Bergman Ingrid

Publié le par Roger Cousin

Ingrid Bergman, née le 29 août 1915 à Stockholm, Suède et morte le 29 août 1982 à Londres, Royaume-Uni, est une actrice suédoise. 

Bergman IngridBergman Ingrid

Ingrid Bergman a déjà tourné quelques films en Suède lorsque le producteur David O. Selznick lui propose en 1939 de reprendre le rôle principal du remake américain d'Intermezzo, ce qui la fait connaître dans son pays. Sa carrière internationale est lancée et sa popularité s'accroit de films en films : Casablanca, Pour qui Sonne le Glas, Hantise (qui lui vaut l’Oscar de la meilleure actrice) et Jeanne d'Arc en font la star mondiale la plus désirée et la mieux rémunérée. Ingrid Bergman connaît son apogée avec trois films d'Alfred Hitchcock : La Maison du docteur Edwardes, Les Enchaînés et Les Amants du Capricorne.

Elle fait scandale lorsqu'elle part rejoindre le metteur en scène Roberto Rossellini, laissant derrière elle son mari et sa fille, pour tourner Stromboli. Les attaques conjointes de groupements religieux, d'associations féministes et même de politiciens la font bannir du cinéma américain pendant 7 ans. En 1956, elle tourne à Paris avec Jean Renoir dans Elena et les Hommes, puis à Londres dans Anastasia, qui lui vaudra un deuxième Oscar. Ingrid Bergman est entrée dans l’histoire du cinéma comme l’une de ses plus grandes actrices. En 1999, l’American Film Institute, dans son classement AFI’s 100 Years… 100 Stars, l’a placée au quatrième rang du panthéon des plus grandes actrices du cinéma américain. Ingrid Bergman naît le 29 août 1915 à Stockholm. Sa mère, Friedel Adler Bergman1, une Allemande, meurt lorsque sa fille a tout juste trois ans. Son père, Justus Bergman, un suédois, l'élève seul jusqu'à son décès : elle a alors 12 ans. Elle est ensuite confiée à l'une de ses tantes, puis passe son adolescence chez un de ses oncles.

Ingrid Bergman entre à la Royal Dramatic Theater School de Stockholm pour un an, période pendant laquelle elle fait ses débuts au cinéma. Elle interprète une femme de ménage dans Munkbrogreven, sous la direction de Gustaf Molander - avec qui elle tournera à six autres reprises2 dont Intermezzo, en 1936 - , ce qui changera sa vie. C'est grâce à ce film, où elle interprète une jeune professeur de piano dont tombe amoureux le père de son élève, qu'elle est remarquée par le producteur de Autant en emporte le vent, David O. Selznick. Ce dernier produit le remake d'Intermezzo où Ingrid tient à nouveau le rôle principal. Le film est un succès et lui ouvre les portes d'Hollywood. Elle est décrite comme un « illustre cadeau de la Suède à Hollywood. » Selznick lui fait alors signer un contrat d'une durée de sept ans, bien qu'ils ne fissent que deux films ensemble au cours de cette période.

Dès lors, Ingrid Bergman tourne avec les plus grands acteurs hollywoodiens sous la direction de réalisateurs fameux. Si elle tourne relativement peu de films, elle reste fidèle à quelques réalisateurs, comme Alfred Hitchcock. Elle tient la vedette dans quelques longs métrages comme La Famille Stoddard de Gregory Ratoff, La Proie du mort de W.S. Van Dyke ou encore Docteur Jekyll et M. Hyde de Victor Fleming. Ces différents rôles lui permettent d'améliorer son jeu d'actrice. En 1942, elle séduit Humphrey Bogart dans Casablanca. Il s'agit de son rôle le plus célèbre qui fait d'elle une star mondialement connue.

