Dordogne : la disparition de la “comtesse” cachait un meurtre

Publié le par Maxime

Dordogne : la disparition de la “comtesse” cachait un meurtre

Originaire de Budapest, la retraitée avait disparu en février 2016.

Dordogne : la disparition de la “comtesse” cachait un meurtre

En février 2016, Ildiko Peers de Nieuwburgh, une Hongroise de 76 ans, avait disparu dans des circonstances inquiétantes à Mauzac-et-Grand-Castang (Dordogne). Elle s’était alors évaporée sans laisser de trace. Sa maison était fermée à clé. Sa voiture, une Peugeot 206 grise, était restée stationnée dans la rue.

C’est grâce à sa femme de ménage, inquiète de ne plus voir celle qu’on surnommait “la comtesse“, que les forces de l’ordre avait ouvert une enquête. La gendarmerie de la Dordogne, qui disposait de peu d’éléments à l’époque, avait même lancé un appel à témoins, en diffusant la photo de la disparue aux jolis yeux verts, bien connue dans la région pour faire honneur aux tables des restaurants étoilés…

Un an plus tard, le mystère qui entourait cette affaire a été levé. Les prélèvements effectués au domicile d’Ildiko ont fini par “parler“.

Jeudi dernier, les gendarmes ont procédé à l’interpellation d’un suspect de 39 ans, un ancien employé de l’aristocrate. Interrogé, ce dernier est rapidement passé aux aveux et a indiqué avoir tué la vieille dame. Selon ses propos, c’est une dispute ayant “dégénéré” qui aurait entraîné la mort de la Hongroise.

Sur ses indications, les gendarmes ont par ailleurs retrouvé le corps de la disparue dans la nuit de jeudi à vendredi. La pauvre femme était enterrée dans une bâche dans une foret du Périgord.

Une chose est sûre, la patience et la détermination des enquêteurs aura fini par payer.

Commenter cet article