Décès du rescapé d'un massacre de résistants

Publié le par Le Figaro

Décès du rescapé d'un massacre de résistants

Le Père Philippe Bèguerie, rescapé du massacre en juillet 1944 de 13 jeunes résistants par la Milice française et les forces allemandes d'occupation à Saucats (Gironde), est décédé mercredi à l'âge de 92 ans, a-t-on appris aujourd'hui auprès de son ex-paroisse.

Décès du rescapé d'un massacre de résistants

Philippe Bèguerie, né à Bordeaux en 1925, faisait partie d'un groupe d'une quinzaine de jeunes de 17 à 22 ans, pour la plupart élèves ou anciens du Lycée Montaigne de Bordeaux, qui avaient composé "le maquis de Saucats", du nom d'une commune forestière à 30 km de Bordeaux, où ils avaient installé leur base dans une ancienne ferme.

À la suite d'une dénonciation, la ferme avait été attaquée le 14 juillet 1944 au matin par une cinquantaine de miliciens et une quarantaine de soldats allemands. Confrontés à une forte résistance, ceux-ci avaient dû employer une pièce d'artillerie lourde pour détruire la ferme, avant d'achever douze des résistants. Un 13e membre du jeune maquis avait été intercepté alors qu'il faisait route vers la ferme, puis avait été torturé et fusillé quelques jours plus tard.

Un peu à l'écart du groupe au moment de l'attaque, Philippe Bèguerie était, avec trois ex-prisonniers marocains qui avaient rejoint les jeunes maquisards, le seul rescapé du massacre. Après avoir épuisé leurs munitions, ils avaient réussi à gagner une position de repli dans la forêt, comme prévu par les consignes.

Après la guerre, Philippe Bèguerie était entré chez les Spiritains et avait été ordonné prêtre en 1953, quittant cet ordre lorsque le traditionaliste Marcel Lefebvre en était devenu le supérieur.

Il s'était ensuite spécialisé dans les questions de liturgie, et avait aussi passé plusieurs années de mission en Afrique, dont trois ans à Yaoundé, selon sa biographie sur le site de la paroisse parisienne de Saint-Séverin-Saint-Nicolas, où le Père Bèguerie fut curé dans les années 80, et qui a annoncé son décès vendredi, relayé par le quotidien Sud Ouest. Ses obsèques y seront célébrées demain.

Le massacre des 13 jeunes résistants de Saucats est commémoré chaque 14 juillet au lycée Michel-Montaigne, ainsi qu'au Mémorial de Saucats érigé en leur honneur en 1949 et inauguré en 1953.

Commenter cet article