Heston Charlton

Publié le par Roger Cousin

John Charles Carter, dit Charlton Heston, est un acteur, réalisateur et scénariste américain né le 4 octobre 1923 à Evanston, dans l'Illinois, et mort le 5 avril 2008 à Beverly Hills.

Heston Charlton

Devenu une légende du cinéma à la suite de sa prestation dans Ben Hur, pour laquelle il obtint l'Oscar du meilleur acteur, il est l'un des symboles du cinéma américain des années 1960. Il a associé son nom aux plus grandes superproductions de Hollywood telles que Les Dix Commandements, Le Cid ou Les 55 jours de Pékin, avant de s'illustrer dans des films d'anticipations dont les plus connus sont La Planète des singes, Le Survivant et Soleil Vert. Il a également été l'un des pionniers du film catastrophe avec 747 en péril et Tremblement de terre. De par son impressionnante carrure et son visage dur, Charlton Heston fut l'interprète idéal tout au long de sa vie de personnages virils et, la plupart du temps, honnêtes et bons.

Il s'engage politiquement contre le racisme, et devient l'une des figures hollywoodienne du Mouvement des droits civiques dans les années 1960 ; il s'engage par la suite comme républicain et milite au sein de la NRA pour la défense des armes à feu à la fin de sa vie. Atteint de la maladie d'Alzheimer dès 2002, il décida de mettre fin à toute activité cinématographique et politique. Le président américain George W. Bush lui décerna la Médaille présidentielle de la liberté, une haute distinction civile américaine, quelques années avant sa mort, le 5 avril 2008.

Charlton Heston est né le 4 octobre 1923 à Evanston, juste au nord de Chicago dans l'Illinois. Sa famille est d'ascendance anglaise et écossaise, il était d'ailleurs un membre du clan Fraser. Il monte sur les planches pour la première fois à l'âge de 5 ans et incarne le Père Noël dans une pièce organisée dans son école1. Sa passion le conduit alors à étudier la comédie à l'université Northwestern. Il décroche son premier rôle au grand écran en 1941, dans un Peer Gynt, réalisé par un camarade de son université. En 1944, il entre dans la United States Army Air Forces et sert 2 ans à bord d'un B-25 dans Guerre du Pacifique. Il était sergent et a été basé sur Île Kodiak.

La même année il se marie avec Lydia Clarke, rencontrée à l'université. Elle lui donnera un fils, Fraser, né le 12 février 1955 et ils adopteront une petite fille Holly Ann, née le 8 février 1961. Il revient à Broadway après la guerre et multiplie les petits rôles et boulots. Des traits spécifiques et sa taille d'1 mètre 934 lui permettent d'être modèle. En 1947, Charlton Heston joue à Broadway dans une pièce de William Shakespeare, Antoine et Cléopâtre. Cecil B. DeMille le remarque et lui confie un premier rôle en tant que directeur de cirque dans Sous le plus grand chapiteau du monde (The Greatest Show on Earth) en 1952. Il va rapidement devenir l'acteur spécialiste des rôles historiques dans les grandes superproductions d'Hollywood des années 1950 et 1960. Cette orientation est rendue possible par la carrure athlétique de l'acteur et un visage rude. C'est ainsi qu'au cours de sa carrière Charlton Heston a été successivement Moïse, le Cid, Saint Jean Baptiste, Marc-Antoine (à deux reprises), le général Gordon, le président Jackson, Henri VIII et Richelieu.

Révélé dans Sous le plus grand chapiteau du monde en 1952, il obtient la consécration avec Les Dix Commandements de Cecil B. DeMille en 1956, puis surtout avec Ben-Hur de William Wyler en 1959, pour lequel il obtient un Oscar. Le Cid (1961), puis Les 55 jours de Pékin (1963), aux côtés d'Ava Gardner, et enfin Antoine et Cléopâtre en 1972 qu'il met lui-même en scène, confirment son intérêt pour les films à grand spectacle.

