Cela s'est passé le 6 juin 1944

Publié le par Fabienne Oliveres

Cela s'est passé le 6 juin 1944
Cela s'est passé le 6 juin 1944
Cela s'est passé le 6 juin 1944
Cela s'est passé le 6 juin 1944
Cela s'est passé le 6 juin 1944
Cela s'est passé le 6 juin 1944

Le 6 juin 1944, à l'aube, une armada de 1213 navires de guerre et  4126 navires de transport  s'était approchée des côtes normandes. Elle s'étalait sur un front de 35 kilomètres et transportait pas moins de 130 000 hommes, Britanniques, Américains ou Canadiens pour la plupart. 11 500 avions la protégeaient.

La veille, le 5 juin à 21 h 15, la BBC (radio de Londres) avait diffusé un message codé : "Les sanglots longs des violons de l'automne blessent mon cœur d'une langueur monotone". Il s'agit de vers d'un poème de Paul Verlaine annonçant, notamment à la Résistance, le début de l'opération "Overlord", c'est-à-dire du débarquement des Alliés en Normandie.

Notons que cette opération aéronavale demeure la plus gigantesque de l'Histoire.

Le débarquement aurait dû avoir lieu le 5 juin, mais à cause d'une mauvaise météo, il a été repoussé au lendemain. Pendant la nuit, avant le débarquement, des parachutistes de la 101e division aéroportée avaient été largués sur des lieux stratégiques pour éviter que les Allemands n'envoient des renforts.

Pour l'anecdote, John Steele était l'un d'entre eux. Son parachute s'est accroché au clocher de l'église de Sainte-Mère-l'Église. Il fit semblant d'être mort pour ne pas être repéré par les Allemands. Il a survécu mais est devenu sourd en raison de la sonnerie des cloches. Aujourd'hui, un mannequin parachutiste est toujours accroché à cette église afin de se souvenir de cet épisode de la guerre.

À l'aube du 6 juin 1944, les Allemands, incrédules découvrent une mer couverte de bateaux. À 5 h 45, la flotte ouvre le feu sur les blockhaus qui jalonnent la côte. À 6 h 30, les premières vagues, accueillies par un feu nourri des batteries allemandes, intactes, restent clouées sur les plages. Au fil des heures, la situation empire, les plages encombrées de cadavres se réduisent à cause de la marée montante. 

Au soir du Jour J ("D-Day), la tête de pont d'Omaha Beach (près de Colleville-sur-Mer) n'a pas plus de 2 km de profondeur.

L'opération s'achèvera par un succès...mais à quel prix ! Les pertes s'élèves à plus de 3 000 hommes (soit quinze plus que sur Utah Beach (entre Sainte-Marie du Mont et Quinéville). Au total, sur les 5 plages du débarquement (Omaha, Utah, Gold, Juno et Sword), les pertes alliées s'élèvent à 10 500 morts, blessés ou disparus.

La Résistance française avait aidé au succès de l'opération Overlord. Les actions de renseignement et de sabotages effectuées par "l'armée des ombres" avaient été précieuses.

Publié dans Articles de Presse

Commenter cet article