Des boîtes appartenant au médecin nazi August Hirt découvertes à Strasbourg

Publié le par Notre Temps

Des boîtes appartenant au médecin nazi August Hirt découvertes à Strasbourg
Des boîtes appartenant au médecin nazi August Hirt découvertes à Strasbourg

Des boîtes contenant des préparations anatomiques ayant appartenu à August Hirt, un médecin nazi, ont été récemment découvertes à l'université de Strasbourg dans le cadre des travaux d'une commission d'enquête scientifique, a-t-on appris lundi auprès de l'université.

Semblables à des mallettes, "une vingtaine de boîtes" portant le nom d'August Hirt et contenant des préparations anatomiques avec des prélèvements de tissus humains et animaux ont été découvertes à l'institut d'anatomie pathologique, a indiqué à l'AFP Mathieu Schneider vice-président de l'Université de Strasbourg.

Les chercheurs veulent établir si ces préparations sont liées aux activités criminelles du médecin nazi pendant son séjour à Strasbourg entre 1941 et 1944.

"Ces boîtes appartenaient à August Hirt. L'analyse est en cours. Nous n'avons pas encore pu identifier la provenance de toutes ces lames", a précisé M. Schneider s'exprimant au nom de la commission scientifique.

August Hirt voulait se constituer une collection de squelettes. Les restes de 86 personnes avaient été découverts à l'institut d'anatomie le 1er décembre 1944, après la libération de Strasbourg. Les victimes étaient des juifs déportés et tués à Auschwitz. Les corps avaient été ramenés pour être disséqués sur ordre du professeur Hirt.

"Une partie de ces lames ne proviennent pas de l'époque nazie", certaines datent d'avant 1931, "des lames classiques qu'on faisait en anatomie, pour la diffusion des connaissances", a ajouté M. Schneider.

"Certes on a trouvé ces boîtes, certes elles sont notées Hirth, sinistre médecin nazi. Ce n'est pas pour autant qu'elle datent du nazisme et (qu'elles seraient) nécessairement liées à une activité criminelle", a insisté M. Schneider.

Durant l'Occupation, l'Université de Strasbourg, ses enseignants et ses étudiants s'étaient réfugiés à Clermont-Ferrand. Plusieurs dizaines avaient été raflés et assassinés.

"Ce que nous voulons, c'est la transparence, la prudence et l'indépendance du travail des chercheurs. Nous ne pouvons dire que ce dont nous sommes sûrs", a souligné l'universitaire.

160 thèses de médecine qui venant s'ajouter à 127 thèses déjà connues, certaines liés avec les thèses raciales et les expérimentations nazies, ont aussi été découvertes qui montrent que "l'université en place était une Reichsuniversität au service de l'idéologie nazie et d'un système politique absolument abominable" avec "une recherche intensive", a expliqué M. Schneider.

Il s'agit des premières découvertes d'une commission d'historiens mise en place à l'automne dernier pour dresser un inventaire des activités de la Reichsuniversität de Strasbourg sous l'Occupation.

Cette commission a été créé à la suite de la découverte inattendue à Strasbourg de restes de victimes juives de Hirth, en juillet 2015 à l'institut de médecine légale.

Publié dans Articles de Presse

Commenter cet article