Allégret Marc

Publié le par Mémoires de Guerre

Marc Allégret est un réalisateur et photographe français né le 22 décembre 1900 à Bâle (Suisse) et décédé le 3 novembre 1973 à Paris (France). 

Allégret Marc
Allégret Marc
Allégret Marc
Allégret Marc

Fils d'Élie Allégret, un pasteur protestant missionnaire qui fut le précepteur d'André Gide, il entretint avec ce dernier une liaison qui marqua réciproquement leur maturité personnelle. La vie de Marc Allégret (1900-1973), consacrée totalement au septième art qu'il aimait par dessus tout, fut un véritable scénario. Il aurait pu l'écrire mais il était trop modeste et discret pour cela. Outre la mise en scène cinématographique qu'il pratiqua avec bonheur, il avait une passion : la découverte de nouveaux talents. En véritable esthète, il cherchait inlassablement la beauté. D'un regard expert, il guettait l'éclosion des futures vedettes pour leur permettre de s'ouvrir et d'apparaître au monde dans leurs qualités suprêmes. Créateur d'images, il était un vrai voyeur dans le sens noble du terme. Dans sa quête, il ne se donnait jamais de critères préétablis. Seule comptait la beauté immédiate fraîchement cueillie pour que chacun puisse en admirer les valeurs profondes tant physiques que spirituelles.

Grâce à lui, le cinéma s'est enrichi de merveilleuses étoiles dont beaucoup brillent encore dans le ciel de France, d'Europe ou d'ailleurs. Marc Allégret, fils spirituel d'André Gide, cinéaste de talent, auteur de près de quatre-vingt films, dont une soixantaine furent réalisés en trente ans, possédait une extraordinaire intuition lorsqu'il rencontrait des jeunes. Voilà pourquoi, il était temps de consacrer un ouvrage à son oeuvre et aux extraordinaires carrières qu'il a suscitées. Raimu, Fernandel et Gérard Philipe, Michèle MorganOdette Joyeux et Brigitte Bardot, ou encore Michel SimonJean-Pierre AumontJean-Louis BarraultMicheline Presle, Danièle Delorme, Mylène Demongeot... sans oublier Roger Vadim, la liste des stars que Marc Allégret a découvertes, ou mises en valeur à l'occasion d'un premier grand rôle, est incroyablement longue.

De plus, ceux et celles qu'il a aidés à s'exprimer dans le septième art se comptent par dizaines qu'ils s'appellent Jacques et Pierre Prévert, Françoise Giroud, Henri Alekan, Alexandre Trauner, Marcel Achard, Alexandre Astruc et même Colette! Sans oublier Marcel Pagnol qui avoua avoir tout appris de la technique cinématographique grâce à Marc Allégret. Il en fut, bien sûr, de même pour Vadim qui déclare sans hésiter être le fils spirituel du grand cinéaste. Petite précision familiale pour les deux frères réalisateurs que sont Marc Allégret et Yves Allégret. Pour le grand public, le nom d’Allégret s'associe souvent à Simone Signoret. Mais c'est bien Yves qui a épousé la grande comédienne. Marc Allégret n'est donc pas le père de Catherine Allégret, comme beaucoup ont tendance à le croire, mais son oncle. La famille Allégret était nombreuse et deux des fils du pasteur Elie Allégret furent cinéastes, ce qui contribue à jeter la confusion dans certains esprits. Marc et Yves. Yves et Marc...

Marc Allégret assura la réalisation de plus de soixante longs métrages dès 1930 tandis que Yves Allégret, le père de Catherine, a été formé au métier de la mise en scène par son grand frère Marc dont il fut l'assistant pendant de longues années avant de réaliser ses propres oeuvres cinématographiques. Comme le disait Françoise Giroud dans un de ses articles de France Dimanche en 1952 : « Attribuer à l'un le film de l'autre, c'est plus qu'une confusion, c'est presque une hérésie tant ils ont marqué leurs oeuvres respectives, bonnes ou mauvaises, d'une empreinte différente. L'un, Marc, exprime depuis trente ans, avec grâce, sa nostalgie du paradis perdu de la jeunesse. L'autre, Yves, exprime depuis dix ans avec violence, sa révolte contre la société... »

