"HHhH", le bourreau nazi Reinhard Heydrich sous la patte de Binet et Jimenez

Publié le par Louise Sallé

"HHhH", le bourreau nazi Reinhard Heydrich sous la patte de Binet et Jimenez

Laurent Binet avait gagné en 2010 le prix Goncourt du Premier roman avec "HHhH". Mercredi, l'adaptation de son livre qui retrace l'histoire du bourreau nazi Reinhard Heydrich sort en salles. Un film signé Cédric Jimenez. 

Le film "HHhH" de Cédric Jiménez, adaptation du prix Goncourt du Premier roman 2010 de Laurent Binet. Bruno Calvo

Le film "HHhH" de Cédric Jiménez, adaptation du prix Goncourt du Premier roman 2010 de Laurent Binet. Bruno Calvo

En 2010, Laurent Binet remporte le prix Goncourt du Premier roman pour son livre HHhH. Ce titre énigmatique fait référence au haut-dignitaire nazi Reinhard Heydrich, architecte de la Solution finale et bras droit d’Himmler. "Himmlers Hirn heisst Heydrich", qui signifie "Le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich", est en effet le surnom que les SS lui donnaient. Désormais adapté à l’écran par Cédric Jimenez, HHhH sortira dans nos salles à partir de mercredi prochain.

Chef de la Gestapo et des services secrets, Reinhard Heydrich est surtout chargé d’imaginer le plan d’extermination finale des juifs d’Europe. C'est lui qui a mission d'organiser la Conférence de Wannsee, qui a lieu début 1942  au cours de laquelle il expose la méthode de "la solution finale de la question juive". Nommé par Hitler à la tête de la Bohême-Moravie en 1941,  "Le boucher de Prague" s’acharne à éliminer en masse les prétendus ennemis du Reich. Mais le 27 mai 1942, l’homme est pris au piège dans un attentat perpétré par deux résistants de l’opération "Anthropoïde" et meurt une semaine plus tard.

Le récit des deux jeunes tchèque et slovaque ayant accompli l’une des missions les plus périlleuses de l’histoire de la résistance a déjà intéressé de nombreux réalisateurs. Dès 1943, Douglas Sirk s’empare du sujet pour Hitler's Madman et Fritz Lang l’illustre avec Les bourreaux meurent aussi. En 2016, le réalisateur britannique Sean Ellis s’en saisit à nouveau dans Anthropoïd. Cédric Jimenez s’attaque donc à un fait largement étudié et commenté, mais se distingue grâce au parti pris du livre de Laurent Binet. Cet agrégé de lettres et professeur de français a puisé pour son roman dans une énorme documentation.  Il a eu l’idée de s’intéresser à Reinhard Heydrich lors d’un service militaire effectué en Slovaquie et a enrichi son œuvre d’une réflexion sur les rapports entre réalité et fiction.

Cédric Jimenez (La French, sorti en 2014), choisit de s'inspirer du prix Goncourt dans une production très "à l’américaine", au casting entièrement anglo-saxon, à l'exception de Céline Sallette et Gilles Lellouche. Les sentiments y sont fortement présents, la violence exacerbée et les images particulièrement soignées.  Mais l’auteur de HHhH apprécie le film "qui rend hommage à l'héroïsme des parachutistes et fait œuvre de pédagogie".

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article