Essonne : le meurtre permet de découvrir un vaste trafic de carburant

Publié le par Nicolas Goinard (avec Florian Loisy et Julien Constant)

Essonne : le meurtre permet de découvrir un vaste trafic de carburant

Lundi matin, un chauffeur et deux employés ont été interpellés sur le site de la Compagnie industrielle maritime (CIM-CCMP) à Grigny. 

Grigny, mardi après-midi. Les participants à ce trafic réussissaient à noyer les vols dans la masse des camions passant par le dépôt. LP/N.G.

Grigny, mardi après-midi. Les participants à ce trafic réussissaient à noyer les vols dans la masse des camions passant par le dépôt. LP/N.G.

Sans le meurtre de Gérard Renaud, le 25 août dernier, à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), un vaste trafic de carburant continuerait de rapporter gros à quelques professionnels bien organisés. Car c’est bien ce crime violent qui a mis les enquêteurs de la Police judiciaire de Versailles (Yvelines) sur cette piste.

En cherchant les mobiles et en fouillant dans la vie de Gérard Renaud pour étudier son entourage, les policiers ont découvert que la victime, à la retraite au moment des faits, était impliquée depuis de nombreuses années dans cette combine très lucrative. « Le trafic durait depuis plus de 10 ans et a rapporté plusieurs millions d’euros » rapporte une source proche de l’enquête.

Lundi matin, un chauffeur et deux employés ont été interpellés sur le site de la Compagnie industrielle maritime (CIM-CCMP) à Grigny. L’endroit est un dépôt de carburant où viennent se fournir les transporteurs dont faisait partie Gérard Renaud. Plusieurs centaines de camions passent par ces cuves chaque jour. Trois autres personnes, dont un chauffeur qui était en pleine livraison lundi matin et un gérant de station-service ont été cueillis par les hommes de la PJ. Au bout de plus de 6 mois d’enquête avec écoutes téléphoniques et surveillances, les policiers ont réussi à identifier les participants à ce réseau parallèle qui alimentait des stations-service en Ile-de-France.

35 000 litres d’hydrocarbures détournés par camion

Trois des six interpellés ont été présentés au juge d’instruction jeudi. Ils ont été placés sous le statut de témoin assisté pour l’assassinat et mis en examen pour vol en bande organisée et envoyés en détention provisoire. Le même sort a été réservé aux trois autres qui ont été conduits ce vendredi, à l’issue de leur garde à vue, devant le magistrat. « À ce jour, aucun lien n’est formellement établi entre ces personnes et le meurtre insiste une source judiciaire. Ce qui est sûr, c’est que tous participaient au même trafic de carburant. »

Les compteurs des deux premiers postes de chargement du site avaient été déplombés. C’est-à-dire que le plomb empêchant d’accéder aux branchements avait été enlevé. Les complices pouvaient donc couper le compteur au moment du chargement. En dérobant la cargaison d’un camion deux à trois fois par mois, les vols étaient noyés dans la masse. Chaque citerne détournée transportait à chaque fois 35 000 litres d’essence.

Il ne restait plus qu’à écouler le précieux butin sur le marché auprès de stations-service qui y voyaient aussi un intérêt en achetant les hydrocarbures à moindre coût et en le revendant aux particuliers au prix normal.

Selon nos informations, Gérard Renaud qui était retraité depuis cinq mois au moment de son décès faisait profiter ses complices de ses contacts, notamment dans les stations-service pour écouler le carburant.

La direction de la CIM-CCMP était injoignable ce vendredi pour commenter ces faits.

Commenter cet article