Laborde de Monpezat Henri de

Publié le par Mémoires de Guerre

Henri de Danemark, né Henri de Laborde de Monpezat le 11 juin 1934 à Talence (Gironde), est l'époux de Margrethe II, reine de Danemark. Il a été prince consort de Danemark de 1972 à 2016.

Laborde de Monpezat Henri de
Laborde de Monpezat Henri de
Laborde de Monpezat Henri de

Il est le fils d'André de Laborde de Monpezat (1907-1998), dit « comte de Montpezat » (issu d'une famille qui malgré un nom d'apparence noble n'appartient pas à la noblesse), journaliste et planteur, et de son épouse, née Renée Doursenot (1908-2001), divorcée en 1940 de Louis Leuret (1881-1962), ancien prêtre. Il est le deuxième d'une fratrie de neuf enfants, composée de quatre garçons et de cinq filles. Il passe ses cinq premières années en Indochine, puis sa famille revient en métropole, à Cahors, de 1939 à 1950. Il est alors élève au lycée Gambetta. Puis il repart pour Hanoï où il obtient le baccalauréat en 1952. De 1952 à 1957, il étudie le droit et les sciences politiques à la Sorbonne, ainsi que le chinois et le vietnamien à l’École nationale des langues orientales vivantes.

Après avoir effectué son service militaire en Algérie de 1959 à 1962, il est nommé en 1963 secrétaire à l’ambassade de France à Londres. Le 10 juin 1967, il épouse la princesse Margrethe de Danemark, alors princesse héritière, et devient Son Altesse royale le prince Henrik de Danemark. Le couple a deux fils, le prince héritier Frederik de Danemark, né le 26 mai 1968, et le prince Joachim de Danemark, né le 7 juin 1969. Ils ont pour l’instant huit petits-enfants : le prince Frederik et la princesse Mary ont eu deux enfants, le prince Christian (2005) et la princesse Isabella (2007), puis, des jumeaux nés en 2011 : Vincent et Josephine. Leur deuxième fils, le prince Joachim, a d’une précédente union avec la princesse Alexandra, deux fils, les princes Nikolai et Felix. Puis sont nés d’une seconde union avec la princesse Marie, le prince Henrik (2009) et la princesse Athena de Danemark (2012).

Le prince Henri s’est souvent plaint publiquement du rôle ingrat de prince consort, critiquant notamment le fait d’être dans l’ombre de son épouse et du prince héritier. En 2002, la reine Margrethe, souffrante lors de la cérémonie des vœux du Nouvel An, fut remplacée par le prince héritier Frederik, au mépris de la tradition, selon laquelle c’est l’époux du souverain qui reçoit les vœux de toutes les organisations officielles. Le prince consort n’a guère caché ses regrets et ses critiques, se retirant dans ses terres en France et relevant publiquement qu’aucun roi de Danemark n’avait auparavant imposé à son conjoint de telles pratiques. La reine Margrethe et ses deux fils se sont rendus au château de Caïx pour lui présenter leurs excuses. Le 1er janvier 2016, il se retire de toute obligation officielle et « prend sa retraite » et le 15 avril, il renonce à son titre de prince consort.

Commenter cet article