Bogart Humphrey

Publié le par Mémoires de Guerre

Humphrey DeForest Bogart (né le 25 décembre 1899 à New York, mort le 14 janvier 1957 à Los Angeles) est un acteur américain. Surnommé « Bogey » ou « Bogie » par son public, il demeure aujourd’hui l'un des mythes les plus incontestables de l’histoire du cinéma. 

Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey
Bogart Humphrey

En 1951, il fut lauréat de l’oscar du meilleur acteur pour son rôle dans L'Odyssée de l'African Queen. En 1999, il a été classé comme étant la plus grande star masculine de tous les temps par l' American Film Institute. De plus, Casablanca, dans lequel il joue le rôle principal, est régulièrement cité parmi les cinq meilleurs films de l'histoire du cinéma. Il est aussi particulièrement connu pour sa liaison et son mariage avec l'actrice Lauren Bacall, avec laquelle il tournera plusieurs films tels que Le Grand Sommeil (1946) et Le Port de l'angoisse (1944). Humphrey DeForest Bogart naît le 25 décembre 1899 à New York. Son père, le Dr Belmont DeForest Bogart, est un chirurgien expérimenté de confession presbytérienne et de tendance républicaine. Sa mère, Maud Humphrey, est une dessinatrice pour magazines de confession épiscopalienne et de tendance tory. Humphrey Bogart a été élevé épiscopalien ; il est principalement d’origine néerlandaise et britannique, mais a également du sang espagnol. Il a notamment pour ancêtre le roi Édouard III d'Angleterre et son épouse Philippa de Hainaut, ce qui fait de lui un descendant de nombreux monarques médiévaux. Il a deux sœurs cadettes, France, née en 1901, et Catherine Elizabeth, née en 1903. Il est aussi cousin au septième degré de Diana Spencer.

Issus d’un milieu aisé, les Bogart vivent dans un appartement de l’Upper West Side, et possèdent un cottage au bord du lac Canandaigua, non loin du lac Ontario. Alors que Belmont Bogart se drogue à la morphine, son épouse Maud est alcoolique ; tous deux se battent continuellement. Ainsi, Humphrey Bogart est principalement élevé par une nourrice irlandaise. Humphrey Bogart fréquente d’abord la Trinity School de New York, puis la Phillips Academy de Andover. Très tôt, son père l’encourage à devenir médecin. Belmont et Maud Humphrey souhaitent que leur fils entre à Université Yale, mais il est exclu de la Phillips Academy à cause de problèmes disciplinaires, et préfère rejoindre la Navy. Pendant la Première Guerre mondiale, il est blessé à la lèvre, ce qui lui laissera sa fameuse cicatrice.

Il commence à jouer sur une scène de Brooklyn en 1921, sans jamais avoir pris de leçon de comédie. À Broadway, entre 1922 et 1935, il apparaît dans dix-sept pièces ; la dernière est La Forêt pétrifiée, où il interprète Duke Mantee, rôle qu’il reprendra dans l'adaptation au cinéma (même titre, 1936) et qui le rendra célèbre. Humphrey Bogart se marie avec Helen Menken le 20 mai 1926 à New York, et en divorce le 18 novembre 1927. Il épouse en secondes noces Mary Philips le 3 avril 1928 à Hartford, mais tous deux divorcent le 21 juin 1937. Puis, il se marie avec Mayo Methot le 21 août 1938 à Los Angeles, et en divorce le 10 mai 1945. Enfin, il épouse Lauren Bacall le 21 mai 1945 à Cleveland. Ce fut son unique mariage heureux. Ils restèrent mariés jusqu'au décès de Bogart et eurent deux enfants : Stephen Humphrey Bogart, né le 6 janvier 1949, est devenu écrivain - auteur notamment d'un livre sur son père - , et Leslie Howard Bogart, née le 23 août 1952, devenue infirmière.

