Un document signé par Wallenberg vendu à plus de 13 000 $ aux enchères

Publié le par The Times of Israël

Un document signé par Wallenberg vendu à plus de 13 000 $ aux enchères

L’attestation de 1944 a permis à une Juive hongroise de ne pas porter l’étoile jaune et l’a protégée d’une mort certaine

Raoul Wallenberg, envoyé de la Suède en Hongrie occupée par l'Allemagne nazie. (Crédit : WikiCommons)

Raoul Wallenberg, envoyé de la Suède en Hongrie occupée par l'Allemagne nazie. (Crédit : WikiCommons)

LOS ANGELES – Un document signé par le diplomate suédois Raoul Wallenberg, qui a permis de sauver une femme juive des nazis, a été vendu aux enchères à plus de 13 000 dollars.

Le 22 septembre 1944, une attestation signée par Wallenberg à Budapest, alors sous occupation nazie, a sauvé la vie de Zsigmondne Simko, une Juive hongroise, en déclarant qu’elle était sous la protection du gouvernement suédois.

Le document a été acheté jeudi pour 13 310 dollars (environ 48 300 shekels) à la maison d’enchère Nate D. Sanders de Los Angeles. Conformément à la politique de la maison, Sanders n’a pas dévoilé les identités de l’acheteur et du vendeur du document.

Les enchères pour le certificat « de protection » ou passeport, qui exemptait son porteur du travail forcé ou de porter l’étoile juive jaune, ont commencé à 8 000 dollars (environ 29 000 shekels) et attiré trois autres personnes intéressées en plus de l’acheteur.

Wallenberg, héritier d’une famille suédoise aristocratique luthérienne, avait été envoyé à Budapest en juillet 1944 par le Conseil des réfugiés de guerre américain et le gouvernement suédois, qui avait nommé Wallenberg premier secrétaire de son ambassade dans la capitale hongroise.

Statue en souvenir de Raoul Wallenberg, qui a sauvé des dizaines de milliers de juifs hongrois pendant l’Holocauste, à Budapest. (Crédit : CCBY pandrcutts/Flickr)

Statue en souvenir de Raoul Wallenberg, qui a sauvé des dizaines de milliers de juifs hongrois pendant l’Holocauste, à Budapest. (Crédit : CCBY pandrcutts/Flickr)

Sans aucune expérience précédente, Wallenberg, 32 ans, avait mis en place un réseau d’hôpitaux, de crèches et de 30 « maisons sûres », et délivré de nombreux passeports et papiers « de protection » pour sauver environ 15 000 Juifs d’une mort presque certaine.

Quand les armées russes ont forcé les troupes allemandes à abandonner Budapest en février 1945, les nouveaux occupants ont arrêté Wallenberg, suspecté d’espionnage, et il serait mort dans une prison soviétique vers 1947.

Yad Vashem, le mémorial de la Shoah israélien, reconnaît officiellement Wallenberg comme « Juste parmi les Nations » depuis 1963.

Publié dans Articles de Presse

Commenter cet article