Camp de Theresienstadt

Publié le par Roger Cousin

Le camp de concentration de Theresienstadt a été mis en place par la Gestapo dans la forteresse et ville de garnison de Terezín (en allemand Theresienstadt), aujourd'hui en République tchèque. Le 10 juin 1940, la Gestapo prend le contrôle de Theresienstadt et installe une prison dans la Kleine Festung (petite forteresse).

Camp de Theresienstadt

Le 24 novembre 1941, le site est transformé en ghetto muré, ayant pour objet de fournir une façade cachant l'opération d'extermination des juifs, sous l'impulsion du chef des SS, Reinhard Heydrich. Pour le monde extérieur, Theresienstadt est présenté par les nazis comme une colonie juive modèle. Mais à l'intérieur, il s'agit d'un camp de concentration. Un grand nombre de juifs provenant de Tchécoslovaquie, environ 7 000, sont notamment enfermés à Theresienstadt. Le site est aussi utilisé comme camp de transit pour les juifs acheminés vers Auschwitz et les autres camps d'extermination.

Le 3 mai 1945, le contrôle du camp est transféré par les Allemands à la Croix-Rouge. L'Armée rouge pénètre à Theresienstadt quelques jours plus tard, le 8 mai 1945. La fonction de Theresienstadt évolue rapidement après que Joseph Goebbels et Reinhard Heydrich prennent conscience que la disparition de certains Juifs renommés, ou Prominenten, (artistes, savants, décorés ou mutilés de la Première Guerre mondiale) ne manquerait pas de susciter des questions quant au sort réservé au peuple juif tout entier. C’est le 20 janvier 1942, lors de la conférence de Wannsee, que le double-statut de Theresienstadt ― camp de transit pour les Juifs du Protektorat de Bohême-Moravie et ghetto pour les Juifs du Reich âgés de plus de 65 ans (Ältersghetto) où ils pourront s’éteindre d’eux-mêmes, et pour les Prominenten ― est officialisé.

À partir de 1943, il renferme aussi les « cas spéciaux » des lois de Nuremberg (mariages mixtes, « demi-Juifs » issus d’un parent non juif…). Le camp de Theresienstadt, où la correspondance par courrier avec l’extérieur sera encouragée tout en étant rigoureusement surveillée voire manipulée, est donc conçu par Heydrich pour répondre aux interrogations de l’opinion publique sur le traitement des Juifs dans les camps. Très rapidement, une riche vie culturelle s'y développe. Des artistes de premier ordre sont passés par Theresienstadt, ou y trouvèrent la mort : écrivains, peintres, scientifiques, juristes, diplomates, musiciens et universitaires se retrouvent dans la cité. La communauté de Theresienstadt veille à ce que tous les enfants poursuivent leur éducation. Des classes quotidiennes et des activités sportives sont organisées, le magazine Vedem est publié. 15 000 enfants bénéficient de ces mesures, sur lesquels à peine 1 100 étaient encore en vie à la fin de la guerre. D'autres estimations font état d'à peine 150 enfants survivants.

Les conditions de vie à Theresienstadt sont extrêmement difficiles. Dans une superficie qui accueillait jusque-là 7 000 Tchèques, environ 50 000 juifs sont rassemblés. La nourriture est rare : en 1942, environ 16 000 personnes meurent de faim; parmi elles, Esther Adolphine (une sœur de Sigmund Freud) qui décède le 29 septembre 1942. En 1943, 500 juifs du Danemark sont déportés à Theresienstadt, après avoir manqué de s'enfuir en Suède à l'arrivée des nazis. Cette arrivée de Danois aura une conséquence importante : le gouvernement danois insiste en effet pour que la Croix-Rouge ait accès au ghetto, à l'inverse de la plupart des gouvernements européens qui ne s'occupent guère du traitement réservé à leurs citoyens juifs.

Personnalités y ayant vécu ou transité :

  • Heinz Alt, compositeur allemand
  • Karel Ančerl, chef d'orchestre tchéco-canadien
  • Joseph Bor, juriste tchèque
  • Hana Brady, petite fille tchèque, originaire de Nové Město na Moravě et personnage central du livre qui lui a été consacré par Karen Levine (Hana's Suitcase: A True Story, 2002)
  • Robert Dauber, compositeur et violoncelliste
  • Kurt Gerron, acteur et réalisateur allemand
  • Petr Ginz, jeune dessinateur et écrivain tchèque
  • Pavel Haas, compositeur tchèque
  • Milada Horáková, femme politique tchécoslovaque
  • Ivan Klíma, écrivain tchécoslovaque
  • Hans Krása, compositeur tchéco-allemand
  • Léon Meyer, homme politique français
  • Marceline Loridan-Ivens, cinéaste française
  • Viktor Ullmann, pianiste et compositeur tchèque
  • Ilse Weber, écrivaine tchèque

Personnalités y étant décédées :

  • Elkan Bauer, compositeur autrichien
  • Robert Desnos, poète français
  • Rudolf Karel, compositeur tchèque
  • Gideon Klein, compositeur et pianiste tchèque
  • Georg Pick, mathématicien autrichien
  • Augusta Van Pels, habitante de la même annexe qu'Anne Frank

Les nazis autorisent la visite de la Croix-Rouge pour faire pièce aux rumeurs à propos des camps d'extermination. Pour minimiser l'apparence de surpopulation, un grand nombre de juifs sont déportés à Auschwitz. De faux magasins et cafés sont construits pour donner l'impression d'un confort relatif. Les Danois visités par la Croix-Rouge sont installés dans des pièces fraîchement repeintes, jamais plus de trois personnes par pièce. Les invités assistent à la représentation d'un opéra pour enfants, Brundibar. Maurice Rossel, l'envoyé du CICR en juin 1944, est complètement mystifié. Claude Lanzmann a réalisé en 1997 un documentaire, titré Un vivant qui passe, qui utilise une interview accordée en 1979 par Maurice Rossel: il y décrit le camp de son point de vue, tel qu'il lui sera présenté par la mise en scène des nazis.

La supercherie des nazis est un tel succès qu'un film de propagande est tourné. Le tournage démarre le 26 février 1944 sous la direction de Kurt Gerron - un réalisateur, artiste de cabaret et acteur qui était apparu avec Marlene Dietrich dans L'Ange bleu. Après le film, la plupart des acteurs et de l'équipe, y compris le réalisateur, sont déportés à AuschwitzGerron et sa femme sont gazés le 28 octobre 1944. Le film n'a jamais été diffusé à l'époque, mais découpé en petits morceaux destinés à la propagande ; seuls quelques fragments subsistent aujourd'hui. Souvent intitulé Le Führer donne un village aux juifs, son titre est en fait Theresienstadt. Ein Dokumentarfilm aus dem jüdischen Siedlungsgebiet. Environ 144 000 juifs ont été déportés à Theresienstadt. Un quart d'entre eux, 33 000, moururent sur place, principalement à cause des conditions de vie (famine, maladies, épidémie de typhus à la fin de la guerre). 88 000 juifs furent déportés à Auschwitz et dans les autres camps d'extermination. À la fin de la guerre, on dénombrait à peine 19 000 survivants.

Publié dans Camps de Concentration

Commenter cet article