Bush George Walker

Publié le par Mémoires de Guerre

George W. Bush, (06/07/1946) homme politique de la droite républicaine américaine, est le 43ème président des Etats-Unis. Ancien gouverneur du Texas, il est élu à deux reprises à la Maison Blanche en 2000 et 2004. Il est le fils de George H. W. Bush, 41ème président des Etats-Unis. 

Bush George Walker
Bush George Walker
Bush George Walker
Bush George Walker
Bush George Walker
Bush George Walker
Bush George Walker
Bush George Walker
Bush George Walker

George W. Bush naît dans le Connecticut mais passe la plus grande partie de son enfance au Texas, où il part vivre avec sa famille à l’âge d’à peine 3 ans. En 1961, il est envoyé à la Philips Academy d’Andover, une école privée réputée où son père a été dans sa jeunesse. Il obtient ensuite une licence d’histoire à l’université de Yale en 1968. Lors de son service militaire la même année, il évite de peu d’aller servir au Viêt Nam en s’engageant comme pilote dans la Garde nationale. Bush achève ensuite ses études par un MBA de gestion des entreprises à la prestigieuse Harvard Business School en 1975. Bush se lance alors dans les affaires et marche sur les traces de son père en fondant une compagnie pétrolière. L’entreprise « Arbusto Energy » voit ainsi le jour en 1978. Elle devient par la suite la « Bush Exploration » et connaît une série de rachats pendant les années qui suivent à cause des crises pétrolières. En 1989, il achète avec plusieurs de ses proches l’équipe de baseball des Texas Rangers, ce qui le rendra très populaire au Texas. Parallèlement à ses activités dans les affaires, George W. Bush commence à s’intéresser à la politique. Il s’était déjà présenté en 1978 à la Chambre des représentants mais sans réussir à se faire élire.

Après avoir participé à la campagne menant son père à la présidence des Etats-Unis en 1988, George Bush junior part en campagne et se fait élire gouverneur du Texas en 1994. Membre du Parti républicain, Bush se démarque dès lors par sa politique conservatrice qui l’amène notamment à défendre et user de la peine de mort. C’est également un fervent défenseur de la religion chrétienne à laquelle il appartient. En effet, pour faire face à son problème d’alcoolisme en 1986, il avait trouvé refuge dans la religion et est depuis un « Born again Christian » qui prie plusieurs fois par jour et cite la Bible dans ses discours. Il est réélu en 1998, mais quitte sa fonction de gouverneur fin 2000 afin de se présenter aux élections présidentielles du 7 novembre 2000.

George W. Bush se présente alors face au démocrate Al Gore et, au soir des élections, il obtient moins de voix que lui. Suite à un recomptage manuel des bulletins de vote et à un feuilleton judiciaire qui tiendra en haleine le pays pendant plusieurs semaines, Bush est cependant élu Président des Etats-Unis, car il obtient plus de voix que son concurrent de la part des grands électeurs. Une fois à la Maison Blanche, George W. Bush met en place les premières pierres de sa politique libérale. Son programme comprend notamment des actions dans le domaine de l’éducation, de la fiscalité avec un plan de baisse des impôts, et des mesures conservatrices qui découragent l’avortement mais soutiennent l’usage de la peine de mort.

Les attentats terroristes qui surviennent le 11 septembre 2001 bouleversent ce schéma. Le gouvernement Bush, qui donne alors la priorité à « la guerre contre le terrorisme », est porté par une opinion favorable aussi bien dans son pays qu’à l’international. Le Président engage une politique de sécurité définie dans le Patriot Act et dirige une opération militaire contre le régime taliban en Afghanistan, soupçonné de protéger les membres d’Al Qaida responsables des attentats. Les Talibans sont alors renversés, mais la guerre anti-terroriste contre « l’axe du mal » continue. En novembre 2002, les Nations Unies acceptent d’envoyer des experts en désarmement pour inspecter les installations irakiennes, sur la demande de Bush. En effet, ce dernier suspectait le dictateur Saddam Hussein d’être lié à des organisations terroristes et de posséder des armes de destruction massive. Ne jugeant pas l’intervention de l’ONU efficace, Bush entre en guerre contre l’Irak le 20 mars 2003.

La victoire est remportée très rapidement par le camp américain qui cesse officiellement les hostilités le 1er mai 2003. Cependant, la résistance irakienne est plus active que jamais et l’après-guerre continue de faire des victimes. Bien que bénéficiant du soutient du Royaume Uni et de l’Espagne, George Bush est vivement critiqué à l’international pour avoir déclenché la guerre sans avoir l’aval de l’ONU. Cela l’aura rendu très impopulaire notamment en France, en Allemagne, en Russie, en Chine mais également dans les pays du Proche et du Moyen-Orient. Par ailleurs, à cause de l’enlisement du conflit, les élections démocratiques promises aux irakiens ne seront mises en place qu’en janvier 2005.

En plus de l’intervention contestée en Irak, plusieurs éléments de la politique de Bush sont contestés par la scène internationale, notamment son refus de ratifier le protocole de Kyoto et son soutien appuyé à Israël dans le cadre du conflit israélo-palestinien. Réélu en 2004 autour des thèmes de la sécurité et de la lutte anti-terroriste, George Bush renforce sa politique conservatrice en s’opposant au mariage homosexuel et à la recherche sur les cellules souches embryonnaires. Il durcit la répression des clandestins aux frontières, notamment celles avec le Mexique, mais met parallèlement en place un programme de travail temporaire pour les immigrés installés sur le territoire américain, à condition qu’ils maîtrisent l’anglais.

Bush poursuit également sa politique libérale en mettant en œuvre de nouvelles baisses d’impôts et en assouplissant la loi sur la pollution de l’air par les industries. Afin de réduire la dépendance énergétique de son pays, il encourage enfin le développement des énergies alternatives au pétrole en prévoyant notamment la construction de centrales nucléaires. Bien que critiqué sur le plan international, George Bush continue à fédérer lors de son deuxième mandat une grande partie de l’opinion publique américaine. Victime d’une baisse de popularité pour sa mauvaise gestion de l’ouragan Katrina, qui a dévasté les Etats du Sud en septembre 2005, il réussit à retrouver une opinion favorable en mettant en œuvre la reconstruction et en tirant les enseignements de cette catastrophe lors du passage de l’Ouragan Rita quelques jours plus tard.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article