Deux ans plus tard, Ingrid Bergman obtient sa première présélection pour l'Oscar de la meilleure actrice pour Pour qui Sonne le Glas (For Whom the Bell Tolls) de Sam Wood, où elle côtoie Gary Cooper. La statuette est finalement obtenue par Jennifer Jones. Ingrid Bergman gagne néanmoins la récompense l'année suivante pour son rôle d'épouse psychologiquement fragile, victime d'un leurre machiavélique dans Hantise (Gaslight) de George Cukor. Elle reçoit sa troisième nomination consécutive pour l'Oscar de la meilleure actrice avec le film Les Cloches de Sainte-Marie (The Bells of St. Mary's) en 1945. En 1946, elle donne l'une de ses interprétations les plus marquantes, aux côtés de Cary Grant, dans le film d'espionnage Les Enchaînés (Notorious) d'Alfred Hitchcock. Jeanne d'Arc (Joan of Arc) de Victor Fleming lui vaut une nouvelle nomination en 1948.

En 1949, Ingrid Bergman rencontre le réalisateur Roberto Rossellini dont elle admirait les films. Elle en tombe amoureuse et joue dans son film Stromboli (1950). Elle abandonne alors son mari, Petter Lindström, et leur fille, Pia, et vit maritalement avec Rossellini qu'elle épousera plus tard. Ils auront trois enfants. Les ligues de vertu américaines s'émeuvent que Bergman s'en aille vivre avec Rosellini alors qu'elle n'est pas encore divorcée et contribuent à scandaliser le public américain ainsi que Hollywood. Certains la surnomment alors « l'apôtre de l'avilissement de Hollywood ». Ingrid Bergman tourne quatre autres films sous la direction de Rossellini, ouvrant la période dite des « Bergman-films » et marquant une étape décisive dans leurs carrières respectives : Europe 51, Voyage en Italie, La Peur, Jeanne au bûcher. Avec le rôle principal dans Anastasia d'Anatole Litvak (1956) (qui en fait l'héritière inconnue de la couronne des Romanov, massacrés après la révolution russe), Bergman fait son grand retour à Hollywood et remporte l'Oscar de la meilleure actrice pour la seconde fois de sa carrière.

Cette récompense a donc valeur de pardon accordé par le « métier » à la star pour ses escapades italiennes. La comédienne, revenue au zénith, alterne plusieurs rôles dans des films américains et européens. Elle obtient le troisième et dernier Oscar de sa carrière, le seul en tant qu’actrice dans un second rôle, pour sa participation au Crime de l'Orient-Express (Murder on the Orient Express) en 1975. Deux ans plus tard, elle interprète le personnage de Charlotte, pianiste virtuose mais mère indigne, dans Sonate d'automne (Autumn Sonata) d'Ingmar Bergman, pour lequel elle reçoit sa septième nomination aux Oscars. Ce dernier rôle pour le grand écran est considéré comme l'une de ses prestations les plus abouties.

En 1982, le jour de son soixante-septième anniversaire, Ingrid Bergman meurt à Londres des suites d'un cancer du sein. Son corps sera incinéré en Suède. Une partie de ses cendres sont dispersées dans la mer, l'autre partie étant inhumée au Norra begravningsplatsen (Cimetière du Nord) de Stockholm. Ingrid Bergman est honorée d'un Emmy Award à titre posthume en tant que meilleure actrice, pour le feuilleton télévisé Une femme nommée Golda (A Woman Called Golda), retraçant la vie du Premier ministre israélien Golda Meir. C'est en 1948, après avoir vu Rome, ville ouverte, qu'Ingrid Bergman écrivit à Roberto Rossellini pour lui proposer de travailler avec elle : « Cher M. Rossellini, J'ai vu vos films Rome, ville ouverte et Païsa, et les ai beaucoup appréciés. Si vous avez besoin d'une actrice suédoise qui parle très bien anglais, qui n'a pas oublié son allemand, qui n'est pas très compréhensible en français, et qui en italien ne sait dire que « ti amo », alors je suis prête à venir faire un film avec vous. » — Ingrid Bergman.

