Meurtre de Jean-Louis Turquin : «Madame Turquin ne dit pas tout»

Publié le par Timothée Boutry

Meurtre de Jean-Louis Turquin : «Madame Turquin ne dit pas tout»

Le procureur de Pointe-à-Pitre s'est exprimé après l'incarcération de Nadine Turquin pour l'assassinat de son mari, Jean-Louis Turquin.

Nadine et Jean-Louis Turquin formaient un couple singulier sur le point de divorcer

Nadine et Jean-Louis Turquin formaient un couple singulier sur le point de divorcer

Pendant neuf ans,de 1997 à 2006, elle a parcouru les prisons pour rendre visite à son mari. Mais depuis la nuit de vendredi à samedi, Nadine Turquin est de l'autre côté des barreaux. L'ex-professeur de danse a été placée en détention provisoire après sa mise en examen pour l'assassinat de son époux Jean-Louis, abattu d'une balle dans le dos dans la nuit du 6 au 7 janvier à leur domicile de l'île de Saint-Martin (Guadeloupe). Malgré les indices collectés par les gendarmes - notamment la découverte de résidus de tirs sur ses mains -, cette mère de trois grands enfants «nie farouchement les faits», insiste son avocat Me Olivier Morice.

«Je suis abasourdi, embraye son fils aîné, joint samedi par téléphone. Je suis certain de l'innocence de ma mère, je n'ai aucun doute à ce sujet. Elle est victime d'une machination et nous nous battrons pour le démontrer.»

La thèse de plusieurs auteurs n'est pas exclue

De nombreuses questions demeurent malgré tout en suspens. A commencer par le scénario du crime. La nuit fatidique, Nadine Turquin fêtait son anniversaire avec trois amies dans un bar créole. «Elle a peut-être agi avant de partir à cette soirée ?» s'interroge une source proche du dossier. «Madame Turquin ne nous dit pas tout», a indiqué le procureur de la République de Pointe-à-Pitre, n'excluant pas «la thèse de plusieurs auteurs». Un témoignage faisant état de bruit dans la villa vers 22 heures, alors que son épouse affirme avoir découvert le corps de son mari à 0 h 30, devra être clarifié. Un ADN masculin inconnu a aussi été découvert sur un couteau dans la maison.

Mais l'enquête devra surtout explorer les ressorts de la singulière histoire qui liait le couple. Nadine Turquin avait fait la connaissance de son futur mari en découvrant son visage éploré dans un magazine en 1997. Le vétérinaire niçois venait d'être condamné à vingt ans de prison pour avoir tué et fait disparaître son fils de 7 ans en 1991. Après lui avoir rendu visite «touchée par son désespoir», elle avait fini par l'épouser et s'installer avec lui à sa sortie en 2006.

Quelques jours après la mort de son époux, Nadine Turquin avait accepté de nous rencontrer, allant jusqu'à rejouer la scène de la découverte du corps dans la chambre nuptiale. Les traits tirés, elle avait insisté sur le caractère «secret» et «autoritaire» de son mari, se présentant volontiers comme «soumise». Le couple était d'ailleurs sur le point de divorcer. Quand nous lui avions indiqué qu'elle faisait nécessairement partie des suspects potentiels, Nadine Turquin avait affirmé qu'elle n'avait «aucun mobile» pour s'en prendre à son époux. «Si mon mari avait eu une urgence, je ne serais pas sortie ce soir-là», ajoutait-elle.

«Ma mère avait été très marquée par le meurtre, assure son fils. La relation n'avait pas évolué comme elle le souhaitait mais c'est l'homme qu'elle avait aimé pendant vingt ans. Et même si Jean-Louis Turquin avait un caractère spécial, j'avais respecté son choix.» Des experts vont se pencher sur la personnalité complexe de Nadine Turquin.

Charles-Edouard Turquin a disparu e 21 mars 1991, à l’âge de 7 ans. Son corps n’a jamais été retrouvé. Son père a été condamné à vingt ans de prison en 1997

Charles-Edouard Turquin a disparu e 21 mars 1991, à l’âge de 7 ans. Son corps n’a jamais été retrouvé. Son père a été condamné à vingt ans de prison en 1997

Les dates clés

  • 21 mars 1991. A son réveil, Jean-Louis Turquin, vétérinaire niçois, constate que son fils, Charles-Edouard, 7 ans, a disparu de son lit. Il avertit la police.
  • 13 mai 1991. Son ex-épouse enregistre à son insu des aveux. Jean-Louis Turquin confie à Michèle Balanger qu'il a tué leur fils. Il est inculpé pour assassinat.
  • 21 mars 1997. Six ans après la disparition de son fils, Jean-Louis Turquin, qui nie les faits, est condamné pour assassinat à vingt ans de réclusion criminelle par la cour d'assises des Alpes-Maritimes.
  • 18 juillet 2006. Après dix ans de détention, Jean-Louis Turquin obtient une mise en liberté conditionnelle pour « conduite irréprochable ».
  • 2012. Jean-Louis Turquin s'installe définitivement à Saint-Martin (Antilles) avec sa femme, Nadine, qui l'avait rencontré en prison.
  • 7 janvier 2017. Le vétérinaire de 67 ans est retrouvé tué par balle chez lui à Saint-Martin.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article