Donald Trump cherche à réouvrir des prisons secrètes de la CIA à l’étranger

Publié le par Les Echos

Donald Trump cherche à réouvrir des prisons secrètes de la CIA à l’étranger

Le président américain prépare un décret qui aboutirait à la réouverture de ces contestées prisons secrètes , fermées par Barack Obama.

Une des prisons secrètes de la CIA était située à Guantanamo Bay, à Cuba

Une des prisons secrètes de la CIA était située à Guantanamo Bay, à Cuba

L'administration Trump est en train de préparer un décret qui permettrait à la CIA de réouvrir ses prisons secrètes à l'étranger, comme celles où ont été détenus et torturés des suspects de terrorisme, écrit le New York Times ce mercredi.

Le projet de décret de trois pages, consulté par le quotidien, révoquerait des décrets signés par Barack Obama en janvier 2009 et qui avaient ordonné la fermeture de la prison de Guantanamo (une fermeture bloquée par le Congrès) et des "sites noirs" de la CIA en dehors du pays ; l'accès de la Croix Rouge à tous les détenus des Etats-Unis dans le monde; et la fin des techniques d'interrogatoires assimilées à de la torture. « Ce serait un autre pas vers la réouverture des prisons secrètes en dehors des lois sur la guerre établies par les Conventions de Genève », s'inquiète le quotidien.

Ce projet de décret de Trump, non confirmé par la Maison Blanche, ne déclencherait pas à lui seul la réouverture des prisons de la CIA créées en secret sous la présidence de George W. Bush au début de la « guerre contre le terrorisme ». Mais il ouvrirait la voie juridique à leur réouverture.

Quant à Guantanamo, que l'ancien président Obama a tenté de fermer et où il a refusé d'envoyer de nouveaux détenus, le projet de décret ordonne au Pentagone de continuer à utiliser le site « pour la détention et le procès des détenus nouvellement capturés », ce qui inclue non seulement les personnes suspectées d'être des talibans ou membres d'Al-Qaïda, comme les 41 détenus restants, mais aussi les détenus de l'Etat islamique, toujours selon le New York Times.

La torture interdite depuis 2015

L'interdiction de la torture a été inscrite dans le marbre du droit américain par une loi votée en 2015 par le Congrès et portée par le sénateur républicain John McCain. Les Etats-Unis ne peuvent avoir recours qu'aux techniques stipulées dans le manuel de l'armée. Un décret ne peut changer cette loi. « Le président peut signer tous les décrets qu'il veut, mais la loi est la loi », a réagi John McCain dans un communiqué. « Nous ne ramènerons pas la torture aux Etats-Unis ».

Mais ce décret pourrait-il modifier le manuel de l'armée, dans la mesure permise par la loi ? Le journal américain cite par exemple la « tactique » de la « privation de sommeil » utilisée pendant l'administration Bush. Pendant sa campagne Donald Trump avait promis de réinstaurer la technique de simulation de noyade (« waterboarding »), bannie par Barack Obama, non seulement parce que « la torture fonctionne», mais même « si elle ne fonctionne pas, ils le méritent de toute façon. »

Publié dans Articles de Presse

Commenter cet article