Famille Troadec : un trésor au cœur du drame

Publié le par Paris Normandie

Famille Troadec : un trésor au cœur du drame

Fait divers. C’est un « trésor composé de lingots et de pièces d’or » qui serait à l’origine de l’assassinat des quatre membres de la famille Troadec, près de Nantes.

 

Les enquêteurs recherchent toujours des morceaux des corps de la famille Troadec

Les enquêteurs recherchent toujours des morceaux des corps de la famille Troadec

Un vieux conflit autour de la découverte d’un « trésor » serait à l’origine de l’assassinat des quatre membres de la famille Troadec, dont les restes continuaient à être recherchés hier dans la ferme du principal suspect dans le Finistère. « Cette affaire terrifiante trouve son origine dans un trésor composé de lingots et de pièces d’or que mon mari avait caché dans le garage de notre maison », a affirmé la mère de Pascal, le père de famille assassiné, et de Lydie Troadec, compagne du suspect, dans une interview accordée au Parisien.

Ce « trésor », dont on ne connaît pas le montant et dont l’existence n’a pas été confirmée, aurait été découvert en 2006 lorsque son mari, ex-artisan plâtrier, avait effectué des travaux chez une locataire dans un immeuble datant de 1907 dans le vieux quartier de Recouvrance, à Brest. Un or « volé peut-être », dit-elle, « à la Banque de France » lors de la Seconde Guerre mondiale, raconte-t-elle au Parisien.

Son fils Pascal aurait placé cet or à Monaco et Andorre. Lui et sa femme « voyageaient beaucoup ». « Leur situation financière a beaucoup changé au tournant de 2010 et 2011 », précise-t-elle. Interrogé hier sur ces propos, le procureur de Nantes, Pierre Sennès, n’a pas confirmé ces informations. Il avait indiqué précédemment lors d’un point de presse que le couple Troadec avait « des revenus convenables » et n’était pas endetté.

« Profonde rancœur »

Pascal Troadec, 49 ans, était salarié depuis une dizaine d’années dans une PME spécialisée dans la fabrication d’enseignes luminaires, à Orvault (Loire-Atlantique). Son épouse Brigitte, 49 ans, était employée dans un centre des impôts de Nantes. Lors de perquisitions à leur domicile à Orvault, au nord de Nantes, les enquêteurs avaient placé sous scellés l’Audi et la BMW des parents. Ils avaient également découvert une réservation d’un billet d’avion au nom du couple Troadec pour le Portugal, du 10 au 14 avril.

En garde à vue dimanche, Hubert Caouissin a expliqué qu’il était persuadé « que Pascal Troadec avait récupéré des pièces d’or dans un cadre successoral », « pièces d’or qui auraient dû être partagées avec le reste de la famille », ce qui a nourri « une profonde rancœur », avait expliqué lundi le procureur de Nantes.

Ce serait le principal mobile à l’origine du meurtre de Brigitte, Pascal et de leurs enfants Sébastien, 21 ans, et Charlotte, 18 ans.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article