A Quimper, procès devant les assises des meurtriers présumés de Jean-Jacques Le Page

Publié le par Annaïg Haute et Anne Treguer, France Bleu Breizh Izel

A Quimper, procès devant les assises des meurtriers présumés de Jean-Jacques Le Page

Le procès de "Lola", ex call-girl brestoise, et de l'un de ses amis, a débuté ce lundi, à Quimper. Ils sont accusés du meurtre de Jean-Jacques Le Page. L'audioprothésiste avait été retrouvé nu, son corps lardé de 15 coups de couteau et carbonisé dans sa villa incendiée de Plougonvelin (Finistère).

L'audience doit permettre de comprendre ce qui s'est passé. © Radio France - Anne Tréguer

L'audience doit permettre de comprendre ce qui s'est passé. © Radio France - Anne Tréguer

Presque huit ans après les faits, les versions de ce qui s'est passé dans la nuit du 23 au 24 juillet 2009 à Plougonvelin ne cessent de varier. Lola, l'hôtesse accusée de meurtre, multiplie les versions depuis son arrestation.

Il l'invite à son domicile, la soirée dégénère

Ce qui est avéré et confirmé par les différentes expertises et analyses scientifiques, c'est que Jean-Jacques Le Page, audioprothésiste bien connu dans la région brestoise, meurt de 15 coups de couteau. Son corps est retrouvé le 24 juillet 2009 en milieu de matinée, calciné dans sa villa cossue de la rue de la corniche après le Treiz Hir. Âgé de 67 ans, il est veuf, à la retraite, et fréquente depuis peu le Club 46, un bar à hôtesses de Brest. Il fait la connaissance de Lola et l'invite à passer la soirée à son domicile. Selon Lola, c'était pour boire du champagne, prendre un bain et "un plan à trois" avec une autre femme. Mais la jeune femme multiple les versions des faits depuis huit ans. " J'ai des trous, je ne me souviens pas de tout, je suis sous valium", déclare t-elle dans le box des accusés.

"Un bon coup à faire", pour acheter leur drogue

Lola prévient William, un de ses amis, qu'il y a "un bon coup à faire, un cambriolage pour récupérer de la tune ". Les deux jeunes ont besoin d'argent pour payer leurs consommations importantes de cocaïne, héroïne, cannabis et alcool. Mais le cambriolage programmé tourne au drame. William comparait lui aussi pour meurtre et destruction par incendie. William Rolland comparaît à la barre en clamant son innocence. Le jeune est décrit comme intelligent, paumé, fragile. Toxicomane, alcoolique, il perd pied avant ses 18 ans et depuis il enchaîne les situations galères. Pour sa tante venue témoigner pour ce premier jour du procès : "c'est une proie facile" !

Fin du procès le 10 mars

La cour a jusqu'au 10 mars pour tenter de trouver la bonne version et savoir qui a tué Jean-Jacques Le Page, ce soir de juillet 2009, dans la station balnéaire près de Brest.

Commenter cet article