Un homme accusé d'avoir agressé une fillette en payant sa mère

Publié le par Karine Bastien

Un homme accusé d'avoir agressé une fillette en payant sa mère

Un Montréalais de 61 ans est accusé d'avoir agressé sexuellement une fillette pendant trois ans, alors qu'elle avait de 6 à 9 ans, en échange d'argent versé à sa mère. Ces actes se seraient déroulés de mai 2013 à mars 2017.

Phote de Marc Clermont fournie par le Service de police d' l'aglomération de Longueuil. Photo : SPAL

Phote de Marc Clermont fournie par le Service de police d' l'aglomération de Longueuil. Photo : SPAL

C'est la mère elle-même qui s'est présentée au poste de police, le 6 mars dernier, pour raconter cette sordide histoire. La femme de 39 ans avait fait la connaissance de Marc Clermont par l'intermédiaire d'un site de rencontre. Selon la police, elle aurait offert sa fille à Clermont, en échange d'une somme d'argent. 

Marc Clermont a été arrêté vendredi dernier. Il a comparu lundi au palais de justice de Longueuil et fait face à 14 accusations, dont :

  • obtention de services sexuels d'une personne de moins de 18 ans moyennant rétribution;
  • agression sexuelle;
  • agression sexuelle d'une personne de moins de 16 ans avec la participation d'une autre personne;
  • contacts sexuels et incitation à des contacts sexuels sur un enfant de moins de 16 ans;
  • rendre accessible du matériel sexuellement explicite à une personne âgée de moins de 18 ans;
  • possession de pornographie juvénile;
  • possession de cannabis.

L'accusé demeure détenu jusqu'à son enquête sur remise en liberté. 

La mère de l'enfant a également été arrêtée pour avoir incité sa fille à commettre des actes sexuels. Elle doit demeurer détenue au moins jusqu'en avril.

La fillette a été confiée à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ), a confirmé le porte-parole du Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL), Jean-Pierre Voutsinos.

Le SPAL demande l'aide du public afin de retrouver d'autres victimes potentielles de l'accusé, qui a des antécédents en matière de crimes sexuels.

Commenter cet article