Manuel Noriega : de la dictature à la case prison

Publié le par euronews

Manuel Noriega : de la dictature à la case prison
Manuel Noriega : de la dictature à la case prison

Ex-dictateur, ex-agent de la CIA, longtemps incarcéré pour trafic de cocaïne, blanchiment d’argent et pour la disparition d’opposants politiques… Manuel Antonio Noriega fut tout cela à la fois.

Né en 1934 au Panamá, il grandit dans un quartier défavorisé de la capitale, puis s’engage dans l’armée. En 1968, il participe au coup d’Etat militaire et devient le bras droit du général Omar Torrijos, qui décédera en 1981 dans un accident d’avion. Noriega lui succédera.

Durant cette ascension, l’homme, alors à la tête du service de renseignement, travaille étroitement avec la CIA. Mais en 1987, il est lâché par les Américains qui l’accusent d’avoir transformé le Panama en plaque tournante de la drogue. Il rétorque aussitôt : “Je dis aux Americains d’arrêter de me menacer, car je ne crains pas la mort.”

En 1989, Noriega annule les résultats d’une élection présidentielle, remportée par l’opposition. Les manifestants sont durement réprimés. Noriega est alors nommé président par le Parlement et déclare aussitôt “l‘état de guerre” envers les États-Unis.

La riposte de George Bush est foudroyante :

“Les menaces et attaques du général Noriega ont mis en danger les 35.000 citoyens américains vivant au Panama. C’est pourquoi j’ai demandé à nos forces armées de les protéger et de conduire le général Noriega devant la justice aux Etats-Unis.”

Le 20 décembre 1989, 27.000 soldats americains envahissent le Panama lors de l’opération “Juste cause”. Ils fouillent maison par maison pour capturer le général Noriega. Ce dernier se rendra deux semaines plus tard puis sera ramené aux Etats-Unis pour y être jugé.

Manuel Noriega est condamné à 40 ans de prison par un tribunal de Miami pour trafic de drogue, blanchiment et crime organisé. Il nie les accusations et se présente comme un opposant a l’impérialisme américain de la Guerre froide.

Il passera 20 années derrière les barreaux aux Etats-Unis, avant d‘être extradé vers la France en 2010, où il avait été condamné par contumace en 1999 a sept ans de prison pour blanchiment d’argent.

En décembre 2011, à 77 ans, Manuel Noriega est encore extradé cette fois vers son pays, le Panama, ou il sera condamné a trois peines de 20 ans de réclusion chacune pour la disparition de trois opposants politiques sous son régime. Des faits qu’il a toujours niés.

Commenter cet article