Affaire Troadec : "Pendant son interrogatoire, Hubert Caouissin a éclaté plusieurs fois en sanglots"

Publié le par Aurélie Sarrot

FAIT DIVERS - Pour la première fois depuis sa mise en examen le 6 mars 2017 pour "assassinats" et "atteinte à l'intégralité d'un cadavre", Hubert Caouissin, assassin présumé de la famille Troadec, a été interrogé jeudi par les juges d'instruction chargés du dossier. Selon l'un de ses avocats, Me Thierry Fillion, joint par LCI, le quadragénaire incarcéré depuis un mois a livré de nombreux détails sur la nuit du 16 au 17 février à Orvault mais a également éclaté en sanglots à plusieurs reprises au cours de ses déclarations. 

Affaire Troadec : "Pendant son interrogatoire, Hubert Caouissin a éclaté plusieurs fois en sanglots"

Sur le fond, sa version n'a pas changé. Oui c'est bien lui qui a tué Pascal (49 ans), Brigitte (49 ans), Sébastien (21 ans) et Charlotte (18 ans) dans la nuit du 16 au 17 février 2017 à Orvault (Loire-Atlantique) mais non, son acte n'était pas prémédité. 

Pendant plus de six heures jeudi, Hubert Caouissin, assassin présumé de la famille Troadec, a été entendu par les juges d'instruction. "Les magistrats ont décidé de procéder par thèmes. Pour ce premier interrogatoire depuis la mise en examen de monsieur Caouissin, que je défends aux côtés de Patrick Larvor, il était exclusivement question de la nuit d'Orvault, sur le plan factuel. Le reste n'a pas été abordé. Pendant 5 heures, il a raconté le déroulé de la nuit, puis il a été interrogé pendant une heure environ", indique Me Thierry Fillion, avocat du suspect, joint par LCI.  

Hubert Caouissin, beau-frère de Pascal et Brigitte Troadec et oncle de leurs deux enfants, a ainsi répété qu'il s'était rendu à Orvault le 16 au soir avec un stéthoscope pour écouter aux portes, puis qu'il était entré dans le pavillon pour chercher "une clé ou des documents." Surpris par le bruit, Pascal Troadec, déjà couché, serait alors descendu avec un pied-de-biche. Une bagarre aurait ensuite éclaté entre les deux hommes, le pied-de-biche serait tombé au sol. Hubert Caouissin aurait saisi l'outil puis frappé successivement le père de famille, sa femme et leurs deux enfants avant de nettoyer les lieux et de quitter le pavillon. "Selon sa version, il fallait qu'il s'en sorte. Une fois qu'il avait commencé, il ne pouvait plus s'arrêter", précise Me Fillion.

Commenter cet article