Crécy-la-Chapelle - 8-Mai : "Ils sont morts pour la France"

Publié le par David Leduc

Crécy-la-Chapelle - 8-Mai : "Ils sont morts pour la France"

Alors que l'Armistice s'apprête à être célébré, Paul Vignier, de Mémoire Visuelle, évoque le témoignage d'un Seine-et-Marnais de Lesches qui a combattu en 39-45.

 

Henry Muller, 95 ans, témoigne de ce qu'il a vécu durant la Deuxième Guerre mondiale. -

Henry Muller, 95 ans, témoigne de ce qu'il a vécu durant la Deuxième Guerre mondiale. -

« En ce jour anniveraire de la fin du conflit 1939-1945, notre devoir de mémoire ne peut oublier ceux qui sont morts en défendant leur patrie, la France ». Ces mots sont ceux de Henry Muller, un habitant de Leschers de 95 ans. Ce Seine-et-Marnais participera à la commémoration de l’Armistice dans sa commune le 8 mai prochain et témoigne régulièrement de son vécu auprès des jeunes générations. Il l’a notamment faut en 2010, à Guérard. Paul Vignier, le Créçois gérant de Mémoire Visuelle, l’a rencontré à plusieurs reprises. « Cela fait 12 ans maintenant que nous avons rencontré Henry Muller. Nous avons mis en page et imprimé pour lui des récits qui racontent des périodes de sa vie, tant professionnelles que ses activités en tant qu’ancien résistant de 1939-1945 », se souvient-il.

« Un rôle important »

Henry Muller se souvient : « Le nord de notre département a joué un rôle important dans la lutte contre l’occupant et fin août 1944 les FFI (forces françaises de l’intérieur, NDLR) et autres Résistants voulaient reprendre les armes pour finir de nous délivrer ». L’ancien combattant ajoute : « Le général de Gaulle a permis à plus de 300 Seine-et-Marnais de s’engager dans les régiments destinés à réformer la 10e DI du général Billote. En février 1945, la 10e DI est désignée pour aller combattre les Allemands réfugiés à la Rochelle et ses environs. Le 29 avril 1945, le 46e RI est relevé par le 14e bataillon de tirailleurs sénégalais et doit quitter le front de La Rochelle. Avant de quitter ses positions le 3e bataillon du 46e RI s’assure que l’inhumation provisoire de ses tués est correcte ».

« Rendons hommage »

Le Seine-et-Marnais conclut : « Rendons un hommage particulier aux 9 jeunes Seine-et-Marnais de 21 ans, qui se sont battus avec courage pour la liberté, pour la leur et pour celle de leurs concitoyens, vos parents, vos grands parents, j’étais avec eux, ils étaient mes amis. Ils sont morts pour la France lors de ces combats ».

Henry Muller a fait réalisé il y a plusieurs années un monument, à La Rochelle, à la mémoire des combattants : « Nous l’avons accompagné au pied du monument en mémoire des combats pour la reddition des derniers Allemands réfugiés dans le port de la Rochelle », se souvient Paul Vignier. Un témoignage et une volonté de devoir de mémoire qui ne faiblissent pas année après année pour le Seine-et-Marnais.

Publié dans Articles de Presse

Commenter cet article