Elle accepta le rôle du film qu'il avait alors en préparation,Stromboli. Ils se marièrent le 24 mai 1950 et eurent trois enfants : les jumelles Isabella Rossellini (qui deviendra actrice) et Isotta (qui sera professeur d'université) ; et un fils, Roberto Ingmar Rossellini. Cette relation suscita un scandale : Bergman, enceinte au moment de son mariage, fut présentée comme « l'apôtre de la dégradation d'Hollywood »[réf. nécessaire] et contrainte à quitter les États-Unis d'Amérique. Au cours des années suivantes, elle apparut dans quatre autres films de Rossellini, dont Voyage en Italie (1954), film très important, considéré par plusieurs critiques des Cahiers du cinéma comme étant le premier « film moderne ». Rossellini et Bergman divorceront le 7 novembre 1957.

Filmographie

  • 1932 Landskamp – de Gunnar Skoglund avec Arne Borg Seulement apparition
  • 1934 Le conte du Pont au Moine ( munkbrogreven ) de Edvin Adolphson avec Valdemar Dahlquest
  • 1935 Lames de l’océan ( bränningar ) de Ivar Johansson avec Tore Svennberg
  • Les Swedenhielms ( Swendenhielms ) de Gustaf Molander avec Gösta Ekman
  • La nuit des Walpurgis ( Valborgsmässoafton ) de Gustaf Edgren avec Lars Hanson
  • 1936 Du côté du soleil ( på solsidan ) de Gustaf Molander avec Lars Hanson
  • Interlude ( Intermezzo ) de Gustaf Molander avec Gösta Ekman
  • 1937 Dollar – de Gustaf Molander avec George Rydeberg
  • 1938 Un visage de femme ( en kvinnas anskite ) de Gustaf Molander avec Anders Henrikson
  • Quatre filles courageuses / Les quatre camarades ( die vier gesellen ) de Carl Froelich avec Sabine Peters
  • 1939 Une seule nuit ( en enda natt ) de Gustaf Molander avec Edvin Adolphson
  • La rançon du bonheur / Envol vers le bonheur ( Intermezzo / Intermezzo : A love story / escape to hapiness ) de Gregory Ratoff avec Leslie Howard
  • 1940 Une nuit de juin ( juninatten ) de Per Lindberg avec Marianne Löfgren
  • La famille Stoddart / Adam avait quatre fils ( Adam had four sons ) de Gregory Ratoff avec Warner Baxter
  • 1941 La proie du mort ( rage in heaven ) de W.S. Van Dyke avec Robert Montgomery
  • Docteur Jekyll et M. Hyde ( Dr. Jekyll and Mr. Hyde ) de Victor Fleming avec Spencer Tracy
  • 1942 Casablanca – de Michael Curtiz avec Humphrey Bogart
  • 1943 Pour qui sonne le glas ( for whom the bell tolls ) de Sam Wood avec Gary Cooper
  • DO Suédois en Amérique ( Swedes in America / Ingrid Bergman answers ) de Sam Wood Seulement apparition
  • 1944 Hantise ( gaslight / murder in Thornston Square ) de George Cukor avec Charles Boyer Oscar de la meilleure actrice, USA, Golden Globe de la meilleure actrice de cinéma, USA
  • 1945 L’intrigante de Saratoga ( Saratoga trunk ) de Sam Wood avec Gary Cooper
  • La maison du docteur Edwardes / Je te sauverai ( spellbound / Alfred Hitchcock’s spellbound ) de Alfred Hitchcock avec Gregory Peck, Prix NYFCC de la meilleure actrice par le cercle des critiques de cinéma de New York, USA, Prix spécial par le cercle des critiques de cinéma de New York, USA, Prix de la Biennale Spécial du mérite artistique au festival du cinéma de Venise, Italie
  • Les cloches de Sainte-Marie ( the bells of St. Mary’s ) de Leo McCarey avec Bing Crosby, Golden Globe de la meilleure actrice de cinéma, USA, Prix NYFCC de la meilleure actrice par le cercle des critiques de cinéma de New York, USA
  • 1946 Les enchaînés ( notorious / Alfred Hitchcock’s notorious ) de Alfred Hitchcock avec Cary Grant
  • CM American creed – de Robert Stevenson avec Van Johnson Seulement apparition
