Du nazisme à la Résistance, l'expo qui révèle tout

Publié le par Ouest France

Du nazisme à la Résistance, l'expo qui révèle tout

Vingt panneaux chargés d'histoire retracent le dur passé de la guerre de 1939-1945. L'exposition a déjà circulé dans plusieurs collèges et lycées de Loire-Atlantique.

Jean-Marie L'Honen, président de l'Association des compagnons de la mémoire du temps retrouvé. - En haut : l'une des images recueillies de l'exposition, la libération du camp de Buchenwald. En bas : Pierre Pichon, Rogatien Guillemoto et Joseph Blancho, déportés natifs de Batz-sur-Mer, figures de cette exposition.
Jean-Marie L'Honen, président de l'Association des compagnons de la mémoire du temps retrouvé. - En haut : l'une des images recueillies de l'exposition, la libération du camp de Buchenwald. En bas : Pierre Pichon, Rogatien Guillemoto et Joseph Blancho, déportés natifs de Batz-sur-Mer, figures de cette exposition.

Jean-Marie L'Honen, président de l'Association des compagnons de la mémoire du temps retrouvé. - En haut : l'une des images recueillies de l'exposition, la libération du camp de Buchenwald. En bas : Pierre Pichon, Rogatien Guillemoto et Joseph Blancho, déportés natifs de Batz-sur-Mer, figures de cette exposition.

Entretien

Qui est à l'origine de cette exposition ?

André Chauvel, un ancien déporté, décédé en 2011. Depuis les années 1980 jusqu'à sa mort, il n'a eu de cesse que de vouloir montrer l'horreur du régime nazi, des camps de concentration, élaborant des documents destinés aux écoles.

Cette exposition a d'ailleurs servi pour le Concours national de la Résistance qui a lieu chaque année. Elle appartient aujourd'hui à l'Office national des anciens combattants, présidée par Évelyne Pinthier.

Quels en sont les objectifs ?

Elle se veut très pédagogique pour avoir déjà circulé dans de nombreux collèges et lycées de ce département.

Avez-vous connaissance de manuscrits et propos tenus par André Chauvel ?

Oui, il disait entre autres : faire ce genre de témoignage, aujourd'hui, n'est pas une attaque de l'amitié franco-allemande. Le but de cette exposition n'est évidemment pas de nuire au rapprochement entre les peuples, et plus particulièrement entre ceux de l'Allemagne et de La France. Il n'est pas non plus, de faire l'historique de la Résistance dans l'ouest du pays.

Elle se propose de mettre en garde les peuples libres contre toutes les idéologies totalitaires, génératrices de restrictions des libertés et de répression. N'oublions jamais que la liberté se mérite et qu'elle est le fruit d'un combat continu.

Que comporte cette exposition ?

Il y a vingt panneaux, beaucoup plus portés sur l'aspect historique que militaire. Vingt thèmes allant de la montée du nazisme à la propagande hitlérienne, en passant par Pétain, de l'Armistice à la collaboration, la Résistance française, l'antisémitisme en France, ou bien encore la Gestapo Nantes-Angers, le travail et la déshumanisation.

Est également évoquée la vie de trois déportés, natifs de Batz-sur-Mer : Rogatien Guillemoto, Joseph Blancho et Pierre Pichon.

Et le petit plus ?

Nous espérons obtenir quatre panneaux appartenant à la première armée française, la Fondation du Maréchal de Lattre de Tassigny.

Nous devrions notamment avoir un tableau sur cette fameuse politique de l'Amalgame, la Résistance rencontrant alors les troupes françaises qui ont débarqué en Provence).

Jusqu'au mardi 23 mai, de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h (de 10 h à 18 h, ce week-end), à la salle des fêtes, place du Mûrier. Entrée libre.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article