Côtes-d'Armor : mystérieux décès à la ferme abandonnée

Publié le par Nora Moreau à Brest (Finistère)

Côtes-d'Armor : mystérieux décès à la ferme abandonnée

Le corps de Claire Bouchaud, Bretonne de 35 ans, disparue le 22 avril, a été retrouvé à 15 km de son domicile. Sans doute un homicide.

Le Clos-d’en-Bas (Côtes-d’Armor), lundi. Un promeneur a découvert le corps d’une femme à demi dénudée dans un talus. Il a été identifié comme étant celui de Claire Bouchaud.DR, PHOTOPQR/ « Ouest France »/David Ademas

Le Clos-d’en-Bas (Côtes-d’Armor), lundi. Un promeneur a découvert le corps d’une femme à demi dénudée dans un talus. Il a été identifié comme étant celui de Claire Bouchaud.DR, PHOTOPQR/ « Ouest France »/David Ademas

«Nous ne nous faisons plus trop d'illusions à cette heure, mais nous avons besoin d'une réponse des autorités. Nous sommes tous dans l'angoisse...» Mardi soir, quelques instants avant que le corps de Claire Bouchaud, jeune Bretonne de 35 ans, soit formellement identifié, son compagnon se rongeait les sangs.

Tout comme sa famille, ses parents, ses sœurs, ses cousines, et tous ses amis qui faisaient circuler des avis de recherche après la disparition brutale et inexpliquée de Claire, le 22 avril à Saint-Péver (Côtes-d'Armor). Dimanche, au lieu-dit le Clos-d'en-Bas, derrière un talus, à deux pas d'un corps de ferme abandonné à Cohiniac dans le même département, le corps «abîmé» d'une femme à demi dénudée a été retrouvé par un promeneur et son chien.

Un homicide, vraisemblablement. Du côté des enquêteurs, avant même que soient réalisés autopsie et prélèvements ADN, le nom de Claire résonnait déjà dans les esprits.

Montée dans une voiture de gré ou de force ?

Le samedi 22 avril, cette secrétaire médicale, qui travaillait à l'hôpital de Saint-Brieuc, s'était littéralement volatilisée. Selon un témoin, elle aurait été vue vers 10 heures quittant le domicile familial. Plus tard dans la journée, Claire devait faire escale à Rennes (Ille-et-Vilaine), où elle devait récupérer son fils âgé de bientôt 5 ans, parti passer quelques jours de vacances chez sa grand-mère, à Nantes. C'est donc la grand-mère qui, voyant qu'elle n'arrivait pas, aurait prévenu son compagnon, qui aurait lui-même alerté les autorités. Il leur aurait confié que la disparue comptait également se rendre dans un vide-greniers, à La Roche-Derrien, à environ 40 km de chez eux. Mais voilà, le portable de Claire s'était alors définitivement éteint. Impossible de la joindre ou de la localiser.

Plus étonnant, les gendarmes ont constaté que sa voiture est restée dans son garage. La question se pose. Serait-elle montée dans une voiture, de gré ou de force ?

Sur les réseaux sociaux, dans la presse, la famille et les amis de Claire, paniqués, ont placardé autant d'avis de recherche que possible. De grandes battues ont rassemblé les efforts de centaines de personnes dans toutes les zones boisées situées en bordure de Saint-Péver. Plus de 200 ha de terrains passés au peigne fin. Depuis la découverte macabre, les enquêteurs de la section de recherches de Rennes poursuivent leurs investigations, qui s'orientent vers un homicide, sur les lieux où le corps de la jeune femme a été découvert — soit à 15 km de chez elle — et où pourraient se trouver d'éventuels indices. Voire l'arme du crime.

Issue d'une famille nantaise très militante

Claire Bouchaud vient d'une famille nantaise très militante. «C'était une femme de cœur, avec du tempérament, profondément humaniste, ouverte et curieuse», racontent deux de ses vieux amis. «Elle défendait avec ferveur la culture bretonne. Quand elle vivait à Nantes, nous nous retrouvions en groupe pour aller voir des concerts, des festivals, festou-noz (pluriel de fest-noz — bal populaire nocturne breton) ou assister à des cours de langue bretonne. Elle militait pour l'écologie.»

L'une de ses deux sœurs, la conseillère régionale Emmanuelle Bouchaud, est d'ailleurs l'ex-épouse de François de Rugy, député écologiste de Loire-Atlantique et vice-président de l'Assemblée nationale depuis 2016. En 2009, Claire Bouchaud a quitté Nantes pour s'établir dans les Côtes-d'Armor, à Saint-Brieuc puis à Guingamp.

C'est là, vers 2010, qu'elle a rencontré son compagnon, aujourd'hui âgé de 30 ans et actuellement en formation. Après la naissance de leur petit garçon, ils ont fini par s'installer ensemble à Saint-Péver.

Commenter cet article