  • 1947 Jeanne d’Arc ( Joan of Arc ) de Victor Fleming avec José Ferrer
  • Arc de triomphe ( Arch of Triumph ) de Lewis Milestone avec Charles Laughton
  • 1948 CM Screen snapshots: Photoplay Gold Medal Awards – de Ralph Staub avec Mary Livingstone Seulement apparition
  • 1949 Les amants du capricorne ( under capricorn ) de Alfred Hitchcock avec Michael Wilding
  • 1950 Stromboli ( Stromboli, terra di dio ) de Roberto Rossellini avec Mario Vitale, Ruban d’Argent de la meilleure actrice étrangère dans un film italien par le syndicat national italien des journalistes de cinéma, Italie
  • 1951 Europe 51 ( Europa’ 51 ) de Roberto Rossellini avec Alexander Knox, Ruban d’Argent par le syndicat national italien des journalistes de cinéma, Italie
  • 1953 Voyage en Italie / L’amour est le plus fort / La divorcée de Naples ( viaggio in Italia / the lonely woman / strangers / voyage in Italy / voyage to Italy ) de Roberto Rossellini avec George Sanders
  • 1954 Nous les femmes ( siamo donne ) de Luigi Zampa, Gianni Franciolini, Luchino Visconti & Roberto Rossellini avec Anna Magnani
  • 1955 Jeanne au bûcher ( Giovanna d’Arco al rogo ) de Roberto Rossellini avec Tullio Carminati
  • La peur / Angoisse ( la paura / non credo più all’amore / angst / incubo / fear ) de Roberto Rossellini avec Mathias Wieman
  • 1956 Eléna et les hommes – de Jean Renoir avec Jean Marais
  • Anastasia – de Anatole Litvak avec Yul Brynner, Oscar de la meilleure actrice, USA Golden Globe de la meilleure actrice de cinéma catégorie drame, USA, Prix NYFCC de la meilleure actrice par le cercle des critiques de cinéma de New York, USA, David de la meilleure actrice étrangère, Italie
  • 1958 Indiscret ( indiscreet ) de Stanley Donen avec Cary Grant
  • L’auberge du sixième bonheur ( the inn of the sixth happiness ) de Mark Robson avec Robert Donat, Prix NBR de la meilleure actrice par la National Board of Review, USA
  • 1960 Aimez-vous Brahms ? ( goodbye again ) de Anatole Litvak avec Yves Montand
  • 1964 La rancune ( the visit / der besuch / la vendetta della signora ) de Bernhard Wicki avec Claude Dauphin
  • La Rolls-Royce jaune ( the yellow Rolls-Royce ) de Anthony Asquith avec Omar Sharif
  • 1965 Stimulantia – de Gustaf Molander, Hans Abramson, Hans Alfredson, Arne Arnbom, Ingmar Bergman, Tage Danielsson, Jörn Donner, Lars Görling & Vilgot Sjöman avec Günnar Bjornstrand
  • 1969 Fleur de cactus ( cactus flower ) de Gene Sacks avec Walter Matthau
  • DO Hollywood : The Selznick years – de Marshall Flaun avec King Vidor Seulement apparition
  • 1970 Pluie de printemps ( walk in the spring rain ) de Guy Green avec Anthony Quinn
  • 1973 From the mixed-up files of Mrs. Basil E. Frankweiler / The hideaways – de Fielder Cook avec Richard Mulligan
  • 1974 Le crime de l’Orient Express ( murder on the Orient Express ) de Sidney Lumet avec Albert Finney, Oscar du meilleur second rôle féminin, USA, BAFTA du meilleur second rôle féminin aux British Academy Awards, Grande-Bretagne
  • 1976 Nina ( a matter of time ) de Vincente Minnelli avec Liza Minnelli
  • 1977 Sonate d’automne ( höstsonaten / autumn sonata / herbstsonate ) de Ingmar Bergman avec Liv Ullmann, Prix NYFCC de la meilleure actrice par le cercle des critiques de cinéma de New York, USA, Prix NSFC de la meilleure actrice par société nationale des critiques de cinéma, USA, Prix NBR de la meilleure actrice par la National Board of Review, USA, David de la meilleure actrice étrangère, Italie

Publié dans Acteurs et Actrices

Commenter cet article