Morbihan: le FN fait retirer une exposition sur le Vel d'Hiv par "soucis de neutralité"

Publié le par Elodie Hervé

Morbihan: le FN fait retirer une exposition sur le Vel d'Hiv par "soucis de neutralité"

Dans le Morbihan, le FN a fait retirer une exposition sur les policiers et les gendarmes qui ont sauvé des Juifs pendant l'Occupation par soucis de "neutralité politique".

Un bureau de vote à Strasbourg, dimanche 23 avril 2017. (Photo d'illustration) - Frederick Florin - AFP

Un bureau de vote à Strasbourg, dimanche 23 avril 2017. (Photo d'illustration) - Frederick Florin - AFP

Peu avant le second tour de l'élection présidentielle, le Front national a demandé le décrochage d'une exposition sur l'Occupation au nom de la "neutralité politique", rapporte Ouest France. Le maire de la commune bretonne a accédé à cette requête, le temps du vote de dimanche. 

"Désobéir pour sauver"

L'idée de l'exposition, "Désobéir pour sauver", était de rendre hommage à certains policiers et gendarmes qui ont permis de sauver des Juifs pendant l'Occupation allemande (1940-45). 54 d'entre eux ont d'ailleurs reçu la distinction "Juste parmi les Nations" pour leur rôle pendant cette période. 

    "Des médias ont véhiculé l’idée que nous étions d’anciens nationalistes, de nouveaux nazis… On a donc demandé de retirer les panneaux car les électeurs pouvaient se poser des questions avant d’aller aux bureaux de vote situés dans le même bâtiment", tente de se justifier le secrétaire départemental FN du Morbihan, Bertrand Iragne. 

Retirée le temps du vote 

Présentée par l'Office national des anciens combattants du Morbihan, l'exposition est installée à la salle culturelle du Triskell, non loin d'un bureau de vote. Aussi pour éviter toute polémique inutile, le maire de la commune de Ploeren, Gilbert Lorho (PS) a indiqué avoir retiré les panneaux dimanche le temps du vote, avant de les remettre à la fermeture des bureaux dimanche.  

    "Objectivement, je ne voyais pas en quoi cette exposition pouvait influer sur le vote des Ploerinois.(...)  Pour ne pas créer d’incident inutile, j’ai retiré l’expo qui a été remise à la fermeture des bureaux de vote "

En Bretagne, le candidat d'En Marche! est arrivé en tête avec 79.68% des voix, contre 24.64% pour son adversaire Marine Le Pen (FN).

La rafle du Vel D'Hiv

Cette demande de décrochage arrive peu après les propos de Marine Le Pen: "la France n'[était] pas responsable du Vel d'Hiv". La présidente du parti d'extrême droite s'était interrogée sur la décision du président Jacques Chirac de reconnaître en juillet 1995 la responsabilité de la France.

Cette rafle tire son nom du Vélodrome d'hiver, situé dans le 15e arrondissement de Paris.

    "Le 16 juillet 1942, 450 policiers et gendarmes français, sous l'autorité de leurs chefs, répondaient aux exigences des nazis. Ce jour-là, dans la capitale et en région parisienne, près de dix mille hommes, femmes et enfants juifs furent arrêtés à leur domicile, au petit matin, et rassemblés dans les commissariats de police", soulignait Jacques Chirac en juillet 1995. 

Au total 13.152 personnes ont été arrêtées dont 4.115 enfants. Seule une centaine d'adultes survivront à la déportation vers Auschwitz. 

Publié dans Articles de Presse

Commenter cet article