La Mal-Coiffée accueille une pièce mettant en scène la vie de six déportées, la semaine prochaine

Publié le par Stéphanie Ména

La Mal-Coiffée accueille une pièce mettant en scène la vie de six déportées, la semaine prochaine

La Mal-Coiffée accueille une pièce de théâtre mettant en scène la vie de six déportées, la semaine prochaine. Un spectacle qui procure une émotion forte et ressuscite une réalité historique.

La Mal-Coiffée accueille une pièce mettant en scène la vie de six déportées, la semaine prochaine

La compagnie Procédé Zèbre, basée à Vichy, et sans doute parce qu'elle est basée à Vichy, fait de l'histoire locale une matière théâtrale. Elle a créé le festival Water is memory dont la quatrième édition s'étend cette année à Moulins, avec un spectacle inédit à la Mal-Coiffée, lundi, mardi et mercredi prochains.

« L'émotion rend compréhensible l'histoire »

« L'idée est de mettre en scène notre histoire, de la transmettre par le biais de l'art. L'émotion permet de rendre compréhensible l'histoire », fait valoir le directeur artistique de Procédé Zèbre, Fabrice Dubusset.

Le spectacle promènera sept groupes de 18 spectateurs à travers sept endroits de l'ancien château des ducs de Bourbon. Chaque pièce sera le cadre d'un récit de vie. Les sept comédiennes donneront des monologues d'environ sept minutes.

Deux juives, quatre Résistantes et une narratrice sont les personnages de cette pièce de théâtre créée après un gros travail documentaire, et intitulée Dossier Treize (*) .

Six portraits de femmes déportées

Ce spectacle historique n'est pas romanesque. Il s'agit de femmes ayant réellement existé.

Hélène Fenster est née en Pologne en 1922 et pensait avoir trouvé refuge en France, à Vichy… Lilly Rose Wahl est elle aussi une juive expatriée, réfugiée à Vichy. Mais contrairement à Hélène, elle n'a pas survécu au camp de concentration. Après son décès, son fils Silvio, 8 ans, a réussi à survivre.

Juliette Boudeville, née dans l'Yonne, s'était installée à Vichy comme artiste peintre. Elle a été arrêtée avec son mari et son frère, tous trois participant à la Résistance. Elle est décédée à Auschwitz.

Marguerite Gélis, originaire de la Manche, était devenue journaliste à Vichy pour un journal suisse Elle et son mari étaient résistants et furent arrêtés par la Gestapo. Elle a été déportée à Ravensbrück.

La bretonne Francine Pfister s'est quant à elle installée à Vichy après son mariage avec un militaire devenu chef de l'Organisation de Résistance de l'armée (ORA), pour laquelle Marie est agent de liaison. Elle a été aussi déportée à Ravensbrück.

Enfin, la bourbonnaise Hélène Le Cadre était communiste. Elle a été arrêtée pour distribution de tracts. Après avoir cherché à s'échapper de la prison de Riom, elle a été déportée à Ravensbrück.

C'est un parcours très fort que suivra le public à la Mal-Coiffée. La lumière tamisée participera à l'ambiance très spéciale. Et dans les couloirs résonnera, entre les saynètes, de la musique contemporaine, une partition de piano du groupe Vialka. La boucle mélodique se répétera à chaque fois tronquée d'une note. Une métaphore des changements que l'Homme est capable d'accepter malgré lui quand ils se font imperceptibles, mais qui dessinent petit à petit une profonde mutation.

(*) À l'origine, cette pièce créée il y a quatre ans mettait en scène la vie de treize déportés bourbonnais. Seuls les textes concernant les six femmes ont été retenus pour ce spectacle à Moulins.

Dossier Treize à la Mal-Coiffée, lundi 22, mardi 23 et mercredi 24 mai, à 20 h 30.

Plein tarif 15€, tarif réduit 10€. Durée 1h15.

Points de vente : théâtre (les mercredis de 9h à 12h et de 14h à 17h) et office de tourisme (lundi de 13h30 à 18h, du mardi au samedi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h).

Publié dans Articles de Presse

Commenter cet article