Hepcée Charles de

Publié le par Mémoires de Guerre

Charles dit Charley de Hepcée, né le 14 mars 1911 à Ixelles et mort le 27 juin 1944 (à 33 ans) à Castelmaurou est un aviateur et résistant belge.

Hepcée Charles de
Hepcée Charles de
Hepcée Charles de

Sous-lieutenant d'infanterie en 1932, cadre navigant de l'École d'aéronautique en 1934, Charles de Hepcée obtient le grade de capitaine en 1939. Il épouse en 1936 Micheline de Sélys Longchamps, fille d'Edgard de Sélys Longchamps, petite-fille de Walthère de Sélys Longchamps et arrière-petite-fille d'Edmond de Sélys Longchamps), dont il aura quatre enfants. En mai 1940, après la capitulation de la Belgique, il revient à Halloy, dans la propriété de sa belle-famille, où il devient officiellement fabricant de charbon de bois. En 1941, il ouvre le home d'Haljoux qui accueillera des enfants en difficultés, dont un certain nombre d'enfants juifs. Le ravitaillement du pensionnat et la vente de charbon de bois lui servent de couverture pour visiter les fermes, collecter des informations sur l'ennemi, préparer des terrains de parachutage pour la Résistance et mettre en place des filières d'évasion pour les pilotes tombés au combat.

Dès le début de 1942, il crée avec Anselme Vernieuwe la ligne "Rose-Claire" qui aide des aviateurs à partir pour l'Angleterre et fait des allers-retours réguliers entre la Belgique et la France. La ligne doit rapidement fermer. Sous les ordres de William Ugeux, directeur général du Service de Renseignements et d'Action en territoires occupés, il organise et fait fonctionner, avec Anselme Vernieuwe et Jacques Schepens, le fameux passage de l'Iraty (Pyrénées-Atlantiques). Pendant un an, ils feront passer en Espagne, vers l'Angleterre, renseignements, agents 'brûlés', courriers, colis, personnalités telles que les ministres d'Aspremont Lynden et Tschoffen, le commandant de Gendarmerie Engels, Jean Cartier de Marchienne, etc. En mars 1943, recherché par toutes les polices d'occupation, il doit se résoudre à partir lui aussi, sans sa femme qui était venue le retrouver en passant la ligne de démarcation avec les enfants. Ils devront partir plus tard. Arrivé à Londres, il rejoint la R.A.F.

Le 14 mai 1943, son épouse et leurs quatre enfants — les deux derniers, des jumelles, viennent d'avoir un an — sont arrêtés par la police italienne près de Grenoble. Les Allemands espéraient ainsi forcer Charles de Hepcée à se dévoiler. Ce n'est que bien des semaines plus tard qu'il apprend, outre la mort de son frère abattu au-dessus de la Hollande, le sort de son épouse et de ses enfants. Il est alors chargé d'une dernière mission (la mission Roch) et revient sur le continent. Conjointement à sa mission il espère pouvoir obtenir des renseignements concernant la détention de son épouse mais sera arrêté dans la nuit du 12 au 13 avril 1944, en passant les Pyrénées, et fusillé le 27 juin (le 29 selon un codétenu qui partageait sa cellule mais cela s'est avéré une erreur) de la même année dans le Bois de la Reule, à Castelmaurou, dans les environs de Toulouse.

Le corps de Charles de Hepcée est retrouvé et identifié en 2012 parmi les cinq fusillés inconnus du Bois de la Reulle, abattus le 27 juin 1944 et inhumés à Castelmaurou près de Toulouse. Il est inhumé à Halloy (Belgique) dans le caveau familial le 24 juillet 2012. Micheline de Sélys Longchamps, également membre de la Résistance, ignorant tout de la disparition de son mari, est transférée à Suse en Italie où, grâce au commandant italien de la prison, ses parents viendront chercher les quatre enfants. Elle est ensuite déportée politique successivement à Ravensbrück, Hanovre (kommando de Hannover-Limmer)et Bergen-Belsen, d'où elle ne sera délivrée qu'en avril 1945.

Publié dans Militaires, Résistants

Commenter cet article