Emile Louis : les disparues de l’Yonne

Publié le par Fabrice Drouelle

Emile Louis : les disparues de l’Yonne

Elles s’appelaient Christine, Jacqueline, Chantal, Madeleine, Françoise, Bernadette et Martine. D’elles, il ne reste que quelques photos d’identité jaunies par le temps, les visages sont flous, les sourires cachés. Entre 1975 et 1979, ces sept jeunes femmes, âgées de 15 à 26 ans, ont disparu, dans le département de l’Yonne, sans laisser de traces. Elles étaient toutes des enfants de la DDASS, la Direction Départementales des Affaires Sociales et Sanitaires.

Emile Louis escorté par la police le 10 novembre 2004 à Rouvray lors de son procès à l'endroit où les cadavres de deux victimes -Madeleine Dejust et Jacqueline Weis- ont été découverts en 2001. © AFP / Martin Bureau

Emile Louis escorté par la police le 10 novembre 2004 à Rouvray lors de son procès à l'endroit où les cadavres de deux victimes -Madeleine Dejust et Jacqueline Weis- ont été découverts en 2001. © AFP / Martin Bureau

Pendant des années, personne ne s’en est inquiété de ces disparitions successives. Il faudra l’abnégation d’un gendarme et d’une association pour que l’affaire soit enfin prise en charge par la justice. Ce n’est que trente ans après les faits que l’enquête aboutit. Et l’on découvre que derrière ces mystérieuses disparitions se cache un homme, l’un des plus grands tueurs en série de l’histoire judiciaire française. Un individu, qui, pendant toutes ces années, est passé à travers les mailles du filet. Cet homme, c’est Emile Louis, reconnu coupable du meurtre des sept femmes en 2004.

Comment expliquer cette inertie ? Pourquoi ces disparitions n’ont-elles intéressé personne pendant si longtemps ? Certains ont parlé de complot, de réseau, de protection… En réalité, derrière ce fait divers, se dévoile une réalité encore plus sombre, celle d’une justice à deux vitesses.

Cette histoire nous plonge également au cœur de l’appareil social français : de la considération des handicapés mentaux à leur prise en charge, donc de la place qu’ils occupent dans la société et surtout comment la société s’en occupe… ou pas.

Invité: Hubert Besson , journaliste à L’Yonne Républicaine pendant l’affaire. Il a suivi de près l’enquête et en a tiré un livre : Émile Louis et l’affaire des disparues de l’Yonne, publié en en 2004 aux Éditions de l’Archipel.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article