Dans le film La Soif du mal (Touch of Evil), mis en scène par Orson Welles en 1958, Charlton Heston apparaît à la frontière américano-mexicaine dans le rôle inattendu d'un commissaire mexicain honnête, Ramon Miguel « Mike » Vargas, à la moustache et aux cheveux aussi noirs que sont clairs ceux de l'acteur, lorsqu'ils sont naturels, face à son homologue américain, Hank Quinlan (interprété par Orson Welles lui-même), personnage énorme, bouffi, véreux, manipulateur et « fabricant de fausses preuves », dans le monde moderne et nocturne du trafic de drogue, aux noirs et blancs excessivement contrastés, où la verticale des plans le dispute à l'oblique des autres plans, les plongées aux contre-plongées, la probité au mensonge et au meurtre. Ce film du génial et « scandaleux » Orson Welles représente dans sa carrière une exception noire, baroque, unique — comme sont uniques sa moustache et ses cheveux noirs —, où l'acteur, loin des fastes bibliques, historiques et épiques, peut montrer une dimension humaine et moderne.

À cette époque, Charlton Heston participe activement à la vie civique : marche pour les droits du peuple noir, membre et puis président de l'Actor Guild, participation à des films engagés (ainsi en 1970, King: A Filmed Record... Montgomery to Memphis de Sidney Lumet). Le genre « grand spectacle » s'essoufflant, Charlton Heston réussit une reconversion dans les films d'anticipation, au début des années 1970, avec Le Survivant (1971) (deuxième adaptation du roman Je suis une légende), dans lequel, seul rescapé d'une terre dévastée par le vampirisme, il doit chaque nuit renouveler un éternel combat pour la survie. Il joue aussi dans Soleil vert (1973), mettant en scène un monde dystopique et surpeuplé. Mais dans cette seconde carrière, son film le plus célèbre reste La Planète des singes, tourné en 1968 par Franklin J. Schaffner.

Charlton Heston connaît un engagement politique important tout au long de sa carrière. Il s’engage ainsi dans les années 1960 en faveur du Mouvement des droits civiques aux États-Unis et participe à la marche des droits civiques en 1963 avec Martin Luther King. Membre du syndicat d’acteur la Screen Actors Guild5, il est élu au comité directeur en 19606, puis en devient le troisième vice-président en 1961 et président pendant six mandats successifs de 1965 à 1971. À cette époque, il dut faire face au problème des films tournés à l'étranger pour être diffusés aux États-Unis et contribua à le résoudre. Il soutient le Senate Bill 393, proposition de loi du gouverneur de Californie Ronald Reagan en 1968, permettant de supprimer une taxe sur l’industrie cinématographique6. À la fin de 1969, Heston défend devant le Congrès l'instauration d'une taxe pour la création d’une redevance télévisée, afin de renforcer la production nationale, mais aussi la qualité des programmes télévisés6.

Il soutiendra trois candidats démocrates à la présidentielle (notamment Adlai Stevenson contre Dwight Eisenhower et John Kennedy contre Richard Nixon) avant de devenir républicain en 1972, avec le soutien de son ami l'ancien acteur Ronald Reagan. À la suite de l’élection de Ronald Reagan, Charlton Heston accepte de devenir « conseiller culturel » auprès du président en 1981. En 1987, connu pour son engagement pro-life, il soutient le film de Bernard Nathanson, Eclipse of Reason, contre l’avortement en faisant l’introduction du film. Il fut également membre honorifique à vie de la National Rifle Association américaine (Association nationale des armes à feu, NRA) dont il a été le président de 1998 à 2003. Cette association, pour laquelle Charlton Heston s’est beaucoup impliqué en participant notamment à de nombreux clips télévisuels, défend avec acharnement le deuxième amendement à la constitution américaine autorisant la possession d’armes à feu pour les particuliers. La présidence de Charlton Heston sera marquée par un combat contre la présidence de Bill Clinton qui voulait restreindre la possession des armes à feu, mais aussi par une interview de Michael Moore dans le documentaire Bowling for Columbine, dans lequel l’acteur apparaît pour la dernière fois à l'écran.