Humphrey Bogart tombe malade au milieu des années 1950. Atteint d’un cancer de l’œsophage, il refuse de consulter un médecin avant janvier 1956, mais il est déjà trop tard. Il décède le 14 janvier 1957 à Hollywood. Ses funérailles ont lieu à la All Saints Episcopal Church. Ses cendres sont enterrées au Forest Lawn Memorial Park, à Glendale. Sur la tombe est écrite une phrase célèbre de son premier film avec Lauren Bacall : « If you want anything, just whistle ». Son ami John Huston prononça son éloge funèbre en ces termes : « Il avait reçu le plus beau de tous les dons, le talent. Le monde entier l'a reconnu, la vie lui a donné tout ce dont il rêvait et même plus ; nous ne devons pas être désolés pour lui mais plutôt pour nous qui l'avons perdu. Il est irremplaçable. Il n'y aura jamais personne comme lui... ». Il possède une étoile sur le Hollywood Walk of Fame, au 6322 Hollywood Boulevard. L'acteur britannique Michael Caine dit avoir choisi son pseudonyme après avoir vu la performance d'acteur de Bogart dans le film The Caine mutiny (en France : Ouragan sur le Caine). Il a aussi déclaré, à propos de sa maladie, « les cigarettes sont les clous de mon cercueil ».

Humphrey Bogart est certainement l'un des mythes les plus durables qu'ait engendrés le cinéma en ce sens qu'à sa mort en 1957, tout le monde eut le sentiment réel de perdre un ami intime, des plus irremplaçables. « Bogie » comme l'appela toute une génération, était ce vétéran solide (13 ans de Broadway, 22 ans d'Hollywood) dont le physique fripé, hâve et caverneux, le sourire de carnassier, plaisait aux jeunes filles, et dont le franc-parler terrifiait toute l'industrie du film. « Après huit verres de whisky, je suis en pleine possession de mes facultés » avouait-il. « Ce que je pense des sports ? Il m'est arrivé de jouer au football chez John Huston, avec un pamplemousse. Il était deux heures du matin et nous étions fins saouls ». En outre, ses positions morales, courageuses et insolentes, faisaient de lui la conscience d'Hollywood, notamment en 1947 par son soutien controversé aux Dix d'Hollywood.

Il incarna avec Lauren Bacall le couple le plus exemplaire et le plus magnifique que le cinéma ait créé sans pouvoir le détruire par la suite. L'image de Bogart reste mythique. Elle est liée à son allure, étroitement sanglé dans son imperméable, ses orbites sombres creusant, sous le feutre mou du détective privé, son visage plus ou moins plissé, son rictus de dérision perpétuelle et son geste machinal pour se tirer le lobe de l'oreille, cette image désormais règne au-delà de l'existence de son propre créateur. Son jeu était toujours naturel. Sa brusquerie, son insolence bougonnante cachaient un cœur et une vraie philosophie. Depuis sa mort, son image ne cesse de grandir.

