Mella Urania

Publié le par Mémoires de Guerre

Urania Mella Serrano (Vigo, 1900 - Lugo, 1945) était une femme politique espagnole précurseure de l'associationnisme féminin. Fille du penseur anarchiste Ricardo Mella et Esperanza Serrano (fille de Juan Serrano Oteiza, anarchiste connu à Madrid et fondateur de la Revista Social), elle a été présidente de la section viguesa de Asociación de Mujeres Antifascistas et membre du Secours rouge international.

Mella Urania
Mella Urania
Mella Urania

Femme très instruite et socialement engagée, elle était professeure de piano et elle a étudié les Beaux-Arts dans l'École des Arts et Métiers de Vigo. Pendant le coup de 1936, avec son mari Humberto Solleiro Rivera, elle a tenté de défendre le quartier et plus tard fuir vers Redondela, où ils ont été arrêtés. Elle a été condamnée à mort par un Conseil de Guerre, peine commuée plus tard en 30 ans de prison, mais pas celle de son mari qui a été abattu. Devenue veuve et laissant à Vigo quatre enfants, elle a été emprisonnée dans le pénitencier de Santurrarán, dans la province du Guipuscoa, pendant neuf ans.

Le conseil municipal de Vigo a décidé lors du plénum du 31 décembre 2008 de consacrer une rue de la ville à son nom, tandis que le Ministère de l'Équipement espagnol a donné son nom à un navire antipollution de Salvamento marítimo qui a été lancé en octobre 2008. Ce dernier acte a fait l'objet d'une controverse, les parents d'Urania Mella n'ayant pas été invités. Au Festival de Saint-Sébastien de 2010 a été présenté le documentaire de Txaber Larreategi et Josu Martínez, Prohibido Recordar, consécré aux conditions de vie des femmes incarcérées à la prison de Santurrarán, par les filles d'Urania Mella, Conchita et Alicia.

Le 15 décembre 2010, et en conformité avec la loi 52/2007 du 26 décembre dans laquelle la démocratie espagnole rend honneurs à ceux qui ont souffert de la persécution injuste pendant la dictature, le ministre Francisco Caamaño Domínguez publie la Déclaration de la réparation et la reconnaissance en son nom, sous les ordres visés au paragraphe 1, l'article 4 de la Loi.

Commenter cet article