En juillet 2003, il reçoit du président George W. Bush la médaille présidentielle de la liberté, l’une des plus hautes distinctions civiles américaines. En 1998 lui est diagnostiqué un cancer de la prostate, mais Charlton Heston connaîtra une rémission après quelques séances de radiothérapie. En août 2002, il révèle au grand public qu’il est atteint de la maladie d'Alzheimer. En 2005, des rumeurs font état de l’aggravation de la maladie, mais celles-ci ne seront jamais confirmées par la famille. En 2006, la progression de la maladie fait craindre à sa famille que ses jours soient comptés. Il meurt le 5 avril 2008, dans sa maison de Beverly Hills, en compagnie de sa femme Lydia, à l’âge de 84 ans.

Filmographie

  • 1941 : Peer Gynt de David Bradley : Peer Gynt
  • 1949 ou 1950 : Julius Caesar de David Bradley : Antony
  • 1950 : La Main qui venge (Dark City) de William Dieterle : Danny Haley
  • 1952 : Sous le plus grand chapiteau du monde (The Greatest Show on Earth) de Cecil B. DeMille : Brad Braden
  • 1952 : Le Fils de Géronimo (The Savage) de George Marshall : Jim Ahern, Cœur vaillant
  • 1952 : La Furie du désir (Ruby Gentry) de King Vidor : Paul/ Boake Tackman
  • 1952 : Le Général invincible (La femme du président, Sa seule passion, Le sel de la terre) d'Henry Levin : Président Andrew Jackson
  • 1953 : Quand la marabunta gronde (The Naked Jungle) de Byron Haskin : Christophe Leiningen
  • 1953 : Le Sorcier du Rio Grande (Arrowhead) de Charles Marquis Warren : Ed Bannon
  • 1953 : Eternels ennemis (en) (Bad for Each Other) d'Irving Rapper : Dr. Tom Owen
  • 1953 : Le Triomphe de Buffalo Bill (Pony Express) de Jerry Hopper : Buffalo Bill Cody
  • 1954 : Le Secret des Incas (Secret of the Incas) de Jerry Hopper : Harry Steele
  • 1955 : Une Femme extraordinaire (Lucy Gallant) de Robert Parrish : Casey Cole
  • 1955 : La Guerre privée du major Benson (en) (The Private War of Major Benson) de Jerry Hopper : Major Bernard R. 'Barney' Benson
  • 1955 : Horizons lointains (The Far Horizons) de Rudolph Maté : William Clark
  • 1956 : Terre sans pardon (Three Violent People) de Rudolph Maté : Capitaine Colt Saunders
  • 1956 : Les Dix Commandements (The Ten Commandments) de Cecil B. DeMille : Moïse
  • 1958 : La Soif du mal (Touch of Evil) de Orson Welles : Ramon Miguel «Mike» Vargas
  • 1958 : Les Grands Espaces (The Big Country) de William Wyler : Steve Leech
  • 1958 : Les Boucaniers (The Buccaneer), d'Anthony Quinn : Andrew Jackson
  • 1959 : Cargaison dangereuse (The Wreck of the Mary Deare) de Michael Anderson : John Sands
  • 1959 : Ben-Hur de William Wyler : Judah Ben-Hur
  • 1961 : Le Cid (El Cid) d'Anthony Mann : Rodrigo Diaz de Vivar
  • 1962 : Le Seigneur d'Hawaii (Diamond Head) de Guy Green : Richard "King" Howland
  • 1962 : Le Pigeon qui sauva Rome (en) (The Pigeon That Took Rome) de Melville Shavelson : Capitaine Paul MacDougall / Benny the Snatch / Narrateur
  • 1963 : Les 55 jours de Pékin (55 Days at Peking) d'Andrew Marton : Le major Matt Lewis
