Couteaux, Canaris est muté à une forteresse et devient contre-amiral, signe de fin de carrière ; en fait, elle connaît un renouveau. Depuis plusieurs mois, le chef officiel de l'Abwehr refuse que son service soit coiffé par la Gestapo ou le SD ; Heydrich et Himmler insistent pour qu'il soit limogé. Un remplaçant, de préférence marin, doit lui succéder. Même si le grand patron de la marine, l'amiral Erich Raeder, ne l'aime pas, il propose Canaris, car la marine risque de perdre un poste important. Le contre-amiral est, selon lui, trop cosmopolite, intellectuellement trop mobile et désinvolte face aux supérieurs. Malgré cela, Canaris devient officiellement chef de l'Abwehr le 1er janvier 1935.

Dans le service, il est surnommé « Le Vieux » malgré ses 47 ans, car il a déjà les cheveux blanchis. Il ne participe pas aux agapes dont sont friands les notables du régime nazi. Il sort peu, reçoit peu et pratique deux sports : le tennis et l'équitation. À cette époque, l'Allemagne est friande d'espionnage ; pratiquement toutes les organisations importantes ont leur propre service : par exemple, Hermann Goering supervise un service chargé de déchiffrer les télégrammes échangés par les ambassades. Les organisations s'épient entre elles, également. Himmler, chef de la Gestapo, ne fait pas exception : il place le commandant Bemmler, nazi notoire, dans les services spéciaux de l'Abwehr. Canaris lui fera faire erreur sur erreur dans le but de l'éliminer. Canaris, rompu à l'espionnage, utilise l'Abwehr pour infiltrer les organisations qui font compétition à son service.

Avant tout, cependant, il veut en faire une organisation efficace au service exclusif de l'armée. Il veut qu'elle soit un point de ralliement pour tous ceux qui veulent une Allemagne forte, national-socialisme en moins. Il fait face à deux redoutables adversaires : Himmler et Heydrich. Ce dernier veut à tout prix une seule et unique police secrète, et l'Abwehr doit y être intégrée comme section. Après d'âpres négociations, lui et Canaris définissent un accord en dix points, surnommé « les dix commandements ». L'Abwehr continue à faire de la cueillette de renseignements, tout comme elle fait du contre-espionnage, mais sans déborder du cadre militaire. Ce qui touche au politique relève de la SD ou de la Gestapo. En septembre 1936, Canaris se rend en Espagne pour épauler Franco, ancien officier des services de renseignements espagnols et ami personnel. Par contre, en Allemagne, la cause de Franco suscite un intérêt limité ; à peine veut-on lui vendre quelques avions. Le chef de l'Abwehr rend visite à un général italien et apprend que Mussolini est favorable à Franco. Muni de cette information, il prend rendez-vous avec Hitler et affirme que l'Allemagne doit combattre le communisme qui menace en Espagne, ce que fait déjà Mussolini selon lui.

Hitler approuve l'aide, et l'Espagne devint un banc d'essai pour les pilotes de chasse allemands, qui deviennent ainsi de redoutables adversaires en combat aérien. En ce qui concerne la politique raciale, Canaris éprouve de l'aversion pour les persécutions à l'encontre des Juifs. Son service possède les ressources nécessaires pour produire des passeports ; il en fait émettre pour différents Juifs qui quitteront l'Allemagne nazie, et agit de même avec d'autres groupes menacés par les nazis. Canaris souhaite la fin d'Hitler, mais se doit d'agir prudemment, car il fait l'objet d'une surveillance attentive de la part de la Gestapo, du SD et des SS. Il approuve maints complots visant à éliminer Hitler et sa clique, mais tous se soldent par des échecs. En parallèle, la qualité du travail de contre-espionnage se maintient ; ainsi, il apprend que les Soviétiques ont signé un pacte de non-agression avec l'Allemagne, même si le Pacte germano-soviétique est ultra-secret. Le 1er septembre 1939, l'armée allemande envahit la Pologne.

La France et le Royaume-Uni déclarent aussitôt la guerre à l'Allemagne. Le 3 septembre, les Britanniques détruisent une grande partie du réseau d'espionnage allemand sur leur sol. Plus de 4 000 agents sont arrêtés. Il s'agit du premier revers important pour Canaris. Canaris s'entretient avec divers généraux en Pologne. Il tente de les convaincre que la France est dangereuse, mais en vain. Canaris a peut-être négligé son travail à la tête de l'agence, car il lui faut quinze mois supplémentaires avant de comprendre que le reste de son réseau au Royaume-Uni est aux mains du service secret britannique. Malgré cet important échec, l'amiral ne dételle pas. Il fournit en effet des informations de premier ordre aux armées allemandes, tant pour la France que pour d'autres pays. Par exemple, l'Abwehr connaît tous les aérodromes français, ainsi que le nom de tous les pilotes de chasse français. Canaris avertit différents pays de l'invasion imminente par l'armée allemande. Malheureusement, plusieurs dignitaires de ceux-ci sont incapables de gérer adéquatement une information aussi explosive. Le chef de la SD, Reinhard Heydrich, comprend que l'amiral joue double jeu, mais ne parvient pas à le prouver. Installés dans divers pays occupés, les services de Canaris s'illustrent cependant par leur action répressive contre la Résistance locale.