Filmographie

  • 1930 : Up the River de John Ford : Steve Jordan
  • 1930 : A Devil with Women d'Irving Cummings : Tom Standish
  • 1931 : Body and Soul d'Alfred Santell : Jim Watson
  • 1931 : The Bad Sister d'Hobart Henley : Valentine Corliss
  • 1931 : A Holy Terror d'Irving Cummings : Steve Nash
  • 1932 : Love Affair de Thornton Freeland : Jim Leonard
  • 1932 : Une allumette pour trois (Three on a Match) de Mervyn LeRoy : Harve
  • 1934 : Midnight de Chester Erskine : Gar Boni
  • 1936 : La Forêt pétrifiée (The Petrified Forest) d'Archie Mayo : Duke Mantee
  • 1936 : Guerre au crime (Bullets or Ballots) de William Keighley : 'Bugs' Fenner
  • 1936 : Two Against the World de William C. McGann : Sherry Scott
  • 1936 : Courrier de Chine (China Clipper) de Ray Enright : Hap Stuart
  • 1936 : L'Île de la furie (Isle of Fury) de Frank McDonald : Valentine 'Val' Stevens
  • 1937 : La Légion noire (Black Legion) d'Archie Mayo : Frank Taylor
  • 1937 : Septième district (The Great O'Malley) de William Dieterle : John Phillips
  • 1937 : Femmes marquées (Marked Woman) de Lloyd Bacon : David Graham
  • 1937 : Le Dernier round (Kid Galahad) de Michael Curtiz : Turkey Morgan
  • 1937 : San Quentin de Lloyd Bacon : Joe 'Red' Kennedy
  • 1937 : Rue sans issue (Dead End) de William Wyler : 'Baby Face' Martin
  • 1937 : Stand-In de Tay Garnett : Doug Quintain
  • 1938 : Swing Your Lady de Ray Enright : Ed Hatch
  • 1938 : L'École du crime (Crime School) de Lewis Seiler : Mark Braden
  • 1938 : Les Hommes sont si bêtes (Men Are Such Fools) de Busby Berkeley : Harry Galleon
  • 1938 : Menaces sur la ville (Racket Busters) de Lloyd Bacon : John 'Czar' Martin
  • 1938 : Le Mystérieux docteur Clitterhouse (The Amazing Dr. Clitterhouse) d'Anatole Litvak : 'Rocks' Valentine
  • 1938 : Les Anges aux figures sales (Angels with Dirty Faces) de Michael Curtiz : James Frazier
  • 1939 : Hommes sans loi (King of the Underworld) de Lewis Seiler : Joe Gurney
  • 1939 : Terreur à l'ouest (The Oklahoma Kid) de Lloyd Bacon : Whip McCord
  • 1939 : Le Châtiment (You can't Get Away with Murder) de Lewis Seiler : Frank Wilson
  • 1939 : Victoire sur la nuit (Dark Victory) d'Edmund Goulding : Michael O'Leary
  • 1939 : Les Fantastiques années 20 (The Roaring Twenties) de Raoul Walsh : George Hally
  • 1939 : Le Retour du docteur X (The Return of Doctor X) de Vincent Sherman : Dr. Maurice Xavier, alias Marshall Quesne
  • 1939 : Invisible Stripes de Lloyd Bacon : Chuck Martin
  • 1940 : La Caravane héroïque (Virginia City) de Michael Curtiz : John Murrell
  • 1940 : Rendez-vous à minuit (It All Came True) de Lewis Seiler : Grasselli / Chips Maguire
  • 1940 : Brother Orchid de Lloyd Bacon : Jack Buck
  • 1940 : Une femme dangereuse (They Drive by Night) de Raoul Walsh : Paul Fabrini
  • 1941 : La Grande Évasion (High Sierra) de Raoul Walsh : Roy Earle
  • 1941 : The Wagons Roll at Night de Ray Enright : Nick Coster
  • 1941 : Le Faucon maltais (The Maltese Falcon) de John Huston : Samuel Spade
  • 1941 : Échec à la Gestapo (All Through the Night) de Vincent Sherman : Gloves Donahue
  • 1942 : Le Caïd (The Big Shot) de Lewis Seiler : Joseph 'Duke' Berne
  • 1942 : Griffes jaunes (Across the Pacific) de John Huston : Rick Leland
  • 1942 : Casablanca de Michael Curtiz : Rick Blaine
  • 1943 : Convoi vers la Russie (Action in the North Atlantic) de Lloyd Bacon : Joe Rossi
  • 1943 : Sahara de Zoltan Korda : Joe Gunn
  • 1943 : Remerciez votre bonne étoile (Thank your lucky stars) de David Butler : lui-même
  • 1944 : Passage pour Marseille (Passage to Marseille) de Michael Curtiz : Jean Matrac
  • 1944 : Le Port de l'angoisse (To Have and Have Not) d'Howard Hawks : Harry Morgan
  • 1945 : La Mort n'était pas au rendez-vous (Conflict) de Curtis Bernhardt : Richard Mason
  • 1946 : Le Grand Sommeil (The Big Sleep) de Howard Hawks : Philip Marlowe
  • 1947 : En marge de l'enquête (Dead Reckoning) de John Cromwell
  • 1947 : La Seconde Madame Carroll (The Two Mrs. Carrolls) de Peter Godfrey : Geoffrey Carroll
  • 1947 : Les Passagers de la nuit (Dark Passage) de Delmer Daves : Vincent Parry alias Alan Lynell
  • 1948 : Le Trésor de la Sierra Madre (The Treasure of the Sierra Madre) de John Huston : Fred C. Dobbs
  • 1948 : Key Largo de John Huston : Frank McCloud
  • 1949 : Les Ruelles du malheur (Knock at Any Door) de Nicholas Ray : Andrew Morton
  • 1949 : Tokyo Joe de Stuart Heisler : Joe Barrett
  • 1950 : Pilote du diable (Chain Lightning) de Stuart Heisler : Matt Brennan
  • 1950 : Le Violent (In a Lonely Place) de Nicholas Ray : Dixon Steele
  • 1951 : La Femme à abattre (The Enforcer) de Bretaigne Windust : Martin Ferguson
  • 1951 : Sirocco de Curtis Bernhardt : Harry Smith
  • 1951 : L'Odyssée de l'African Queen (The African Queen) de John Huston : Charlie Allnut
  • 1952 : Bas les masques (Deadline - U.S.A.) de Richard Brooks : Ed Hutcheson
  • 1953 : Le Cirque infernal (Battle Circus) de Richard Brooks : Jed Webbe
  • 1953 : Plus fort que le diable (Beat the Devil) de John Huston : Billy Dannreuther
  • 1954 : Ouragan sur le Caine (The Caine Mutiny) d'Edward Dmytryk : Francis Philip Queeg
  • 1954 : Sabrina de Billy Wilder : Linus Larrabee
  • 1954 : La Comtesse aux pieds nus (The Barefoot Contessa) de Joseph L. Mankiewicz : Harry Dawes
  • 1955 : La Cuisine des anges (We're No Angels) de Michael Curtiz : Joseph
  • 1955 : La Main gauche du Seigneur (The Left Hand of God) d'Edward Dmytryk : James Carmody, alias Père Peter John O'Shea
  • 1955 : La Maison des otages (The Desperate Hours) de William Wyler : Glenn Griffin
  • 1956 : Plus dure sera la chute (The Harder They Fall) de Mark Robson : Eddie Willis