Dès l’âge de dix-sept ans, Marc Allégret est fasciné par la personnalité de l’écrivain André Gide qui est devenu le véritable protecteur de la famille Allégret. Décelant chez Marc une finesse d’esprit hors du commun, Gide le prend sous sa coupe et assure désormais sa formation tant intellectuelle que morale et physique dans la plus pure tradition des philosophes grecs. Marc, grâce à Gide, rencontre tout ce que la France compte comme artistes et écrivains. Paul Valéry, Picasso, Man Ray, Jean Cocteau, Erik Satie, et plus tard Saint-Exupéry et même « Jef » Kessel feront partie de l’entourage immédiat du cinéaste.

Un fabuleux voyage au Congo fera de Marc Allégret le secrétaire officiel de Gide. Il en profitera pour développer ses talents de photographe et de cinéaste. En 1928 sort le premier film de Marc Allégret : le fameux « Voyage au Congo » (production Pierre Braunberger - Les films du Jeudi ) qui reste encore aujourd’hui un document exceptionnel sur l’Afrique Noire à cette époque. La carrière du cinéaste commence. L ’amitié qui le lie à André Gide durera jusqu’à la mort de l’écrivain en 1951. Dès 1930, Marc Allégret aidé en cela par son ami le producteur Pierre Braunberger, deviendra un des premiers grands réalisateurs du cinéma parlant. C’est lui qui met en scène en 1932 le « FANNY » de Marcel Pagnol avec à ses côtés la scripte Françoise Giroud.

Ses fims sont essentiellement basés sur un romantisme charmant à la gloire de la jeunesse. On retiendra quelques chefs d’oeuvre comme « Lac aux Dames », « Sous les yeux d’Occident » ou encore « Entrée des Artistes ». Sans relâche, cet artisan du cinéma réalisera, de 1930 à 1960, deux voire trois longs métrages par an ayant comme soucis majeur de faire travailler les artistes et les techniciens. La Nouvelle Vague sonnera le glas de cette industrie florissante. Au nom d’une nouvelle idéologie du cinéma, les jeunes réalisateurs vont critiquer jusqu’à la destruction totale tout ce qui s’est fait avant eux. Marc Allégret tournera encore des documentaires et un dernier film pour l’ouverture du festival de Cannes 1970 : « La Bal du Comte d’Orgel ».

Metteur en scène au début du cinéma parlant, il épouse immédiatement la nouvelle dimension du septième art qu’il défendra jusque dans les années soixante par des films élégants, sensibles et techniquement irréprochables. Avec Vadim qui devient son fils spirituel, il assura sa pérennité artistique qui lui permit de continuer sa carrière jusqu’à l’avènement de la Nouvelle Vague. Marc Allégret fait ses premières armes dans la technique de la reproduction de l’image avec le grand maître Man Ray. C’est en 1924, lors des « Soirées de Paris » du Comte de Beaumont que Man Ray décèle l’extraordinaire terrain créatif de Marc Allégret. A cette époque, l’art photographique se conçoit depuis la prise d’image jusqu’au développement et même au « trucage » de l’image.

Marc Allégret, rapidement sensibilisé par Man Ray et ses contemporains, installe son premier atelier de photographe, petit réduit aveugle situé sous un escalier, dans l’appartement d’André Gide, rue Vaneau à Paris. Il s’exerce nuit et jour en développant des centaines de négatifs et en travaillant sur des clichés allant de paysages récoltés lors des nombreux voyages avec Gide (dont les clichés exceptionnels de Voyage au Congo - Bibliothèque Nationale de France) à l’art du nu tendrement cultivé au hasard de ses rencontres et de ses conquêtes féminines (collection privée - hélas!), en passant, bien sûr, par des essais de jeunes comédiennes et comédiens. Sa connaissance de l’âme humaine et d’une technique irréprochable font éclater les qualités subtiles des artistes qui s’adressent à lui et leur permet de passer le rivage de la célébrité.  L'Association Nationale pour l'Image Marc Allégret a pour but de promouvoir et de produire toutes les formes d'expression par l'image et tout autre moyen associé de créations dans l'esprit de l'oeuvre de Marc Allégret.

Filmographie

Commenter cet article