  • 1964 : Major Dundee de Sam Peckinpah : Major Amos Charles Dundee
  • 1964 : La Plus Grande Histoire jamais contée (The Greatest Story Ever Told), de George Stevens : Jean le Baptiste
  • 1965 : L'Extase et l'Agonie (The Agony and the Ecstasy), de Carol Reed : Michel-Ange
  • 1965 : Le Seigneur de la guerre (The War Lord) de Franklin J. Schaffner : Chrysagon de la Cruex
  • 1966 : Khartoum de Basil Dearden : Gordon Pacha
  • 1967 : La Symphonie des héros (Counterpoint) de Ralph Nelson : Lionel Evans
  • 1968 : Will Penny, le solitaire (Will Penny) de Tom Gries : Will Penny
  • 1968 : La Planète des singes (Planet of the Apes) de Franklin J. Schaffner : Le capitaine George Taylor
  • 1969 : Le Maître des îles (The Hawaiians) de Tom Gries : Whipple 'Whip' Hoxworth
  • 1969 : Number one (en) de Tom Gries : Ron 'Cat' Catlan
  • 1970 : Julius Caesar, de Stuart Burge : Marc Antoine
  • 1970 : Le Secret de la planète des singes (Beneath the Planet of the Apes) de Ted Post : Le capitaine George Taylor
  • 1971 : Le Survivant (The Omega Man) de Boris Sagal : Robert Neville
  • 1972 : Antoine et Cléopâtre (Antony and Cleopatra) de Charlton Heston : Marc Antoine
  • 1972 : L'Appel de la forêt (The Call of the Wild) de Ken Annakin : John Thornton
  • 1972 : Alerte à la bombe (Skyjacked) de John Guillermin : Capitaine Henry 'Hank' O'Hara
  • 1973 : Les Trois Mousquetaires (The Three Musketeers) de Richard Lester : Richelieu
  • 1973 : Soleil vert (Soylent Green) de Richard Fleischer : Détective Robert Thorn
  • 1974 : On l'appelait Milady (The Four Musketeers) de Richard Lester : Richelieu
  • 1974 : 747 en péril (Airport 1975) de Jack Smight : Alan Murdock
  • 1975 : Tremblement de terre (Earthquake) de Mark Robson : Graff
  • 1976 : Un tueur dans la foule (Two-Minute Warning) de Larry Peerce : Capitaine Peter Holly
  • 1976 : La Loi de la haine (The Last Hard Men) de Andrew V. McLaglen : Sam Burgade
  • 1976 : La Bataille de Midway (Midway) de Jack Smight : Capitaine Matthew Garth
  • 1977 : Le Prince et le Pauvre (Crossed Swords) de Richard Fleischer : Henri VIII
  • 1977 : Sauvez le Neptune (Gray Lady Down) de David Greene : Capitaine Paul Blanchard
  • 1979 : La Malédiction de la vallée des rois (The Awakening) de Mike Newell : Matthew Corbeck
  • 1980 : La Fureur sauvage (The Mountain Men) de Richard Lang : Bill Tyler
  • 1982 : La Fièvre de l'or (Mother Lode) de Charlton Heston : Silas McGee / Ian McGee
  • 1984 : Sale affaire à Nairobi (Nairobi Affair) de Marvin J. Chomsky (Téléfilm) : Lee Cahill
  • 1985 : Dynastie) (série TV - 3 épisodes) : Jason Colby
  • 1985 - 1987 : Dynastie II - Les Colby (spin-off de Dynastie), (série TV -saison 1 et 2) : Jason Colby
  • 1987 : Proud Men de William A. Graham (Téléfilm) : Charley MacLeod Sr.
  • 1987 : The Dame Edna Experience) (série TV - 1 épisode) : Chuck (non crédité)
  • 1987 : The Two Ronnies) (série TV - 1 épisode) : Bar Customer: Pinocchio II Segment
