Les dessous de la «méga bombe» américaine larguée en Afghanistan

Publié le par Libération

Les dessous de la «méga bombe» américaine larguée en Afghanistan

Les Etats-Unis ont largué jeudi contre le groupe Etat islamique en Afghanistan la plus puissante bombe non-nucléaire qu'ils aient jamais employée, surnommée la «mère de toutes les bombes». Explications.

Photo fournie par le Département de la Défense américain le 11 mars 2003 d'une bombe MOAB préparée pour un test à base aérienne militaire d'Eglin, en Floride

Photo fournie par le Département de la Défense américain le 11 mars 2003 d'une bombe MOAB préparée pour un test à base aérienne militaire d'Eglin, en Floride

Les Etats-Unis ont largué jeudi contre le groupe Etat islamique en Afghanistan la plus puissante bombe non-nucléaire qu’ils aient jamais employée. Cette bombe GBU-43/B, connue sous l’acronyme MOAB (Massive Ordnance Air Blast), ou bombe à effet de souffle massif, est surnommée la «mère de toutes les bombes» (soit «mother of all bombs» en anglais, donc MOAB itou). C’est la première fois que cet engin développé aux débuts de la guerre en Irak a été utilisé au combat. 

La frappe avec la bombe GBU-43, représentant environ onze tonnes de TNT, a visé vers 14h30 GMT une «série de grottes» dans la province de Nangarhar, dans l'est de l’Afghanistan, où un soldat américain a été tué dans une opération contre les jihadistes le week-end dernier. 

Quelle est la puissance de la MOAB ?

Cet engin de 9,8 tonnes est la plus puissante bombe non-nucléaire de l’arsenal américain, qualifiée par le site internet spécialisé dans la défense GlobalSecurity.org de bombe «énorme, puissante, et larguée avec précision».  C’est un engin contenant 8,48 tonnes d’explosif H6, détaille le site, soit une puissance explosive comparable à 11 tonnes de TNT. 

Longue de neuf mètres, et faisant un mètre de diamètre, selon GlobalSecurity.org, c’est la plus grossse arme guidée par satellite et larguée par avion jamais conçue. Popular Mechanics souligne qu’elle pèse aussi lourd qu’un avion de combat F-16.

Guidée par GPS, elle est larguée par la rampe arrière d’un avion de transport type C-130. Elle est équipée d’un parachute pour ralentir sa descente, afin de pouvoir être larguée d’une hauteur importante laissant aux pilotes le temps de se mettre à l’abri. Conçue pour exploser juste avant de heurter le sol, elle a une fine coque en aluminium afin que l’onde de choc, qui peut atteindre 150 mètres selon le magazine américain Wired.com, soit la plus large possible.

Hans Kristensen, expert de la Fédération des scientifiques américains spécialisés dans la surveillance de l’arsenal militaire américain, estime que la MOAB a une puissance égale à environ 1/30ème de celle de la plus petite bombe nucléaire américaine actuelle, la B61-12.

Qui l’a fabriquée ?

Elle a été développée en 2002-2003 par la compagnie de défense américaine Dynetics, basée dans l’Alabama, en partenariat avec le laboratoire de recherche de l’armée de l’air américaine (AFRL), selon le site de la compagnie. Elle a été testée pour la première fois en 2003 dans les confins de la Eglin Air Force Base, l’une des plus grandes bases de l’United States Air Force située dans le nord de la Floride.

Elle a été produite en quelques mois dans la perspective d’être utilisée dans les premiers temps de la guerre en Irak. Selon l’US Air Force, le dernier test de la bombe GBU-43 avait provoqué un panache de poussière et de fumées visible à plus de 32 kilomètres.

Pourquoi a-t-elle été utilisée là ?

L’armée de l’air américaine a indiqué que la cible était un complexe de tunnels sous-terrains et de grottes dans le district d’Achin dans la province de Nangarhar, un fief de l’organisation jihadiste EI à la frontière avec le Pakistan.  Les Etats-unis estiment que la zone est si isolée qu’aucun civil ne s’y trouvait. C’est une zone montagneuse, inaccessible pour les forces afghanes, au nord des grottes de Tora Bora où le chef d’Al-Qaïda Oussama ben Laden s’était réfugié pour échapper aux Américains au début des années 2000.

Le général John Nicholson, commandant les forces américaines en Afghanistan, a estimé que cette bombe était «la bonne munition» pour venir à bout des bunkers et tunnels de plus en plus utilisés par les jihadistes. Pour Wired.com, une bombe à effet de souffle comme la MOAB présente un avantage dans ce type de terrain: «son onde de choc peut se faufiler dans les dédales jusqu’aux derniers recoins des grottes.»

«C’est la plus forte explosion que j’ai jamais vue. L’endroit a été envahi par des flammes très hautes», a déclaré à l’AFP Esmail Shinwari, gouverneur du district d’Achin où la munition a été larguée. De son côté, Shahhussain Murtazawi, un porte-parole de la présidence afghane, a estimé sur Facebook que «de lourdes pertes ont été infligées à l’ennemi».

Qui l’a fabriquée ?

Elle a été développée en 2002-2003 par la compagnie de défense américaine Dynetics, basée dans l’Alabama, en partenariat avec le laboratoire de recherche de l’armée de l’air américaine (AFRL), selon le site de la compagnie. Elle a été testée pour la première fois en 2003 dans les confins de la Eglin Air Force Base, l’une des plus grandes bases de l’United States Air Force située dans le nord de la Floride.

Elle a été produite en quelques mois dans la perspective d’être utilisée dans les premiers temps de la guerre en Irak. Selon l’US Air Force, le dernier test de la bombe GBU-43 avait provoqué un panache de poussière et de fumées visible à plus de 32 kilomètres.

Pourquoi a-t-elle été utilisée là ?

L’armée de l’air américaine a indiqué que la cible était un complexe de tunnels sous-terrains et de grottes dans le district d’Achin dans la province de Nangarhar, un fief de l’organisation jihadiste EI à la frontière avec le Pakistan.  Les Etats-unis estiment que la zone est si isolée qu’aucun civil ne s’y trouvait. C’est une zone montagneuse, inaccessible pour les forces afghanes, au nord des grottes de Tora Bora où le chef d’Al-Qaïda Oussama ben Laden s’était réfugié pour échapper aux Américains au début des années 2000.

Le général John Nicholson, commandant les forces américaines en Afghanistan, a estimé que cette bombe était «la bonne munition» pour venir à bout des bunkers et tunnels de plus en plus utilisés par les jihadistes. Pour Wired.com, une bombe à effet de souffle comme la MOAB présente un avantage dans ce type de terrain: «son onde de choc peut se faufiler dans les dédales jusqu’aux derniers recoins des grottes.»

«C’est la plus forte explosion que j’ai jamais vue. L’endroit a été envahi par des flammes très hautes», a déclaré à l’AFP Esmail Shinwari, gouverneur du district d’Achin où la munition a été larguée. De son côté, Shahhussain Murtazawi, un porte-parole de la présidence afghane, a estimé sur Facebook que «de lourdes pertes ont été infligées à l’ennemi».

Publié dans Articles de Presse

Commenter cet article