Théâtre (à Broadway)

  • 1922 : Drifting de John Colton et D. H. Andrews, mise en scène de John Cromwell, avec Alice Brady, Lumsden Hare, Robert Warwick
  • 1922 : Swifty de John Peter Toohey et Walter C. Percival
  • 1923-1924 : Meet the Wife de Lynn Starling, avec Mary Boland, Clifton Webb
  • 1924 : Nerves de John Farrar et Stephen Vincent Benét, avec Walter Baldwin, Paul Kelly, Mary Philips
  • 1925 : Hell's Bells de Barry Conners, avec Shirley Booth
  • 1925-1926 : Cradle Snatchers de Norma Mitchell et Russell Medcraft, avec Mary Boland, Raymond Guion, Edna May Oliver
  • 1927 : Baby Mine de Margaret Mayo, avec Roscoe "Fatty" Arbuckle, Lee Patrick
  • 1927-1928 : Saturday's Children de Maxwell Anderson, avec Beulah Bondi, Ruth Gordon
  • 1929 : Skyrocket de Mark Reed, avec Howard Freeman, Mary Philips, Ian Wolfe
  • 1929-1930 : It's a Wise Child de Laurence E. Johnson, mise en scène et production de David Belasco, avec Porter Hall, Sidney Toler, Minor Watson
  • 1931 : After All de John Van Druten, avec Helen Haye, Walter Kingsford
  • 1932 : I loved you Wednesday de Molly Ricardel et William Du Bois, avec Henry Fonda, Rose Hobart, Henry O'Neill
  • 1932 : Chrysalis de Rose Albert Porter, avec Elisha Cook Jr., Thurston Hall, Elia Kazan, Margaret Sullavan
  • 1933 : Our Wife de Lyon Mearson et Lillian Day, avec Rose Hobart, June Walker
  • 1933 : The Mask and the Face de William Somerset Maugham, avec Leo G. Carroll, Ernest Cossart
  • 1934 : Invitation to a Murder de Rufus King, avec Walter Abel, Gale Sondergaard
  • 1935 : La Forêt pétrifiée (The Petrified Forest) de Robert Emmet Sherwood, avec John Alexander, Leslie Howard

Publié dans Acteurs et Actrices

Commenter cet article