Normandie : "Le D-Day, c'est la Liberté", pour le vétéran anglais Daniel Frank Lyons

Publié le par La Manche Libre

Normandie : "Le D-Day, c'est la Liberté", pour le vétéran anglais Daniel Frank Lyons

Portrait Le parachutiste britannique Daniel Franck Lyons est revenu samedi 3 juin 2017 à Litteau (Calvados) pour participer aux commémorations du 6 juin 1944. Il témoigne. 

 Daniel Franck Lyons, vétéran anglais, est arrivé à Ranville (Calvados) le matin du 6 juin 1944. - Liliane Grimaux

Daniel Franck Lyons, vétéran anglais, est arrivé à Ranville (Calvados) le matin du 6 juin 1944. - Liliane Grimaux

Daniel Franck Lyons est né à Wood Green, dans le nord de Londres, le 4 mai 1925. À l'armée, il s'entraînait à Salisburg, dans le sud de l'Angleterre. Engagé dans la 6e division Royal Core of Signal, on lui annonce le 5 juin 1944 qu'il participerait au Débarquement sur les plages de Normandie.

Les parachutistes "éparpillés"

"C'était 10 minutes avant 1h du matin, le matin du 6 juin 1944. Quelque part dans cette nuit noire, à huit cents pieds au-dessous des champs verts de Normandie, le jour-D attendait les hommes de la 6e division aérienne." Mais alors qu'il pensait retrouver ses collègues parachutistes, tous ont été "éparpillés " pendant le largage. Danny et son compagnon auraient dû atterrir près du village du Bas Ranville. Ils transportaient des explosifs qu'ils devaient remettre aux ingénieurs du Quartier Général de Ranville.

Il creuse un trou pour se cacher

"Quand on a atterri, c'était le noir complet. Il était 2h du matin. Mon ami était blessé, nous sommes allés dans une ferme où la femme du fermier lui a donné des soins. Quand le jour s'est levé, j'ai regagné le château du Heaume à Ranville. En attendant j'avais enfoui tous mes explosifs." Là, Daniel retrouve un autre groupe de soldats, ils se rendent au Quartier Général. Ne pouvant entrer dans le château, il creuse un grand trou dans la pelouse pour se cacher. Il restera trois jours avant de rejoindre une carrière avec une rivière à près de 1,5km. "Quand je suis revenu, j'ai refait le parcours, mais la carrière et la rivière n'existent plus!"

Depuis une dizaine d'années, le vétéran revient tous les ans, pour fêter le D-Day: "Pour moi le D-Day, c'est la Liberté, la Liberté du Monde! "

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article