Un dessin spolié par les nazis rendu par le Louvre à la famille de son propriétaire

Publié le par BFM TV.jpg

Un dessin spolié par les nazis rendu par le Louvre à la famille de son propriétaire

La ministre de la Culture, Audrey Azoulay, a remis ce lundi aux descendants d’un collectionneur juif un dessin de l’artiste italien Francesco Mazzuola, spolié par les nazis au cours de la Seconde guerre mondiale.

"Les Noces d'Alexandre et Roxe" attribué à Francesco Mazzuola (1503-1540) - Ministère de la Culture

"Les Noces d'Alexandre et Roxe" attribué à Francesco Mazzuola (1503-1540) - Ministère de la Culture

"Les noces d’Alexandre et Roxane", œuvre de l’un des plus grands dessinateurs italiens, Francesco Mazzuola, dit Parmigianino (1503-1540), vient de retrouver ses propriétaires, 76 ans après avoir été illégalement vendu à Drouot. Ce dessin avait été acquis par Federico Gentili Di Giuseppe, un grand collectionneur juif, qui a dû fuir l’Italie de Mussolini en 1920 pour s’installer à Paris, où il est décédé en 1940. L’année suivante, ses 79 tableaux de maître ont été vendus à Drouot, sans l’accord de ses enfants qui avaient à leur tour déserté la capitale française en raison des persécutions subies par les Juifs.  

Dans le cadre d’une procédure engagée en 1997 par les descendants de ce grand collectionneur, qui demandaient la restitution de cinq tableaux lui ayant appartenu, la justice a considéré que la vente de 1941 était "contrainte et spoliatrice", dans la mesure où elle n'aurait sans doute pas eu lieu si les deux héritiers n'avaient pas dû quitter Paris.

Le fameux dessin récupéré après la Seconde Guerre mondiale et revenu en France en 1948, avait été attribué en 1951 aux musées nationaux et remis au département des arts graphiques du musée du Louvre. Suite à d’importantes recherches et grâce à la création de la Commission d’indemnisation des victimes de spoliation fondée en 1999, les descendants de Federico Gentili Di Giuseppe ont pu être identifiés et ont ainsi retrouvé ce lundi une partie de leur héritage.

Publié dans Articles de Presse

Commenter cet article