Installée à l'hôtel Lutetia à Paris, l'Abwehr est ainsi responsable de l'arrestation de centaines de résistants français, notamment entre 1940 et 1942, et du démantèlement des premiers réseaux et mouvements clandestins, ainsi le groupe du musée de l'Homme. L'Abwehr n'hésite pas dans sa tâche à avoir recours à la torture et autres méthodes proches de celles de la Gestapo. L'historien et ancien résistant Henri Michel soulignera avec sévérité que certains agents jouaient de la réputation d'opposant de Canaris pour tromper plus facilement certaines de leurs victimes. À l'hiver 1941, Canaris se rend en personne en Espagne, pays neutre, pour parler à des agents états-uniens de la prochaine invasion de la Russie, prévue au mépris du pacte de non-agression. Il remet même un dossier sur les atrocités commises en Pologne. Rien n'y fait. Le 11 décembre 1941, l'Allemagne déclare la guerre aux États-Unis, quatre jours après l'attaque japonaise sur Pearl Harbor. Canaris doit reconstituer son réseau d'espions en Amérique, mis à mal par le FBI le 30 juillet de l'année courante.

Il monte une tentative de sabotage sur le sol états-unien, mais celle-ci se solde par un échec suite à la défection de l'un des saboteurs. Ce dernier livre l'ensemble du réseau d'agents dormants aux États-Unis. Le FBI les arrête tous, et l'Abwehr ne parvint jamais à reconstruire un réseau digne de ce nom aux États-Unis. Canaris explique à Hitler que les agents étaient gestapistes, et mal entraînés. Hitler est atterré et demande de ne plus envoyer de membres du parti en mission. Au début de 1942, suite à une attaque contre un poste de DCA en territoire français, les Britanniques mettent la main sur un système perfectionné de visée pour canon. Hitler somme Canaris de lui fournir de l'information sur la technologie britannique, mais ce dernier en est incapable. Himmler et Heydrich en profitent pour mener une cabale contre Canaris. Hitler est maintenant plus sensible à leurs arguments. Au printemps de 1943, un désastre s'abat sur le chef de l'Abwehr : un agent se fait arrêter pour trafic de devises et demande à Canaris d'intervenir, mais ce dernier refuse. Par vengeance, le trafiquant transmet à Walter Schellenberg, chef du service de renseignement politique, tout ce qu'il sait sur l'Abwehr.

Schellenberg connaît maintenant le talon d'Achille de Canaris : le colonel Oster, un homme de confiance, souvent trop hardi. Pour redorer son image, suite au renversement non annoncé de Mussolini, l'amiral transmet un dossier détaillé à Hitler sur le maréchal italien Badoglio, lequel passait pour un partisan d'Hitler, mais qui est plutôt un admirateur de la France et du Royaume-Uni. Le dossier, par sa formulation, semble incriminer le général Wilhelm Keitel pour négligence. En février 1944, en disgrâce, Canaris quitte la tête de l'Abwehr. Se sachant condamné par le régime, il envoie sa famille en territoire plus sûr. Le 20 juillet 1944, il reçoit l'appel d'un conspirateur qui croit qu'Hitler est mort dans un attentat. Sachant que sa ligne téléphonique est sur écoute, il feint d'ignorer tout du complot. Néanmoins, le 29 juillet, Walter Schellenberg, accompagné de deux hommes, vient l'arrêter à son domicile. Il offre une heure à l'amiral pour régler quelques affaires personnelles, c'est-à-dire se suicider. Ce dernier décline, se lave, se rase et embarque à bord de la voiture.

Pendant des mois, Canaris subit stoïquement différents traitements humiliants : menottes qui lui serrent les poignets, lumière violette qui empêche de dormir, etc. C'est pendant cette période qu'il fait connaissance avec son voisin de cellule, le colonel Lundig, ancien chef des services d'espionnage danois. Ils mettent au point un code pour communiquer et Canaris lui transmet ce qu'il sait, sorte d'autobiographie, la seule connue de nos jours. Il est exécuté par pendaison le 9 avril 1945, au camp de concentration de Flossenbürg en compagnie de ses camarades . En 1996, à la suite d'une action intentée par un groupe d'étudiants, l'amiral Canaris est officiellement réhabilité à titre posthume par la justice allemande, conjointement avec le pasteur Bonhoeffer et plusieurs autres résistants. La condamnation pour haute trahison prononcée contre lui par le IIIe Reich est annulée.

Publié dans Espions

Commenter cet article