  • 1987 : Christmas Night with the Two Ronnies) (émission spéciale)
  • 1988 : Un homme pour l'éternité (en) (A Man for all Seasons) (Téléfilm) : Sir Thomas More
  • 1984 : Seule face au crime (Original Sin) de Ron Satlof (Téléfilm) : Louis Mancini
  • 1990 : L'Île au trésor (Treasure Island) de Fraser Clarke Heston (Téléfilm) : Long John Silver
  • 1990 : Solar Crisis de Richard C. Sarafian : Adm. 'Skeet' Kelso
  • 1990 : Le secret des deux orphelins (The Little Kidnappers) de Donald Shebib (Téléfilm) : James MacKenzie
  • 1990 : Un ange... ou presque (Almost an Angel) : Dieu (non crédité)
  • 1991 : Sherlock Holmes et la croix de sang (The Crucifer of Blood) de Fraser Clarke Heston (Téléfilm) : Sherlock Holmes
  • 1992 : Des héros par milliers (Crash Landing: The Rescue of Flight 232) de Lamont Johnson (Téléfilm) : Capitaine Al Haynes
  • 1992 : Gengis Khan de Richard C. Sarafian (inachevé) : Togrul
  • 1993 : Wayne's World II de Stephen Surjik : Un bon acteur
  • 1993 : Amour, Gloire et Beauté (The Bold and the Beautiful) (série TV - 7 épisodes) : Charlton Heston
  • 1993 : Tombstone de George Pan Cosmatos : Henri Hooker
  • 1993 : SeaQuest, police des mers (série TV - 1 épisode) : Abalon
  • 1994 : A Century of Cinema de Caroline Thomas (en) (documentaire)
  • 1994 : True Lies de James Cameron : Spencer Trilby
  • 1994 : Texas de Richard Lang (Téléfilm) : Narrateur
  • 1995 : L'Antre de la folie (In the Mouth of Madness) de John Carpenter : Jackson Harglow
  • 1995 : The Avenging Angel de Craig R. Baxley (Téléfilm) : Brigham Young
  • 1996 : Alaska de Fraser Clarke Heston : Perry
  • 1996 : Hamlet de Kenneth Branagh : Player King
  • 1996 : Lord Protector (The Dark Mist) de Ryan Carroll : Narrateur
  • 1997 : Friends Saison 4 épisode 14 (Série TV)
  • 1997 : Hercule de John Musker et Ron Clements : Narrateur
  • 1998 : Genghis Khan (édité en téléfilm et vidéo en 2005)
  • 1998 : Armageddon de Michael Bay : Narrateur
  • 1999 : Gideon de Claudia Hoover : Addison Sinclair
  • 1999 : L'Enfer du dimanche (Any Given Sunday) de Oliver Stone : Commissaire de l'AFFA Football
  • 2000 : Au-delà du réel, l'aventure continue - Saison 6 épisode 21 et 22 : Le juge en chef Haden Wainwright
  • 2001 : Potins mondains & amnésies partielles (Town & Country) : Père d'Eugénie
  • 2001 : Comme chiens et chats (Cats & Dogs), de Lawrence Guterman : Narrateur
  • 2001 : La Planète des singes (Planet of the Apes) remake de Tim Burton : Zaius
  • 2001 : The Order de Sheldon Lettich : Professeur Walter Finley
  • 2002 : Papa Alguem 5555 (My Father, Rua Alguem 5555) de Egidio Eronico : Le Père (Josef Mengele)

Comme réalisateur

  • Charlton Heston au Festival du cinéma américain de Deauville en 1982.
  • 1972 : Antoine et Cléopâtre (Antony and Cleopatra)
  • 1982 : La Fièvre de l'or (Mother Lode)
  • 1988 : Un homme pour l'éternité (en) (A Man for all Seasons) (TV)

Comme scénariste

  • 1972 : Antoine et Cléopâtre (Antony and Cleopatra)

Publié dans Acteurs et Actrices

Commenter cet article